Homéopathie contre empoisonnement

Homéopathie, acupuncture, reiki, urinothérapie, etc. Des preuves???
Répondre
André
Messages : 1154
Inscription : 05 sept. 2003, 04:52
Localisation : Chute-Saint-Philippe

Homéopathie contre empoisonnement

#1

Message par André » 26 oct. 2003, 06:06

Une solution homéopathique seraient efficace contre un empoisonnement à l'arsenic.
http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N3317.asp
L'arsenic à petite dose

Où il devient utile d'utiliser des doses homéopathiques d'arsenic pour combattre les empoisonnements… à l'arsenic.

Inde

24/10/2003 - Quelques gouttes d'arsenic à avaler, non pas comme poison, mais pour lutter contre les milliers d'intoxications qui sévissent aujourd'hui dans certains pays comme l'Inde ou le Bangladesh. C'est le traitement proposé par le professeur Khuda-Bukhsh, de l'Université de Kalyani en Inde, et publiée cette semaine dans la revue BMC Complementary and Alternative Medicine.

Les chercheurs ont utilisé un groupe de souris intoxiquées à l'arsenic et un groupe de rongeurs sains. Chez les rongeurs empoisonnés, deux enzymes (l'ALT et l'AST), qui sont des marqueurs de dommages au foie, sont activés. L'équipe a testé l'efficacité d'un médicament homéopathique, l'Arsenicum Album-30 et l'Arsenicum Album-200 – le chiffre indiquant le nombre de dilutions infligées au produit de départ. Ils ont également testé les effets de l'alcool préparé de la même manière. Ils ont ensuite surveillé le niveau d'activité des deux enzymes. Tandis que l'ingestion d'alcool stimule encore plus que l'arsenic l'activité de l'AST, le produit homéopathique réduit le niveau des deux enzymes en 72h et cette action positive se prolonge pendant au moins 30 jours. Les doses infinitésimales d'Arsenicum Album semblent donc capables de désintoxiquer le foie.

Les auteurs sont les premiers à s'étonner de résultats aussi marqués. Et pour cause : à de telles dilutions, ils ne s'attendent même pas à voir encore une molécule active du produit d'origine dans les gouttes distribuées. Ils restent donc perplexes sur les mécanismes d'action du produit. En revanche pour les esprits sceptiques, il sera plus difficile d'invoquer un effet psychosomatique sur les souris.

Le but des scientifiques indiens est de fournir un moyen bon marché, inoffensif et facilement accessible aux consommateurs d'eau polluée à l'arsenic. Au Bangladesh, par exemple, selon l'Organisation mondiale de la santé, 35 à 77 millions d'habitants, sur les 125 millions que compte le pays, risquent un empoisonnement à cause des eaux souterraines naturellement contaminées.

En 2000, on dénombrait déjà 100 000 cas d'affections cutanées et on s'attend à une épidémie de cancers et autres pathologies mortelles. Ce problème d'environnement touche aussi l'Inde, le Népal et au moins 15 autres pays dans le monde. Ironie du sort : plusieurs de ces populations sont contaminées par l'eau de boisson issue des millions de petits puits locaux, construits alors dans le cadre des programmes d'approvisionnement en eau « potable ».


Catégorie(s) de cet article : Médecine et santé

Isabelle Masingue

Dernière modification : 24/10/2003

Qui veut parier un 2$ que cette expérience ne sera pas confirmée et que les décès par arsenic ont encore de beaux jours devant eux?

André

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#2

Message par José K. » 27 oct. 2003, 03:05

André:
>Qui veut parier un 2$ que cette expérience ne sera pas confirmée et
>que les décès par arsenic ont encore de beaux jours devant eux?

Pas moi: il paraît qu'un type a avalé une dizaine de tubes de pilules
homéopathiques à l'arsenic sans le moindre effet observable. Avec des
dilutions inférieures, si je me souviens bien.
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18900
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Suicide homéopathique

#3

Message par Denis » 27 oct. 2003, 03:16

Salut José K,

Tu dis :
il paraît qu'un type a avalé une dizaine de tubes de pilules
homéopathiques à l'arsenic sans le moindre effet observable.
Il y a quelques années, trois sceptiques du Québec ont même "tenté" de se suicider de cette façon.

L'échec (prévisible) fut un succès.

Denis

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#4

Message par José K. » 27 oct. 2003, 03:53

Denis:
>Il y a quelques années, trois sceptiques du Québec ont même "tenté" de
>se suicider de cette façon.

Quel manque de savoir-vivre ! :lol:
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#5

Message par José K. » 27 oct. 2003, 05:04

Apparemment, l'expérience sur les souris a donné un résultat positif
pour les pilules homéopathiques.
Je suis allé consulter l'article: apparemment, pas de double-aveugle
pour cette étude. Risque important de biais, donc. N'oublions pas
que l'Inde est un grand réservoir de crédulité pour l'homéopathie.
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#6

Message par José K. » 27 oct. 2003, 05:41

L'article en question date de l'an 2000, au fait.

Un autre article sur une autre expérience avec le même produit:
http://reviews.bmn.com/medline/search/r ... fer=scirus

Cette expérience parle d'un effet maximal pour une dilution 7CH.
Pas assez pour éliminer toute présence d'arsenic. L'effet
diminuerait avec l'augmentation des dilutions. Assez logique:
une 'mithridatisation' possible à 7CH.
Cette expérience contredit l'hypothèse de Hahnemann sur
'l'énergisation' des dilutions.
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#7

Message par José K. » 27 oct. 2003, 08:53

http://mapage.noos.fr/jpmarquet1/jpm/do ... nemann.htm:
>L’inocuité des « médicaments » homéopathiques
> Il est inutile de prouver que les « médicaments » homéopathiques ne
>contiennent aucune substance active : leur mode de préparation le
>démontre suffisamment. Mais il peut être utile de prouver aux
>personnes craintives que ces placebos ne sont pas dangereux. Pierre
>Rossion, rédacteur de « Science et Vie », l’a démontré en 1992, sous
>contrôle d’huissier, et sous surveillance médicale par le docteur Jean-
>Michel Bader, également collaborateur de cette revue.
> Il a ainsi avalé, d’affilée, dix tubes (soit 800 granules au total) d’un
>puissant toxique, Arsenicum album (As2O3), achetés dans une
>pharmacie homéopathique. Huit de ces tubes couvraient toute la gamme
>des dilutions disponibles dans le commerce : 4 cH, 5 cH, 6 cH, 7 cH, 9
>cH, 12 cH, 15 cH et 30 cH ; deux autres tubes étaient pris en double :
>ceux de 4 cH et de 30 cH. Il n’en est pourtant résulté aucun dommage,
>et ni sa tension artérielle, ni sa température, ni son rythme cardiaque
>n’ont été modifiés en quoi que ce soit. Or, les effets de l’arsenic sont les
>suivants : les lèvres de l’empoisonné le brûlent, la paralysie respiratoire
>s’installe ; il n’avale plus sa salive, lutte pour trouver de l’air, ressent
>des douleurs gastriques intolérables, vomit en jet, est pris d’une
>diarrhée profuse. Au fur et à mesure de la déshydratation, ses muscles
>se tendent douloureusement de crampes invincibles, son urine se teinte
>de sang avant de se tarir, puis il tombe dans le coma, agité de
>convulsions, et meurt enfin.

https://www.sceptiques.qc.ca/assets/docs ... cation.pdf :
>∙ Le 23 mai 1994, trois membres des sceptiques du Québec ajoutent la
>strychnine à l'arsenic de façon à mieux réussir leur suicide. Chacun
>d'eux avale ainsi 10 flacons contenant chacun soixante-dix granules
>homéopathiques. Suicide raté. L'analyse chimique du contenu montre
>que les granules ne contiennent que du lactose et de la colle à
>médicament à 100 % (Labelle, 1994).

Donc, le placebo utilisé dans l'étude 'positive' aurait dû être du lactose
plutôt que de l'alcool.

>∙Le samedi 30 mai 1992 à Villeneuve-D'Ascq en France à 14h30, onze
>enfants trouvent des tubes bleus remplis de granules au goût de bonbon
>qu'ils se sont empressés d'ingurgiter. Un adepte de l'homéopathie
>témoin de la scène, croyant les enfants en danger de mort, prévient les
>autorités. Au service de pédiatrie, on se contente de faire avaler aux
>enfants un verre de charbon en poudre dissous dans de l'eau. Les
>enfants rentrent chez eux le soir même, en bonne santé (Rossion, 1993).

:lol:
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

André
Messages : 1154
Inscription : 05 sept. 2003, 04:52
Localisation : Chute-Saint-Philippe

#8

Message par André » 27 oct. 2003, 15:17

José K
https://www.sceptiques.qc.ca/assets/docs ... cation.pdf :
>∙ Le 23 mai 1994, trois membres des sceptiques du Québec ajoutent la
>strychnine à l'arsenic de façon à mieux réussir leur suicide. Chacun
>d'eux avale ainsi 10 flacons contenant chacun soixante-dix granules
>homéopathiques. Suicide raté. L'analyse chimique du contenu montre
>que les granules ne contiennent que du lactose et de la colle à
>médicament à 100 % (Labelle, 1994).
Pour ceux qui l'ignorent, un des protagonistes de ce suicide collectif, est notre Denis le mathématicien. Alors les Gatti, Madd, Julius 000, Thomas et autres verbeux de ce monde qui accusent les sceptiques de ne pas mettre la main à la pâte peuvent aller se rhabiller.

André

Invité

#9

Message par Invité » 27 oct. 2003, 16:03

André a écrit : Pour ceux qui l'ignorent, un des protagonistes de ce suicide collectif, est notre Denis le mathématicien.

André
Le Redico serait-il un effet secondaire de cette tentative d'empoisonnement ?

javascript:emoticon(':wink:')
Wink

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18900
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Précisions

#10

Message par Denis » 27 oct. 2003, 17:32

Salut André,

Tu dis :
Pour ceux qui l'ignorent, un des protagonistes de ce suicide collectif, est notre Denis le mathématicien.
Je précise que je n'étais pas un des trois cobayes (Alain Bonnier, Michel Virard et Pascal Forget). Je n'ai pas non plus fait grand chose dans l'organisation matérielle de l'événement. Je me suis contenté d'y être, puis de rédiger un bref rapport pour le "Québec Sceptique" d'automne '94.

J'espère que ça répond à l'interrogation de l'Invité :
Le Redico serait-il un effet secondaire de cette tentative d'empoisonnement ?
À moins que, comme la fumée de cigarette, les substances homéopathiques affectent les gens des alentours, je suis resté aussi incontaminé que les trois intrépides. Selon mes calculs.

Le Redico m'est probablement venu d'un autre traumatisme. Lequel? Faudrait que je fouille mes archives...

Denis

Eveloue
Messages : 5
Inscription : 23 sept. 2003, 22:05
Localisation : Laval
Contact :

#11

Message par Eveloue » 29 oct. 2003, 09:40

Huhmmmm,

Juste vous rappeler que tous mes amis sont encore en pleine forme!!!

Avec l’aide de chimistes, je suis intéressée à reproduire cette expérience…

À suivre…

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#12

Message par José K. » 29 oct. 2003, 09:53

Eveloue
>Huhmmmm,
>
>Juste vous rappeler que tous mes amis sont encore en pleine forme!!!

Incroyable ! :wink:

>Avec l’aide de chimistes, je suis intéressée à reproduire cette >expérience…
>
>À suivre…

Et si on 'empoisonnait' un crédule, pour une fois ? :wink:
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

Guistebal

...raisonnement limite...

#13

Message par Guistebal » 15 déc. 2003, 14:09

Si un produit homépathique est d'autant plus efficace qu'il est dilué,

1-Si j'en prend beaucoup, j'augmente la concentration dans mon organisme, donc il devient moins efficace.

2-Si je ne prend pas... je suis à efficacité maximale? :?

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#14

Message par José K. » 16 déc. 2003, 03:07

Guistebal:
>Si un produit homépathique est d'autant plus efficace qu'il est dilué,
>
>1-Si j'en prend beaucoup, j'augmente la concentration dans mon
>organisme, donc il devient moins efficace.
>
>2-Si je ne prend pas... je suis à efficacité maximale?

Excellente remarque, sous couvert d'humour. Le problème de
l'augmentation de l'effet avec la dose est classique pour les vrais
médicaments, mais l'effet est souvent maximum pour une dose optimale.
De plus des effets secondaires indésirables apparaissent souvent,
au-delà d'une certaine dose. Difficile donc de comparer avec une
préparation homéopathique.
Par contre le problème de la continuité au point 0 est intéressante
d'un point de vue épistémologique.
Mais évidemment, les homéo-fans diront que ce n'est pas le produit
de base qui agit, c'est juste la méthode de préparation qui compte. :wink:
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

Michel D.
Messages : 184
Inscription : 16 sept. 2003, 08:10

Re: ...raisonnement limite...

#15

Message par Michel D. » 16 déc. 2003, 03:26

Bonjour,
Guistebal a écrit :Si un produit homépathique est d'autant plus efficace qu'il est dilué,

1-Si j'en prend beaucoup, j'augmente la concentration dans mon organisme, donc il devient moins efficace.

2-Si je ne prend pas... je suis à efficacité maximale? :?
De toutes façons ce n'est pas la peine de se casser la tête : l'eau que nous buvons a eu l'occasion au cours des derniers millions d'années de rencontrer tous les éléments existants. Cette eau a gardé dans sa mémoire le "souvenir" de ses substances et possède donc déjà toutes les vertus possibles et imaginables. Ce n'est donc pas la peine d'enrichir les laboratoires homéopathiques.

Cependant je mets de moins en moins d'eau dans mon pastis, ça casse le goût !!!

Michel.

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#16

Message par José K. » 16 déc. 2003, 03:50

Michel D.:
>Cette eau a gardé dans sa mémoire le "souvenir" de ses substances et
>possède donc déjà toutes les vertus possibles et imaginables.

Les homéopathes diront que non parce que cette eau n'a pas été
'sucussée' (secouée énergiquement, en français).
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

Michel D.
Messages : 184
Inscription : 16 sept. 2003, 08:10

#17

Message par Michel D. » 16 déc. 2003, 06:28

José K. a écrit :Les homéopathes diront que non parce que cette eau n'a pas été 'sucussée' (secouée énergiquement, en français).
Et les cascades qu'est ce que tu en fais ?

Ou alors, peut être que les homéopathophiles devraient se sucusser un peu le cerveau...

José K.
Messages : 1386
Inscription : 05 sept. 2003, 12:06

#18

Message par José K. » 16 déc. 2003, 06:30

Michel D.
>Et les cascades qu'est ce que tu en fais ?

Elles n'ont pas été construites par Boiron ! :wink:

>Ou alors, peut être que les homéopathophiles devraient se sucusser un
>peu le cerveau...

Hélas, c'est déjà fait et les effets secondaires sont terribles: c'est l'esprit
critique qui disparaît en premier. :lol:
"The skeptic does not mean him who doubts, but him who investigates or researches, as opposed to him who asserts and thinks that he has found."
--Miguel de Unamuno, “My Religion,” Essays and Soliloquies (1924).

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24
Localisation : MARSEILLE

#19

Message par aurore » 03 sept. 2005, 05:40

Y a-t-il un débat? Si oui, qui incarne la position des homéophiles? (un débat quand tout le monde est d'accord, c'est pas intéressant); je vais donc (un peu) corser l'affaire.

Pour Michel> on trouve rarement de l'arsenic dans les cascades. ;)
(vous me suivez?..) je veux dire que de l'eau pure diluée dans de l'eau pure, ça aboutira jamais à grand-chose (ou peut-être faisiez-vous référence aux campeurs qui y font leurs besoins?)
Pour José K> prouvez-nous que l'eau après dilutions redevient de même composition que de l'eau pure...

ashrak
Messages : 5
Inscription : 17 juil. 2005, 16:19

#20

Message par ashrak » 03 sept. 2005, 07:29

Mais à ma connaissance l'eau pure n'existe pas non? Donc buvez de l'eau de source ,c'est le meilleur médicament homéopathique :mrgreen:

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24
Localisation : MARSEILLE

#21

Message par aurore » 03 sept. 2005, 08:07

Je pensais: de l'eau pure= sans produit chimique ni médicament. vous avez déjà bu de l'eau de source à l'aspirine ou à l'arsenic, vous? Pas moi.
Et puis faut peut-être pas non plus abuser sur les dilutions, on a pas encore prouvé d'une part que les solutions diluées ne laissent leur empreinte, par exemple au bout de 15 ou 30 dilutions, et on ne connaît pas non plus la limite (dilution maximale) si c'est le cas...

Gilles
Modérateur
Modérateur
Messages : 571
Inscription : 03 oct. 2003, 22:24
Localisation : Québec

#22

Message par Gilles » 03 sept. 2005, 18:25

aurore a écrit :Je pensais: de l'eau pure= sans produit chimique ni médicament. vous avez déjà bu de l'eau de source à l'aspirine ou à l'arsenic, vous? Pas moi.
Et puis faut peut-être pas non plus abuser sur les dilutions, on a pas encore prouvé d'une part que les solutions diluées ne laissent leur empreinte, par exemple au bout de 15 ou 30 dilutions, et on ne connaît pas non plus la limite (dilution maximale) si c'est le cas...
Oui il y a une limite, du moins si vous parlez de la présence de la substance de départ. Je vous rappelle ce qu'est une dilution en homéopathie. On prend un ml de la substance mère et on l'ajoute à 99 ml d'eau pure. On obtient ainsi une dilution à 1CH (1 pour 100). On prend à nouveau un ml de cette dilution à 1CH qu'on ajoute à 99 ml d'eau. On obtient 2CH (1 pour 10 mille). Et on recommence encore en diluant de 100 fois à chaque étape. C'est ainsi qu'on obtient des dilutions à 3CH (1 pour un million), 4CH (1 pour 10 millions), 5CH (1 pour 1 milliard), etc. À chaque dilution, il y a de moins en moins de molécules de la substance utilisée au départ. Au-delà de CH10 environ, il ne reste plus aucune molécule de la substance mère. On dilue alors de l'eau avec de l'eau.

Imaginez que vous ayez un sac contenant 90 billes blanches et 10 noires. Vous pigez 10 billes que vous ajoutez à 90 billes blanches. Puis vous recommencez en pigeant 10 billes de ce nouveau mélange de billes. C'est facile de comprendre qu'après deux ou trois étapes, il ne restera plus aucune bille noire dans le sac de billes. Si vous en pigez 10, ce seront 10 blanches que vous mélangerez à 90 autres blanches, etc. C'est la même chose avec les dilutions homéopathiques. Après environ 10 étapes, il ne restera plus aucune molécule d'aspirine ou d'arsenic dans le mélange. Les dilutions suivantes ne consisteront qu'à diluer de l'eau pure avec de l'eau pure.

Les homéopathes sont bien conscients de cette limite qu'ignorait Hahnemann (à son époque, beaucoup croyaient qu'on pouvait diviser la matière à l'infini). Ceux qui tentent de proposer une explication à ce paradoxe proposent que la substance de départ transmettrait "information" mystérieuse aux molécules d'eau. Mais cette hypothèse mène à encore plus de contradictions. Pourquoi poursuivre les dilutions au-delà de CH10 (limite où il ne reste plus rien de la substance mère). Pourquoi continuer à diluer de l'eau avec de l'eau? Si une molécule transmet son "information" à ses voisines par simple contact, alors, au bout d'un certain temps, toutes les molécules d'eau sont informées. Qu'est-ce que ça donne de transmettre cette information à d'autres molécules qui seront utilisées pour la transmettre à d'autres, etc.? Pourquoi ces dilutions successives même quand il ne reste plus rien de la substance de départ?

Et quelle information? On fabrique Apis mellifica en diluant des abeilles broyées. Une abeille contient des centaines de milliers de produits chimiques différents. Est-ce que tous ces produits transmettent leur "information" aux molécules d'eau? Est-ce que chaque molécule du mélange possède l'information correspondant à toutes ces substances? Si oui, cela veut dire que Apis mellifica est un mélange de centaines de produits homéopathiques différents pouvant guérir à peu près n'importe quoi. Si non, comment les molécules d'eau savent-elles quelle information elles doivent capter pour former un médicament qui a les effets d'Apis mellifica ? Vous voyez combien c'est absurde.

Et si les molécules d'eau accumulent ainsi des "informations", alors il faut supposer que chacune des molécules d'eau de la planète contient des millions "d'informations" correspondant à toutes les substances avec lesquelles elle a été en contact au cours de son existence sur Terre. Donc, les molécules d'eau utilisées pour faire le médicament contiennent déjà une quantité prodigieuse d'informations diverses aux effets aussi divers (et souvent contradictoires) si on s'en tient à la doctrine homéopathique.

De plus, ces molécules sont en contact avec les atomes ou les molécules du récipient dans lequel se font les dilutions. Elles doivent donc, en plus de capter les informations de la substance mère (ou des molécules d'eau qui ont été en contact avec elle), capter les informations des parois du contenant. Vous voyez comment cette hypothèse mène à des contradictions logiques. Mais, comme je le dis souvent, c'est de l'homéopathie, y a rien à comprendre, faut juste avoir la foi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit