Qlq'un peut-il expliquer le fonctionnement de l'haptonomie?

Revenez ici sur les vieux sujets de phénomènes étranges déjà expliqués.
Répondre
aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

Qlq'un peut-il expliquer le fonctionnement de l'haptonomie?

#1

Message par aurore » 25 août 2005, 15:38

Si vous pouvez témoigner d'une expérience en haptonomie ou si vous avez une explication valable à ce sujet, faites-le ici.
(l'haptonomie est une pratique médicale où le médecin guide les parents afin de les faire entrer en contact avec le foetus que porte la mère. De cette manière, simplement en parlant ou en posant la main sur le ventre de la mère, on peut demander à l'enfant de se déplacer dans le ventre, de donner un coup...)

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#2

Message par aurore » 29 août 2005, 08:25

Extrait du livre du journaliste Bernard Martino, Le bébé est une personne:

"Pour Frans Veldman, promoteur d'une science nouvelle, l'haptonomie, au début de la vie il y a le tact, le toucher. Mais pas le toucher médical, pas la palpation objective du corps de l'autre: un toucher d'une qualité particulière dans lequel nous mettons toute notre affectivité, qui transforme de façon apparemment magique le corps de la mère. Un toucher auquel l'enfant répond...

Nous sommes à la maternité de St Cloud, dans le service deu professeur Bérirand, dans une petite salle dénudée, meublée de chaises où sont assis hommes et femmes, tous très attentifs. Ils écoutent Frans Veldman, cet homme au visage souriant, paisisble, à la voix douce, debout à côté d'une femme allongée sur une table, son mari près d'elle:
"Votre bébé, il bouge bien? Vous le sentez bien?
-Ah! Oui beaucoup.
-Bien... Vous permettez que je contacte votre bébé? (la jeune femme acquiesce et Frans pose délicatement ses mains sur le ventre.) Nous allons aller à sa rencontre. Votre ventre est dur, vous le sentez comme un ballon tendu n'est-ce pas? Je vous demande maintenant de descendre avec votre main en appuyant bien de chaque côté et de bien prendre le ballon dans vos mains. Vous sentez comme il est dur? C'est l'utérus et son contenu. Maintenant déplacez le ballon de gauche à droite, c'est bien, dans l'autre sens maintenant."
La jeune femme, attentive, exécute avec application les mouvements demandés. Frans Veldman continue:
"Maintenant je vous demande d'être très tendre... de faire vos mains très douces, d'imaginer que vous êtes autour du bébé. Vous le prenez dans vos mains... avec toute la tendresse que vous ressentez pour lui... très bien."
Un silence respectueux règne dans la pièce. La jeune femme frôle à peine son ventre de ses mains. Touchant délicatement le ventre de la maman, Frans Veldman lui dit:
"Maintenant, vous sentez? Que s'est-il passé? Ce n'est plus dur?
-C'est vrai! (la jeune femme sourit.)
-Pourquoi est-ce changé? On ne sent plus l'utérus, ce n'est plus seulement un ballon, il y a beaucoup d'espace, il y aurait de la place pour un autre, n'est-ce pas? (rires dans l'assistance) Bien, maintenant on va jouer tous les deux avec le bébé... Je vous demande d'être autour de votre bébé, de rendre vos mains très tendres, de l'inviter à venir vers vous. Nous pouvons lui parler, il nous entend... Viens chez moi, viens chez moi... voilà, vous sentez, il est venu!
-Oui, répond la mère très "remuée", il était là sous ma main et il est parti.
-Mais vous voyez, je ne touche pas votre ventre, je suis avec votre bébé et c'est cela que vous sentez."
Frans Veldman se tourne alors vers le père: "A votre tour, maintenant, vous pouvez aussi entrer en contact avec votre bébé..."

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#3

Message par aurore » 29 août 2005, 08:43

"A la maternité de St-Cloud, la séance d'initiation à l'haptonomie se poursuit. Des spectateurs attentifs formés de couples dont les femmes enceintes attendent leur tour, une table sur laquelle est allongée la future mère et Frans Veldman, les mains arrondies de chaque côté du ventre proéminent...:
"Où est votre bébé? En haut ou en bas?
-Il est plutôt en bas...
-Bien, alors je vous demande de faire vos mains très tendres, comme les miennes, là, qui ne font rien (il place ses mains sur celles de la mère) je vous demande de déplacer votre bébé vers le haut et de le placer sur votre coeur."
La mère, surprise, ferme les yeux pour essayer de se concentrer.
"Ne faites rien, ne faites rien avec vos mains, ne fermez pas vos yeux, restez là. Soyez avec toute votre tendresse chez votre bébé, prenez-le dans vos bras... Voilà, il est monté, c'est bien."
Il prend la main de la mère pour qu'elle constate d'elle-même.
"Bon, maintenant, j'invite votre mari à placer sa main en bas de votre ventre, vous sentez comme sa main est accueillante pour le bébé... alors faites-le descendre dans sa main avec confiance, accompagnez votre bébé jusque là..."
Le visage de la mère, yeux grands ouverts, est immobile. Visiblement elle ne fait aucun effort mais dans le même temps, on voit la peau du ventre s'onduler. L'enfant bouge...
"Il me soulève la main", dit le père très ému.
Frans Veldman appuie ses mains à l'endroit où le bébé était niché il y a une minute encore: "vous voyez il est parti d'ici..."

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#4

Message par aurore » 29 août 2005, 09:57

"Sur la table, à la maternité de St Cloud, une nouvelle maman a pris la place de la première.
Frans Veldman pose sa main sur sa cuisse et s'adresse à elle:
"Bon, pendant la naissance , qu'est-ce qui va se passer quand il y aura des contractions douloureuses et que vous allez avoir mal? Je vais vous montrer: je ne suis pas toujours aussi gentil que j'en ai l'air. Je vous fais mal..."
Il pince fortement la face intérieure de la cuisse, la jeune femme sursaute, se contracte, tente de repousser la main, pousse un cri.
"Et votre bébé! dit Veldman, qu'est-ce que vous en faites? Vous abandonnez votre enfant! Bon, je vais vous montrer quelque chose."
Il place à nouveau sa main sur la cuisse:
"Imaginez un aveugle qui marche dans la rue, cherchant sa route avec une canne. Il prolonge son bras avec la canne, il peut sentir les obstacles grâce à ce prolongement. Je vous demande de faire la même chose que lui, avec ma main. Faites le prolongement avec ma main, montez jusqu'à mon poignet, mon coude et maintenant jusqu'à mon épaule. Bien, restez là..."
Frans Veldman pince à nouveau la cuisse de la jeune femme, plus fortement que la première fois. Elle ne réagit pas. Visiblement, elle ne sent rien. Il pince un peu plus fort.
"Vous voyez, je peux vous faire encore plus mal, vous pouvez entrer dans la douleur sans quitter votre bébé, sans vous crisper. Maintenant, retirez-vous, ne faites plus le prolongement, retournez dans votre peau."
Il la pince à nouveau. La jeune femme pousse un cri, recommence les contorsions du début. Frans Veldman se tourne alors vers son mari:
"Pendant la naissance, vous pourrez l'aider vous pourrez être présent tout de suite en invitant votre femme à se prolonger." Et s'adressant à la jeune femme:
"Quand arrivent les douleurs de l'accouchement, vous vous prolongez chez lui et vous restez avec votre bébé, c'est comme cela que vous traverserez votre douleur sans la fuir. La naissance c'est ouvrir le chemin au bébé qui se fait naître. Et vous êtes les deux guides..."
A son tour, le père est venu se placer à côté de Veldman, au-dessus de sa femme toujours allongée; guidé par les conseils de Veldman, lui aussi il découvre sur ses mains les "réponses" du bébé avec lequel il dialogue:
"Allez-y, invitez l'enfant, dites-lui: allez viens chez moi, suis-moi...
-On le sent très bien, dit le père...
-Oui c'est vrai, dit Veldman, il vous suit très bien..."
Le visage du père exprime une sorte de ravissement peut-être encore plus intense que celui de la mère auparavant. L'idée reçue selon laquelle l'attachement serait l'apanage des mères est battue en brèche. Au contraire de l'espèce animale, l'homme peut s'attacher à un foetus qu'il ne voit pas, qu'il ne porte pas dans son ventre."

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#5

Message par aurore » 29 août 2005, 10:27

"Ce corps de la mère qui peut par amour se détendre pour s'ouvrir au bébé, ne peut-il pas, par amour aussi, se bloquer pour peut-être le retenir?
A la demande du professeur Bertrand dont il est l'invité, Frans Veldman va maintenant examiner une jeune femme dont le bébé, placé trop haut, ne peut pas descendre. La seule solution semble être une césarienne.
Le professeur commente des radiographies, il explique le problème en termes techniques avec des mots d'obstétricien. Frans Veldman, par la pensée, est déjà avec la jeune femme. C'est par le coeur qu'il va la prendre, pour la conduire vers le bébé. Il est déjà dans ce moment, qu'il connaît bien, où, au-delà du blocage du corps, de la vertèbre coincée, du bébé en mauvaise place, il va atteindre l'essentiel: l'ambivalence des sentiments, le mouvement instinctif de l'âme qui contrarie le mouvement naturel du corps. Tandis qu'il écoute, il sait bien que c'est encore sur les mécanismes subtils de l'attachement et du détachement, qu'il va devoir agir.
[...]
Le professeur Bertrand a rangé les radiographies -la jeune femme attend, debout, simplement vêtue de ses sous-vêtements, au milieu d'une trentaine de personnes assises, mais elle ne semble éprouver aucune gêne: le bébé est au centre de ses préoccupations.
Frans Veldman s'approche de la jeune femme, elle ne l'a jamais rencontré, il s'adresse à elle, tout en examinant son dos et en plaçant ses doigts sur des points précis, au bas de sa colonne vertébrale...
"Tournez-vous un peu comme ça c'est bien... Levez la jambe gauche, l'autre maintenant... Oui, je vois, le bébé ne peut pas descendre et il est nécessaire que nous fassions un petit travail avec mon assistante... Asseyez-vous sur le bord du lit... Maintenant laissez-vous aller dans mes bras, avec confiance..."
Le corps de la jeune femme se détend, devient sans doute un peu plus lourd dans les bras de Frans Veldman qui la soutient mais qui autrement ne fait rien. La jeune femme se laisse aller un peu plus sur le côté -elle respire calmement. Frans et son assistante Anne-Marie échangent un regard.
"Voilà c'est fait, vous pouvez vous allonger maintenant. Je vous demande sans rien faire, en étant chez votre bébé, avec toute votre tendresse, de le placer sur votre coeur."
Sans que personne ne comprenne très précisément pourquoi Veldman en éprouve à ce moment là le besoin, il sourit à la jeune femme et lui dit:
"Vous ne voulez pas que votre bébé soit dehors? Vous voulez que le bébé reste sur votre coeur? C'est ça? C'est pour cela qu'il ne pouvait pas descendre! Vous voulez le garder chez vous!
-Oui,... c'est vrai,... murmure timidement la jeune femme.
-Vous pouvez le dire, mais maintenant, accompagnez-le, laissez-le descendre... voilà... merci."
Se tournant vers le professeur Bertrand:
"Je voudrais demander au professeur Bertrand de bien vouloir venir "chez moi". Posez vos mains de chaque côté comme ça... Vous sentez bien le bébé? Bien... Madame, je vous demande de placer le bébé sur votre coeur. Ne fermez pas les yeux, ce n'est pas la peine. Distinctement, on voit la peau du ventre onduler. Très bien... Il est parti d'en bas, vous le sentez?
-C'est exact", confirme le professeur Bertrand.
Ensemble le professeur Bertrand et Frans Veldman appuient leurs deux mains sur le bas du ventre de la jeune femme.
"Bien, maintenant, nous ne voulons pas qu'il descende, madame, mais c'est votre bébé, c'est votre volonté, et vous allez le placer où il est le mieux dans votre bassin... Alors faites-le descendre... encore,... encore,... très bien.
-C'est tout à fait extraordinaire, effectivement, constate le professeur Bertrand, une espèce de reptation que j'ai fort bien perçue, l'enfant sous ma main est descendu de 5 à 8 cm."

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23459
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

#6

Message par Jean-Francois » 29 août 2005, 11:27

Le sujet vous intéresse sans doute beaucoup personnellement mais l'haptonomie a tout d'une discipline pseudo-scientifique. Mais, vous savez, le genre de témoignage que vous avancez ne dit pas grand chose sur la valeur de cet "art".

A ce que j'ai lu, ça mélange conseil de bon sens et "relations publiques empathiques". Ca a certainement de bons côtés, mais ça m'étonnerait que le côté scientifique soit très développé. Il ne semble pas y avoir de véritable recherche d'effectuée en haptonomie.

Notez sur la page "origine": "Le C.I.R.D.H. met en garde toute personne qui risque d'être trompée par des annonces de stages et de formations en haptonomie.

Seul le C.I.R.D.H. sis à OMS - 66400 - France - est apte et autorisé à enseigner l'haptonomie dans sa conception originale.

Toute personne qui ne se réfère pas du CIRDH, et qui n'a pas achevé sa formation à ce centre ne pourra que galvauder le message de l'haptonomie.

Le C.I.R.D.H. ne fait jamais de publicité !"

Jean-François

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#7

Message par aurore » 29 août 2005, 12:03

"sur la page "origine": "Le C.I.R.D.H. met en garde toute personne qui risque d'être trompée par des annonces de stages et de formations en haptonomie.

Seul le C.I.R.D.H. sis à OMS - 66400 - France - est apte et autorisé à enseigner l'haptonomie dans sa conception originale.

Toute personne qui ne se réfère pas du CIRDH, et qui n'a pas achevé sa formation à ce centre ne pourra que galvauder le message de l'haptonomie.

Le C.I.R.D.H. ne fait jamais de publicité !"


Pourquoi me dites-vous ça? Quel est le lien?

sansdec'
Messages : 207
Inscription : 19 juil. 2005, 09:36

#8

Message par sansdec' » 30 août 2005, 09:06

Bonjour Aurore


J'ai pratiqué l"haptonomie avec mon premier fils il y a une quinzaine d'année - 13 ans pour etre precis.. lol

Je n'ai pas vu l'haptonomie comme une science (loin de là) mais plutôt comme un moyen pour le pere de rentrer en contact avec l'enfant. Et pour la mere de pouvoir partager ce moment avec le pere.

Je n'ai pas renouvellé l'operation pour mes 2 enfants suivants... .

A dire vrai j'ai pris plus de plaisir à communiquer avec mes deux autres enfants par des touchers instinctifs et "humain" du ventre de ma femme que par des touchers "haptonomique".

Mais aurai je eu ce plaisir et ce desir de communiquer si je n'avais pas appris l'haptonomie ?


ps : Je ne suis pas medecin je ne connais pas la définition exacte du terme foetus. Pour moi le foetus correspondant à l'etat où l'avortement est possible.
Si mes souvenirs sont exactes mes premiers contacts etaient aux allentours du 5iem mois de grossesse.

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#9

Message par aurore » 30 août 2005, 09:34

Alors ta conception du foetus n'est pas la bonne: c'est à l'état d'embryon que l'avortement est possible, ou tout au moins tant que le foetus n'est pas "viable" -il ne peut vivre, même médicalement assisté, hors du ventre de sa mère- (enfin, selon les pays*). Le foetus, c'est simplement le nom qu'on donne au bébé à l'intérieur du ventre.

*J'ai moi-même failli accoucher à 4 mois et demi de grossesse de mes jumeaux (!). J'ai donc passé trois longs mois allongée à l'hôpital. A une semaine de grossesse près, si j'avais accouché, ç'aurait été une fausse couche, mais une fois la semaine passée les petits étaient considérés comme viables. C'est à cette période de ma vie que j'ai réalisé que l'avortement à un stade si tardif de la grossesse (comme cela se fait en Espagne par exemple) était une chose horrible, car, dans quelques années, quand la recherche aura avancé (elle ne fait que progresser en ce domaine), qu'on réussira à sauver des bébés de 300 grammes, ce sera considéré comme un meurtre.
Et j'ai trouvé que même le paradoxe était horrifiant: à une semaine près, une femme peut avorter de son enfant et une autre peut lui donner la vie!
Ce que je veux dire c'est qu'à ce stade le bébé est bien "vivant" et même pratiquement conscient de l'environnement qui l'entoure... Tandis qu'un embryon, ça ne reste encore qu'une petite boule "d'organes" en fonctionnement, certes, mais c'est tout-à-fait différent du foetus...

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#10

Message par aurore » 30 août 2005, 09:46

Enfin je m'éloigne du sujet.
Par rapport à l'haptonomie, ce que je trouve fascinant, c'est que le bébé peut, par exemple, donner un coup à la demande, se déplacer dans le ventre....
J'ai personnellement eu ce contact tout particulièrement avec ma fille (je ne pouvais sentir les coups de mon fils par rapport à sa position et à son volume corporel important (il pouvait presque pas bouger). Ma fille, qui, à la demande, pouvait me donner un coup sur la main, se coller à la paroi du ventre pour que je la "caresse" (par une sorte de massage au travers du ventre.), qui me donnait des coups quand j'arrêtais... Mais moi je n'ai eu ce contact qu'après le septième mois et encore c'était risqué, puisque je n'avais pas le droit de me toucher le ventre (l'utérus se contractait à tout contact). C'est pour ça que j'ai mis du temps à y venir et que ça a été difficile, mais je compte bien m'y mettre à ma prochaine grossesse...
Et donc rien ne peut expliquer que, quand le papa demande à sa fille de remonter (je l'ai de nouveau constaté la semaine dernière grâce à ma cousine qui est enceinte de 6 mois), le bébé remonte. (alors qu'il ne sait pas parler, vous comprenez?...) Et ne dites pas que c'est dû au hasard, ou alors c'est que vraiment je devrais conseiller à ma cousine (et à ma tante et à moi-même) de jouer au loto...

sansdec'
Messages : 207
Inscription : 19 juil. 2005, 09:36

#11

Message par sansdec' » 30 août 2005, 10:24

Oui le sujet n'est pas l'avortement. Evitons donc d'en parler et de mélanger les themes.

En ce qui concerne ton experience sur l'haptonomie je ne compres pas tes ecris..

Et donc rien ne peut expliquer que, quand le papa demande à sa fille de remonter (je l'ai de nouveau constaté la semaine dernière grâce à ma cousine qui est enceinte de 6 mois), le bébé remonte. (alors qu'il ne sait pas parler, vous comprenez?...)
Cela n'a rien d'extra-ordinaire.. on peut meme le faire tourner le bébé... (avant qu'il ne soit trop gros)

c'est du toucher pas des mots mais cela reste de la communication...
Cela s'explique tres bien au contraire.
Le papa, il ne communique pas avec les mots (meme si il peut parler pour associer geste et son) mais il parle avec le toucher...

Je ne comprends pas ton etonnement... ou alors on n'a pas connu la meme haptonomie...

Florence
Messages : 10007
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48

#12

Message par Florence » 30 août 2005, 10:29

aurore a écrit :Enfin je m'éloigne du sujet.
Par rapport à l'haptonomie, ce que je trouve fascinant, c'est que le bébé peut, par exemple, donner un coup à la demande, se déplacer dans le ventre....
J'ai personnellement eu ce contact tout particulièrement avec ma fille (je ne pouvais sentir les coups de mon fils par rapport à sa position et à son volume corporel important (il pouvait presque pas bouger). Ma fille, qui, à la demande, pouvait me donner un coup sur la main, se coller à la paroi du ventre pour que je la "caresse" (par une sorte de massage au travers du ventre.), qui me donnait des coups quand j'arrêtais... Mais moi je n'ai eu ce contact qu'après le septième mois et encore c'était risqué, puisque je n'avais pas le droit de me toucher le ventre (l'utérus se contractait à tout contact). C'est pour ça que j'ai mis du temps à y venir et que ça a été difficile, mais je compte bien m'y mettre à ma prochaine grossesse...
Et donc rien ne peut expliquer que, quand le papa demande à sa fille de remonter (je l'ai de nouveau constaté la semaine dernière grâce à ma cousine qui est enceinte de 6 mois), le bébé remonte. (alors qu'il ne sait pas parler, vous comprenez?...) Et ne dites pas que c'est dû au hasard, ou alors c'est que vraiment je devrais conseiller à ma cousine (et à ma tante et à moi-même) de jouer au loto...

Euh, ... je ne voudrais pas gâcher votre plaisir mais tout ceci était archi connu avant que des petits malins y donnent un nom à consonnance scientifisante. Ma maman, et sa maman avant elle, m'en parlaient dans mes jeunes (et hélas lointaines) années. Ca marche aussi avec les parents et amis proches, d'ailleurs.
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23459
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

#13

Message par Jean-Francois » 30 août 2005, 10:35

aurore a écrit :Le foetus, c'est simplement le nom qu'on donne au bébé à l'intérieur du ventre
Techniquement, c'est un embryon âgé de plus de trois mois. A partir de cette date, approximativement, l'embryon est presque entièrement formé extérieurement et intérieurement; les changements vont surtout être microscopiques, sauf pour la prise de poids et de volume. Ce site, en anglais mais avec de belles illustrations, devrait vous intéresser.
Par rapport à l'haptonomie, ce que je trouve fascinant, c'est que le bébé peut, par exemple, donner un coup à la demande, se déplacer dans le ventre
Le foetus peut réagir aux sons, toucher et même aux variations d'intensité lumineuse. Mais, il reste difficile d'affirmer qu'il "donne un coup à la demande". Il peut bien entendu réagir de manière un peu réflexe à une stimulation, mais surtout il est animé de mouvements spontanés qu'on peut confondre avec une réaction. Dans le cas de foetus plus jeunes, la part de mouvements spontanés est plus grande.

Jean-François

P.S.: pour la fin de mon dernier messge, c'est une erreur. Je voulais écrire quelque chose puis ai changé d'avis. J'ai été interrompu à ce moment et ne me suis pas aperçu que j'avais laissé ce passage.

sansdec'
Messages : 207
Inscription : 19 juil. 2005, 09:36

#14

Message par sansdec' » 30 août 2005, 10:54

non je ne suis pas d'ac avec toi.
donnent un nom à consonnance scientifisante
Pour moi c'est lui faire un faux proces.

Haptonomie, je trouve cela plutot jolie et agreable. C'est la "maitrise, la regle du toucher". Il faut bien nomer les choses.


Evidemment que cela existe depuis la nuit des temps.... comme une femme enceinte... mais peut etre que la maitrise c'est amélioré et enrichi depuis la nuit des temps... Non tu ne crois pas que les connaissances evoluent ?

Enfin ce n'est pas parce que tu sais que cela existe depuis la nuit des temps que tu vas gacher mon plaisir.
Un peu de suffisance de ta part ?
Allez, on oublie, on va dire que c'est un derapage forumesque... lol


Enfin on sort du debat...
Et toi si tu as ete enceinte comment as-tu ressentis l'echange pere-bébé dans ton ventre ?

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#15

Message par aurore » 30 août 2005, 12:31

(avant de répondre je tiens à préciser que je ne me suis pas posée contre l'avortement mais j'abordais le problème très ambigü qui va bientôt se poser sur la viabilité très précoce du foetus et la possibilité de le "débrancher")

Florence la question du nom de la pratique ne se pose pas on parle ici du principe; et non, "sansdec", on n'a apparemment pas connu la même haptonomie. Mais la différence est à peine nuancée, ne chipotons pas.
Et, Jean-François, je sais bien que les bébés bougent spontanément. C'est d'ailleurs une manière de tonifier leurs muscles dans cet espace restreint. Mais lorsque l'on demande à un bébé de se déplacer (je ne sais pas comment vous pratiquiez sansdec mais pousser le bébé ne sert à rien, ce n'est donc pas seulement le toucher qui agit. Vous avez d'ailleurs plus haut l'exemple de ce médecin qui fait venir à lui le bébé sans même toucher le ventre de la mère.) et que le bébé y réagit, c'est tout simplement prodigieux (ne montez pas sur vos grands chevaux: j'ai bien ouvert ce sujet dans la catégorie "étrange, mais explicable"...)
Et je me demande bien quel est le lien de cause à effet, comprenez?

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23459
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

#16

Message par Jean-Francois » 30 août 2005, 13:13

aurore a écrit :C'est d'ailleurs une manière de tonifier leurs muscles dans cet espace restreint
Je ne crois pas que ce genre d'activité tonifie grand chose, surtout dans un milieu où l'attraction gravitaire n'agit pas beaucoup. Cette activité est grandement involontaire: c'est le résultat de différents processus développementaux qui ne se limitent pas aux muscles mais qui concernent le système nerveux au grand complet. De manière générale, la relation entre activité spontanée et développement de la motricité est encore assez mal connue, surtout chez les mammifères.
aurore a écrit :Mais lorsque l'on demande à un bébé de se déplacer [...] et que le bébé y réagit, c'est tout simplement prodigieux [...] Et je me demande bien quel est le lien de cause à effet, comprenez?
Je vous propose: le bébé perçoit la voix, ça le fait bouger (quand il est assez âgé pour). L'utérus étant relativement étroit, il arrive que le bébé se rapproche (plus par hasard que volontairement) de la direction du son (ça arrive encore plus souvent si on est assez généreux/approximatif dans sa définition de ce qu'est "se déplacer"). Quand ça arrive, tout le monde s'extasie. Quand ça n'arrive pas, soit on continue à stimuler le bébé jusqu'à ce que ça arrive, soit on laisse tomber mais personne ne retient la proportion de fois où ce n'est pas arrivé.

Jean-François

aurore
Messages : 640
Inscription : 23 août 2005, 18:24

#17

Message par aurore » 30 août 2005, 14:27

"-Mais lorsque l'on demande à un bébé de se déplacer [...] et que le bébé y réagit, c'est tout simplement prodigieux [...] Et je me demande bien quel est le lien de cause à effet, comprenez?

-Je vous propose: le bébé perçoit la voix, ça le fait bouger (quand il est assez âgé pour). L'utérus étant relativement étroit, il arrive que le bébé se rapproche (plus par hasard que volontairement) de la direction du son (ça arrive encore plus souvent si on est assez généreux/approximatif dans sa définition de ce qu'est "se déplacer"). Quand ça arrive, tout le monde s'extasie. Quand ça n'arrive pas, soit on continue à stimuler le bébé jusqu'à ce que ça arrive, soit on laisse tomber mais personne ne retient la proportion de fois où ce n'est pas arrivé."

Quand la maman demande à son bébé de descendre et qu'il le fait c'est donc que c'est une fille: car, c'est bien connu, les filles n'ont pas le sens de l'orientation! (le son de la voix de la maman venant d'en haut)
Voilà une solution intelligente pour connaître le sexe du bébé à peu de frais! :mrgreen:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit