Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#1

Message par DanB » 27 avr. 2007, 20:10

http://quasiturbine.promci.qc.ca/

St-Hilaire semble travailler depuis longtemps sur ce projet qui a bien peu de chances de réussite, principalement parce que ses hypothèses de base ne sont pas fondées.

Principalement, il affirme que les moteurs à pistons à 4 temps ne sont pas efficaces parce qu'ils ne passent que 25% du temps en poussée. Pourtant, les moteurs 4 temps sont plus efficaces que les moteurs à 2 temps qui poussent 50% du temps. La corrélation entre le % du cycle pendant lequel le piston pousse et l'efficacité est donc loin d'être directe, contrairement à son hypothèse.

Mais, en plus, il ajoute à cela une entourloupette. Son moteur, qui ressemble à un moteur rotatif (ce dernier est moins efficace que le moteur à pistons), utilise 4 «traîneaux« par chambre de combustion. Il affirme ainsi qu'il y a toujours une poussée contrairement au moteur à pistons. Mais si on prend individuellement chaque traîneau, ceux-ci ne poussent que... 25% du temps! Bref, il suffit de considérer le point de référence que l'on veut. Si on utilise le vilebrequin d'un moteur 4 cylindres 4 temps, on aura une poussée 100% du temps aussi! Le truc est simplement de prendre un ensemble de 4 éléments qui poussent 25% du temps. Bref, ce n'est là qu'une question de perspective. De plus, la question n'est même pas là puisque le point du paragraphe précédent semble démontrer que la proportion du temps passé en poussée n'est pas nécessairement un indice direct de l'efficacité.

Mais ils ne sont pas en reste puisque leur site déborde d'affirmations mirobolantes. Ainsi, la quasiturbine serait plus efficace qu'à peu près n'importe quoi, pourrait utiliser n'importe quel combustible, etc.

Le seul problème qu'ils ont est qu'il ne réussissent à en faire tourner une qu'en lui poussant un gaz sous pression. Avec suffisamment de pression, on peut faire bouger n'importe quoi, mais on peut se douter que le rendement est minime...

Lors d'une pathétique démonstration à l'émission Découvertes de Radio-Canada, ils avaient tenté de faire tourner un petit moteur à essence... sans succès! Cela veut dire que l'appareil ne dégage même pas assez de puissance, en brûlant de l'essence, pour réussir à combattre sa friction interne. On parle ici d'une efficacité négative! Tout moteur à essence qui fonctionne démontre donc une plus grande efficacité que la quasiturbine!!!

Il n'ont donc plus d'autre choix que d'utiliser l'imposante puissance que l'on peut transmettre grâce à un gaz sous pression (air comprimé ou dilatation de l'azote liquide, par exemple). Évidemment, on s'en doute, le rendement de la quasiturbine utilisant cette source d'énergie est probablement moindre que n'importe quel autre moteur pneumatique. Rien de miraculeux là-dedans.

Ça explique probablement pourquoi depuis plus de 10 ans, aucun prototype ne fonctionne et aucun industriel ne s'est intéressé à la technologie. Ce qui ne les empêche pas de promettre mers et mondes au sujet de leur bébelle...!

Ils ont aussi une espèce d'agent de relation publique, Jean Rémillard, qui parle de l'inventeur avec une admiration et un dévouement proche des agneaux qui parlent de leur gourou.

Malgré tout, comme ne nombreux autres inventeurs de moteurs révolutionnaires qui ne marchent jamais quand vient le temps des démonstrations, ils réussissent à faire régulièrement parler d'eux...

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

#2

Message par DanB » 27 avr. 2007, 22:13

http://www.magazinemci.com/articles/dos ... urbine.htm

«Ce n’est qu’une simple question de temps avant que la quasiturbine ne remplace définitivement le moteur à piston, puisque cette technologie devrait apparaître peu à peu sur le marché. Mais certainement pas dans l'industrie automobile, du moins dans un avenir rapproché. Bien que les décideurs se montrent intéressés, ils sont à la fois sceptiques.»

L'absence de sens critique au sujet de cette invention semble contagieuse!

Quel confiance envers un produit qui n'a même pas encore réussi à fonctionner après plus de 10 ans de développement...

urluberlu
Messages : 4
Inscription : 25 juin 2007, 22:41

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#3

Message par urluberlu » 25 juin 2007, 23:50

Salut DanB
St-Hilaire semble travailler depuis longtemps sur ce projet qui a bien peu de chances de réussite, principalement parce que ses hypothèses de base ne sont pas fondées.
Les hypothèses de Gilles St-Hilaire sont fondées, il a étudié et mis en perspectives plus de 19 paramètres moteur pour en arriver au concept de Quasiturbine avec chariot d'abords puis "SC": sans chariot. Il y a 15 ans de réflexions et de calculs derrière le premier brevet. Gilles St-Hilaire est un véritable ingénieur scientifique.
Principalement, il affirme que les moteurs à pistons à 4 temps ne sont pas efficaces parce qu'ils ne passent que 25% du temps en poussée. Pourtant, les moteurs 4 temps sont plus efficaces que les moteurs à 2 temps qui poussent 50% du temps. La corrélation entre le % du cycle pendant lequel le piston pousse et l'efficacité est donc loin d'être directe, contrairement à son hypothèse.
Dans le cas d'un moteur a piston a combustion interne, l'efficacité globale du système ne transmet que 17% de l'énergie produite vers l'arbre de transmission, le reste étant perdu sous forme de chaleur, de gaz imbrûlés, de vibrations et de sous-systèmes; pompe à eau, alternateur, arbre a came, etc.
Si on utilise le vilebrequin d'un moteur 4 cylindres 4 temps, on aura une poussée 100% du temps aussi! Le truc est simplement de prendre un ensemble de 4 éléments qui poussent 25% du temps. Bref, ce n'est là qu'une question de perspective. De plus, la question n'est même pas là puisque le point du paragraphe précédent semble démontrer que la proportion du temps passé en poussée n'est pas nécessairement un indice direct de l'efficacité.
On perd surtout de l'énergie dans le va-et-viens du piston. Dans le cas du moteur rotatif wankel, comme dans la Mazda Rx8, les déficience se situent surtout au niveau du travail effectué dans les joints d'étanchéité qui sevent de pivots, c'est difficile à expliquer comme ça, mais Gilles St-Hilaire décrit bien le problème sur son site. L'autre problème du wankel, c'est une chambre de combustion mal refermée donc mal compressée...
Mais ils ne sont pas en reste puisque leur site déborde d'affirmations mirobolantes. Ainsi, la quasiturbine serait plus efficace qu'à peu près n'importe quoi, pourrait utiliser n'importe quel combustible, etc.
En réalité, là Quasiturbine promet de faire mieux là où le piston a atteint ses limites, peu importe le mode utilisé soit en combustion interne, à l'air comprimé ou en mode Stirling.
Le seul problème qu'ils ont est qu'il ne réussissent à en faire tourner une qu'en lui poussant un gaz sous pression. Avec suffisamment de pression, on peut faire bouger n'importe quoi, mais on peut se douter que le rendement est minime...
Tu as raison, on a jusqu'à présent pu voir fonctionné que des Quasiturbine à air comprimé ou a vapeur, mais ce fut le cas également pour les premiers moteur à pistons. Les premiers moteurs à piston ont fonctionné d'abord à l'air chaud (stirling) puis a vapeur, puis à combustion interne et toute cette évolution s'est déroulée sur plus de 2 siècles. Les premiers moteurs à piston efficaces étaient gigantesques.

Il a fallu attendre 40 ans entre l'invention du moteur diesel et son installation dans une voiture de série, c'est extrèmement complexe de développer un nouveau moteur, quel qu'il soit et la Quasiturbine n'y échappe pas...
Lors d'une pathétique démonstration à l'émission Découvertes de Radio-Canada, ils avaient tenté de faire tourner un petit moteur à essence... sans succès! Cela veut dire que l'appareil ne dégage même pas assez de puissance, en brûlant de l'essence, pour réussir à combattre sa friction interne. On parle ici d'une efficacité négative! Tout moteur à essence qui fonctionne démontre donc une plus grande efficacité que la quasiturbine!!!
Cette démonstration à l'émission Découverte ne servait seulement qu'à démontrer qu'il était possible de l'utiliser en mode combustion interne, il y a une marge entre démonstration, prototypage et produit fini.
Il n'ont donc plus d'autre choix que d'utiliser l'imposante puissance que l'on peut transmettre grâce à un gaz sous pression (air comprimé ou dilatation de l'azote liquide, par exemple). Évidemment, on s'en doute, le rendement de la quasiturbine utilisant cette source d'énergie est probablement moindre que n'importe quel autre moteur pneumatique. Rien de miraculeux là-dedans.
Avec l'air comprimé, on est pas très loin de la machine a vapeur, et puis l'air comprimé n'est pas difficile à produire. En plus ça délivre beaucoup de puissance!
Ça explique probablement pourquoi depuis plus de 10 ans, aucun prototype ne fonctionne et aucun industriel ne s'est intéressé à la technologie. Ce qui ne les empêche pas de promettre mers et mondes au sujet de leur bébelle...!
Il faut en général 5 ans et plus de 500 millions de dollars pour une entreprise comme Ford ou GM a développer une nouvelle génération de moteur. Gilles St-Hilaire, lui avec le peu de moyens financier que nos gouvernements lui accordent a réussi à produire 3 types de Quasiturbines fonctionnelles.
Ils ont aussi une espèce d'agent de relation publique, Jean Rémillard, qui parle de l'inventeur avec une admiration et un dévouement proche des agneaux qui parlent de leur gourou.
N'importequel passionné a des air de gourous quand il parle de ses passions et Jean Rémillard croit fermement en la Quasiturbine.
Malgré tout, comme de nombreux autres inventeurs de moteurs révolutionnaires qui ne marchent jamais quand vient le temps des démonstrations, ils réussissent à faire régulièrement parler d'eux...
Là, il faudrait voir du coté des lobbys qui contrôlent le financement de la recherche au Québec et au Canada. On dépense des fortunes pour se faire des "partenaires technologiques" partout dans le monde. Et nos gouvernement n'arrivent même pas à financer d'études "scientifiques" sur la Quasiturbine. Hydro-Québec à Shawinigan boude la QT alors qu'ils ont justement pour mandat d'étudier toutes formes d'énergies alternatives pour le Québec. Le Canada a déboursé plusieurs dizaine de millions de dollars en collaboration avec Shell et Petro-Canada pour créé la société Iogen qui produit de l'éthanol à partir de cellulose. Mais quand vient le temps d'aider un chercheur indépendant...

L'ironie, c'est que financièrement parlant, il semble que personne n'ait besoin d'un moteur plus propre, plus compact et moins énergivore...

Ce qui manque à la Quasiturbine c'est du temps de développement et félicité Gilles St-Hilaire pour son courage à ne pas lâcher!

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#4

Message par DanB » 27 juin 2007, 22:13

Salut. Pour commencer, globalement, je trouve que l'histoire de la quasiturbine ressemble étrangement aux autres histoires d'inventeurs de machine à mouvement perpétuel. La prétention de la quasiturbine n'est pas le mouvement perpétuel mais l'augmentation des rendements actuels mais, pour le reste, les similarités sont impressionnantes :

-Grandes promesses fantasmagoriques sans aucune retenue (tant qu'à promettre n'importe quoi d'invérifiable, autant beurrer épais, très épais!)
-Aucun résultat concret
-Aucune mesure simple et rigoureuse. On utilise des détours, à la manière des illusionnistes
-Appel à la théorie du complot pour justifier son échec

Ils devraient être un peuplus humbles dans leur approche, les résultats risqueraient peut-être d'être meilleurs. Avant de propulser la navette, ce serait bien de pouvoir faire tourner qqch de beaucoup plus simple et plus petit.
DanB a écrit :St-Hilaire semble travailler depuis longtemps sur ce projet qui a bien peu de chances de réussite, principalement parce que ses hypothèses de base ne sont pas fondées.
urluberlu a écrit :Les hypothèses de Gilles St-Hilaire sont fondées, il a étudié et mis en perspectives plus de 19 paramètres moteur pour en arriver au concept de Quasiturbine avec chariot d'abords puis "SC": sans chariot. Il y a 15 ans de réflexions et de calculs derrière le premier brevet. Gilles St-Hilaire est un véritable ingénieur scientifique.
Je n'ai pas trouvé de Gilles St-Hilaire membre de l'ordre des ingénieurs. Vous?

En ce qui concerne les hypothèses de St-Hilaire, celle qui semble revenir le plus souvent est qu'un moteur à pistons est inefficace parce que le piston n'est en poussée que 25% du temps. Les faits sont pourtant qu'un moteur à deux temps, qui pousse 50% du temps, est moins efficace qu'un moteur 4 temps qui pousse 25% du temps.

D'ailleurs, le concept même de la quasiturbine, qui utilise elle aussi 4 temps, démontre que l'inventeur lui-même considère que cette hypothèse est fausse.

Quant au % du temps en poussée, il suffit de jouer sur les mots pour avoir le % que l'on veut.
DanB a écrit :Mais ils ne sont pas en reste puisque leur site déborde d'affirmations mirobolantes. Ainsi, la quasiturbine serait plus efficace qu'à peu près n'importe quoi, pourrait utiliser n'importe quel combustible, etc.
urluberlu a écrit :En réalité, là Quasiturbine promet de faire mieux là où le piston a atteint ses limites, peu importe le mode utilisé soit en combustion interne, à l'air comprimé ou en mode Stirling.
C'est très facile de promettre n'importe quoi sans livrer quoi que ce soit de concret. Voir les échanges sur l'astrologie et la clairvoyance.

Pour arriver au niveau de la quasiturbine, je n'ai qu'à prendre un moteur de tondeuse, le déguiser pour que ce ne soit pas trop évident, le faire fonctionner à l'air et mettre une petite animation. Par la suite, je prétends n'importe quoi sur les capacités de mon invention, en en mettant plus que moins, sans aucune humilité. Voilà, j'ai réussi en une soirée le travail de tout la gang de la quasiturbine!

Seul problème, mon moteur de tondeuse, lui, contrairement à la quasiturbine, va aussi fonctionner à l'essence!!! On peut aisément faire fonctionner ces petits moteurs au propane ou au gaz naturel aussi avec des petits kits de conversion vendus sur eBay.
DanB a écrit :Le seul problème qu'ils ont est qu'il ne réussissent à en faire tourner une qu'en lui poussant un gaz sous pression. Avec suffisamment de pression, on peut faire bouger n'importe quoi, mais on peut se douter que le rendement est minime...
urluberlu a écrit :Tu as raison, on a jusqu'à présent pu voir fonctionné que des Quasiturbine à air comprimé ou a vapeur, mais ce fut le cas également pour les premiers moteur à pistons. Les premiers moteurs à piston ont fonctionné d'abord à l'air chaud (stirling) puis a vapeur, puis à combustion interne et toute cette évolution s'est déroulée sur plus de 2 siècles. Les premiers moteurs à piston efficaces étaient gigantesques.

Il a fallu attendre 40 ans entre l'invention du moteur diesel et son installation dans une voiture de série, c'est extrèmement complexe de développer un nouveau moteur, quel qu'il soit et la Quasiturbine n'y échappe pas...
Diésel n'a pas pris 10 ans entre son idée et un prototype fonctionnel, à une époque où les développements technologiques étaient beaucoup plus lents qu'aujourd'hui. Diésel n'avait pas de centre d'usinage à commande numérique ni de logiciel de simulation, de FAO, de DAO ou de quoi que ce soit du genre. La «fabuleuse» équipe de la quasiturbine fait vraiment piètre figure à côté de ça!

Les patenteux réussissent habituellement minimalement à faire tourner leur bébelle. La quasiturbine n'en est même pas rendue là!
DanB a écrit :Lors d'une pathétique démonstration à l'émission Découvertes de Radio-Canada, ils avaient tenté de faire tourner un petit moteur à essence... sans succès! Cela veut dire que l'appareil ne dégage même pas assez de puissance, en brûlant de l'essence, pour réussir à combattre sa friction interne. On parle ici d'une efficacité négative! Tout moteur à essence qui fonctionne démontre donc une plus grande efficacité que la quasiturbine!!!
urluberlu a écrit :Cette démonstration à l'émission Découverte ne servait seulement qu'à démontrer qu'il était possible de l'utiliser en mode combustion interne, il y a une marge entre démonstration, prototypage et produit fini.
Dommage, puisque la démo a surtout démontré qu'il était impossible de l'utiliser en mode combustion interne. Les années qui se sont écoulées depuis sans amélioration du résultat ne viennent que confirmer que c'est un cul de sac technologique.

Puissance produire < friction interne = rendement négatif. La quasiturbine n'a pas un rendement faible, elle a un rendement négatif!!!!

Au moins, les patenteux réussissent à avoir un rendement positif, faible peut-être, mais au moins positif. La quasiturbine a réussi à faire pire!
DanB a écrit :Il n'ont donc plus d'autre choix que d'utiliser l'imposante puissance que l'on peut transmettre grâce à un gaz sous pression (air comprimé ou dilatation de l'azote liquide, par exemple). Évidemment, on s'en doute, le rendement de la quasiturbine utilisant cette source d'énergie est probablement moindre que n'importe quel autre moteur pneumatique. Rien de miraculeux là-dedans.
urluberlu a écrit :Avec l'air comprimé, on est pas très loin de la machine a vapeur, et puis l'air comprimé n'est pas difficile à produire. En plus ça délivre beaucoup de puissance!
La question n'est pas à savoir si l'air comprimé est facile à produire ou s'il délivre beaucoup de puissance! Le problème, c'est le rendement. Évidemment, on évite de le souligner, probablement parce que les chiffres ne sont pas très bon.

Tout ce qui réussit à faire fonctionner cette bébelle, c'est de lui pousser du gaz dans le derrière pour qu'elle finisse par réussir à tourner. C'est la seule version qui réussit à tourner. Si c'est si prometteur, il faudrait mesurer la puissance électrique consommée par le compresseur qui compresse l'air nécessaire à la quasiturbine et comparer cela à la puissance fournie à l'arbre par la quasiturbine. Les résultats risquent d'être pathétiques. L'air comprimé est une forme d'énergie pratique mais bien peu efficace.

D'ailleurs, l'air comprimé semble être une solution vers laquelle les gens derrière la quasiturbine se sont tournés face à l'échec de la combustion interne. Il faut vraiment un mauvais concept pour ne pas réussir à faire fonctionner qqch avec de l'air comprimé. Ils réussissent à le faire en quelques heures dans l'émission Cour à scrap!!!
DanB a écrit :Ça explique probablement pourquoi depuis plus de 10 ans, aucun prototype ne fonctionne et aucun industriel ne s'est intéressé à la technologie. Ce qui ne les empêche pas de promettre mers et mondes au sujet de leur bébelle...!
urluberlu a écrit :Il faut en général 5 ans et plus de 500 millions de dollars pour une entreprise comme Ford ou GM a développer une nouvelle génération de moteur. Gilles St-Hilaire, lui avec le peu de moyens financier que nos gouvernements lui accordent a réussi à produire 3 types de Quasiturbines fonctionnelles.
C'est quoi les trois types? Pneumatique, hydraulique, azote? Ça revient pas mal au même : pousse-moi! Des étudiants du secondaire sont capables de faire ça en une session! Là où l'on distingue les hommes des enfants, c'est un niveau du rendement. On attends des chiffres rigoureusement mesurés en ce qui concerne la quasiturbine!

Les caractéristiques d'un un moteur de série sont beaucoup plus contraignantes que celles d'un prototype. Pour l'instant, la quasiturbine fait chou blanc dès cette étape, et ça stagne depuis des années.
DanB a écrit :Ils ont aussi une espèce d'agent de relation publique, Jean Rémillard, qui parle de l'inventeur avec une admiration et un dévouement proche des agneaux qui parlent de leur gourou.
urluberlu a écrit :N'importequel passionné a des air de gourous quand il parle de ses passions et Jean Rémillard croit fermement en la Quasiturbine.
Dans ma comparaison, Rémillard est l'agneau, St-Hilaire, le gourou. L'admiration de Rémillard semble sans borne, sans critique, sans retenue, sans limite. Son discours parle beaucoup plus de l'inventeur que de l'invention. Faut croire qu'il n'y a rien d'intéressant ni de concret à dire sur l'invention, dont le concept semble le dépasser.
DanB a écrit :Malgré tout, comme de nombreux autres inventeurs de moteurs révolutionnaires qui ne marchent jamais quand vient le temps des démonstrations, ils réussissent à faire régulièrement parler d'eux...
urluberlu a écrit :Là, il faudrait voir du coté des lobbys qui contrôlent le financement de la recherche au Québec et au Canada. On dépense des fortunes pour se faire des "partenaires technologiques" partout dans le monde. Et nos gouvernement n'arrivent même pas à financer d'études "scientifiques" sur la Quasiturbine. Hydro-Québec à Shawinigan boude la QT alors qu'ils ont justement pour mandat d'étudier toutes formes d'énergies alternatives pour le Québec. Le Canada a déboursé plusieurs dizaine de millions de dollars en collaboration avec Shell et Petro-Canada pour créé la société Iogen qui produit de l'éthanol à partir de cellulose. Mais quand vient le temps d'aider un chercheur indépendant...
Voilà que la classique théorie du complot ressort. Quel cas classique de patenteux de machine à mouvement perpétuel!

En passant, beaucoup plus de gens sont intéressés à réduire le coût de l'énergie qu'il y en a qui sont intéressés à l'augmenter. Le lobby de l'économie est donc nettement plus gros que celui de la dépense.

St-Hilaire devrait commencer par faire un petit test sérieux, avec un protocole rigoureux, afin d'évaluer le rendement du peu de prototypes qui réussissent à fonctionner à ce jour. Ça ne coûte pas cher. Mais les résultats risque d'être décevants. Il doit le savoir puisqu'il ne l'a jamais fait en 15 ans alors que c'est normalement la première chose qu'il faudrait faire pour démontrer l'efficacité de la machine. Mais, là encore, c'est une caractéristique typique des inventeurs de machines à mouvement perpétuel d'être incapables de tester simplement et efficacement leurs invention. C'est du déjà vu.

Il pourrait aussi approcher une moyenne industrie par exemple qui serait intéressée à réduire sa consommation d'air comprimé ou encore le poids de certains équipements. Si ça marche, vous payez un prix donné, si ça ne marche par, on oublie ça. Puisque la quasiturbine est si merveilleuse, le risque devrait être nul!

Plusieurs industries de dimensions réduites ont tout l'équipement pour machiner le produit.
urluberlu a écrit :L'ironie, c'est que financièrement parlant, il semble que personne n'ait besoin d'un moteur plus propre, plus compact et moins énergivore...
Le critère premier est d'avoir un moteur qui fonctionne!

Tant que cela n'est pas réussit, le reste des affirmations n'a aucune valeur.

Évidement, un petit moteur qui ne fonctionne pas est très propre et vraiment peu énergivore!!! Faudrait accorder un peu plus de point à la fonctionnalité dans la matrice d'évaluation!!!!!

On considère que le capital de risque abonde sur le marché. Si personne dans tout l'univers ne s'intéresse à ce produit, c'est peut-être un signe assez évident qu'il y a qqch qui cloche.

Je crois que beaucoup d'investisseurs échangeraient les milliers de belles promesses pour un peu de concret. Le problème, c'est que le concret ne semble pas exister, alors que c'est si facile de faire des promesses…

En passant, c'est beaucoup plus facile d'avoir des subventions quand on va chercher un peu de capital privé. Maintenant, si notre produit n'intéresse personne, c'est une autre histoire…
urluberlu a écrit :Ce qui manque à la Quasiturbine c'est du temps de développement et félicité Gilles St-Hilaire pour son courage à ne pas lâcher!
Ça fait un méchant bout que St-Hilaire a du temps de développement. D'ailleurs, s'il passait moins de temps à inonder les newsgroups, il pourrait probablement en mettre plus sur sa machine, à moins qu'il n'ait lui-même déjà lâché la serviette et que ce soit là le chant du cygne!

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 21149
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#5

Message par Jean-Francois » 28 juin 2007, 08:22

DanB a écrit :Salut. Pour commencer, globalement, je trouve que l'histoire de la quasiturbine ressemble étrangement aux autres histoires d'inventeurs de machine à mouvement perpétuel
Pour le peu que j'en comprenne, j'en ai aussi l'impression.

Ce qui m'étonne le plus, naivement, c'est la symétrie du machin. Je me serai attendu à ce que les "chambres" soient asymétriques afin de forcer le mouvement dans une direction privilégiée. Est-ce que l'engin ne repose pas sur un équilibre, ce qui entraînerait une déperdition d'énergie déjà à la base pour lutter contre cet équilibre?
DanB a écrit :Diésel n'avait pas de centre d'usinage à commande numérique ni de logiciel de simulation, de FAO, de DAO ou de quoi que ce soit du genre. La «fabuleuse» équipe de la quasiturbine fait vraiment piètre figure à côté de ça!
Heu, l'équipe de la quasiturbine n'a peut-être pas l'équipement technologique d'une écurie de F1 à sa disposition. Mais, si le principe était sensé (avait fait ses preuves), n'importe quelle écurie serait prêt à l'adopter... me semble.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#6

Message par DanB » 28 juin 2007, 23:07

Jean-Francois a écrit :Ce qui m'étonne le plus, naivement, c'est la symétrie du machin. Je me serai attendu à ce que les "chambres" soient asymétriques afin de forcer le mouvement dans une direction privilégiée. Est-ce que l'engin ne repose pas sur un équilibre, ce qui entraînerait une déperdition d'énergie déjà à la base pour lutter contre cet équilibre?
L'enceinte est un peu ovale, la chambre est donc plus grande sur les côtés. Mais si l'allumage se fait lorsque un des 4 «pistons» est centré sur la bougie, effectivement, la poussée est égale des deux côtés. C'est peut-être pour ça que ça ne marche pas...

Sur les moteurs rotatifs, la rotation du rotor est désaxée justement pour que la poussée ne soit pas radiale par rapport à l'essieu, et la bougie est à 45 degrés, si on peut dire.
DanB a écrit :Diésel n'avait pas de centre d'usinage à commande numérique ni de logiciel de simulation, de FAO, de DAO ou de quoi que ce soit du genre. La «fabuleuse» équipe de la quasiturbine fait vraiment piètre figure à côté de ça!
Jean-Francois a écrit :Heu, l'équipe de la quasiturbine n'a peut-être pas l'équipement technologique d'une écurie de F1 à sa disposition.
L'équipement dont je parle est très commun.
Jean-Francois a écrit :Mais, si le principe était sensé (avait fait ses preuves), n'importe quelle écurie serait prêt à l'adopter... me semble.
En fait, avant de penser à la Formule 1, il faudrait qu'il y ait minimalement au moins un exemplaire qui fonctionne au combustible. Malheureusement, ce n'est même pas le cas!!! Il n'y a présentement aucune quasiturbine qui fonctionne au combustible. Pathétique n'est-ce pas?

Il se sont alors repliés sur le pneumatique, mais avec quel rendement? Le pneumatique, c'est une énergie pratique. Ce n'est pas une énergie efficace.

Malgré tout, ça ne les empêche pas de faire d'incroyables promesses de performance! Ils sont très humbles dans leur développement!!!! Ça me semble tout l'inverse d'une approche scientifique sérieuse.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 21149
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#7

Message par Jean-Francois » 29 juin 2007, 07:39

DanB a écrit :
Jean-Francois a écrit :Ce qui m'étonne le plus, naivement, c'est la symétrie du machin. Je me serai attendu à ce que les "chambres" soient asymétriques afin de forcer le mouvement dans une direction privilégiée. Est-ce que l'engin ne repose pas sur un équilibre, ce qui entraînerait une déperdition d'énergie déjà à la base pour lutter contre cet équilibre?
L'enceinte est un peu ovale, la chambre est donc plus grande sur les côtés. Mais si l'allumage se fait lorsque un des 4 «pistons» est centré sur la bougie, effectivement, la poussée est égale des deux côtés. C'est peut-être pour ça que ça ne marche pas...
Je ne suis pas ingénieur, technicien ou quoi que ce soit, mais j'ai l'impression que même si les bougies étaient décallées dans la "chambre" ça ne changerait pas grand chose. A la vitesse de l'explosion, une grande partie de la pression générée sera contre-productive. Des chambres asymétriques diminueraient peut-être le problème (sans pour autant l'éliminer)?
Ça me semble tout l'inverse d'une approche scientifique sérieuse
J'ai aussi l'impression qu'ils moussent leurs produits sans offrir d'assurance quant à leur fiabilité. C'est peut-être pas tout à fait le niveau des promesses de Raoul Hatem mais ça ne me semble pas une grosse amélioration par rapport à ce qui se fait présentement. Si encore la quasiturbine permettait vraiment un gain de place (et de matériel) sous le capot... mais, ce n'est pas vrai s'il faut inclure le générateur d'air comprimé.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#8

Message par DanB » 29 juin 2007, 22:19

Jean-Francois a écrit :Je ne suis pas ingénieur, technicien ou quoi que ce soit, mais j'ai l'impression que même si les bougies étaient décallées dans la "chambre" ça ne changerait pas grand chose. A la vitesse de l'explosion, une grande partie de la pression générée sera contre-productive. Des chambres asymétriques diminueraient peut-être le problème (sans pour autant l'éliminer)?
Il y a l'asymétrie, mais la distance radiale entre une arrête et l'arbre est plus longue que celle entre l'arrête à 90 degrés en retard. Le couple généré devrait donc être plus grand d'un côté que de l'autre. Aussi, faudrait que je m'y penche plus, mais la seule façon pour le gaz de prendre de l'expansion est de pousser pour que le rotor tourne de façon à augmenter le volume de la chambre. Mais il semble y avoir de la perte effectivement. Ça explique peut-être pourquoi les moteurs rotatifs consomment plus que les moteurs à pistons.

Dans le cas du Wankel, le rotor se déplace p/r à l'essieu. La force n'est donc pas 100% radiale et il y a une composante tangentielle. Mais il y a aussi en quelque sorte une autre compostante tangentielle qui est contre productive.
Jean-Francois a écrit :J'ai aussi l'impression qu'ils moussent leurs produits sans offrir d'assurance quant à leur fiabilité.
Avant de parler de fiabilité, de rendement, de puissance, de volume, etc, il faudrait minimalement qu'un de ces moteurs fonctionne au combustible! Il me semble qu'ils mettent la charrue loin devant les boeufs!
Jean-Francois a écrit :ça ne me semble pas une grosse amélioration par rapport à ce qui se fait présentement.
En effet, un moteur qui ne fonctionne pas, ce n'est pas vraiment utile...!
Jean-Francois a écrit :Si encore la quasiturbine permettait vraiment un gain de place (et de matériel) sous le capot... mais, ce n'est pas vrai s'il faut inclure le générateur d'air comprimé.
Un générateur d'air comprimé, ça veut dire un compresseur. Comme le rendement des systèmes à l'air comprimé est inférieur à 1:6 (donc moins de 15% de rendement), pour avoir 100 hp d'air comprimé, ça va prendre un moteur de 600 hp, avec un assécheur évidemment, ça se traîne bien... Je n'en vois pas vraiment l'intérêt!

Si on utilise un réservoir, l'autonomie risque d'être très faible et le rendement ne sera pas meilleur. Certains ont parlé de s'en servir pour hybridiser des voitures, mais encore là, le pneumatique n'est pas concurrentiel.

L'air comprimé semble uniquement un dernier recours pour essayer de faire tourner leur bébelle.

urluberlu
Messages : 4
Inscription : 25 juin 2007, 22:41

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#9

Message par urluberlu » 05 sept. 2007, 15:35

Heu, l'équipe de la quasiturbine n'a peut-être pas l'équipement technologique d'une écurie de F1 à sa disposition. Mais, si le principe était sensé (avait fait ses preuves), n'importe quelle écurie serait prêt à l'adopter... me semble.
Tout d'abord, les grandes écuries tenteront de contourner les brevet de Gilles St-Hilaire. C'est toujours ainsi que ça se passe; et pour une invention aussi stratégique que celle de Gilles St-Hilaire, il vont prendre leur temps pour tenter de contourner les brevets.

Ensuite, il faut savoir aussi, que les intéressés à la Quasiturbine vont tenir leur intérêt secret un certain temps, car s'intéresser à la Quasiturbine, c'est se mettre à dos tout les grands constructeur automobile qui n'ont aucun intérêt à voir la Quasiturbine prendre du pouvoir.

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#10

Message par DanB » 05 sept. 2007, 22:07

Évidemment, on s'attendait à ce qu'on cache l'échec de cette patente derrière la théorie du complot, c'est classique. À ajouter à la longue liste de bébelles patentées par des incompétents et qui ne fonctionnent pas!

D'ailleurs, on attend toujours une quasipatente qui fonctionne!

Comme j'écrivais, grandes prétentions, petits résultats. Les gens sérieux ont habituellement l'attitude inverse.

urluberlu
Messages : 4
Inscription : 25 juin 2007, 22:41

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#11

Message par urluberlu » 06 sept. 2007, 19:09

Il faut juste un peu de patience, ça peu être long parfois d'inventer quelquechose de totalement nouveau.

Si on prends l'exemple du nucléaire, on a beau investir des sommes astronomiques en recherche et développement, on a toujours pas réussi à rendre cette énergie propre. L'argent ne donne pas tout dans la vie...

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#12

Message par DanB » 06 sept. 2007, 21:27

À ce moment, il ne faut pas prétendre un tas de choses alors qu'on n'a rien pour démontrer ne serait-ce qu'une parcelle de nos prétentions.

On laisse les réalisations parler d'elles-même. Évidemment, quand on n'a rien réalisé, c'est plus difficile!

De toute façon, mêm les explications techniques reposent sur des prémisses qui sont fausses, tel que démontré précédemment. Pas surprenant que ça ne marche pas.

urluberlu
Messages : 4
Inscription : 25 juin 2007, 22:41

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#13

Message par urluberlu » 05 janv. 2008, 23:33

Bonjour, 


L'Association de Promotion des Usages de la Quasiturbine (APUQ) a un nouveau site internet qui inclus également un forum de discussion, venez nous visiter en grand nombre! 
 


http://www.apuqt.com 
 


Aurevoir

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#14

Message par Jonathan l » 06 janv. 2008, 08:01

Suis-je le seul a voir une ironie dans son pseudo?
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#15

Message par DanB » 06 janv. 2008, 11:28

Moi, je ne vois pas l'ironie, je crois que c'est vraiment un urluberlu...

Aux dernières nouvelles (plusieurs années), leur patente ne fonctionnait que s'il y avait une autre machine (compresseur, chaudière, pompe) pour la pousser, avec en plus un rendement douteux. Je ne sais pas si ça a évolué depuis, mais j'ai l'impression que non! C'est ce qui arrive quand on s'appuie sur des hypothèses qui sont fausses.

Mais ça ne les empêche pas de promettre la lune pour bientôt, en toute modestie!
Envoyé de mon iMac ou de mon iPad ou de mon iPhone

Avatar de l’utilisateur
Ptoufle
Messages : 1988
Inscription : 13 juin 2007, 19:40
Localisation : Blois, France

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#16

Message par Ptoufle » 06 janv. 2008, 19:06

Dans le cas d'un moteur a piston a combustion interne, l'efficacité globale du système ne transmet que 17% de l'énergie produite vers l'arbre de transmission, le reste étant perdu sous forme de chaleur, de gaz imbrûlés, de vibrations et de sous-systèmes; pompe à eau, alternateur, arbre a came, etc.
Un diesel moderne a un rendement de 35 à 40%, à l'arbre.
On perd surtout de l'énergie dans le va-et-viens du piston.
Non. cette perte en frottements et boucle basse pression n'est pas si importante que cela, à partir du moment où on sort du ralenti.
"The greatest enemy of knowledge is not ignorance ; it is the illusion of knowledge"
Stephen Hawking

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#17

Message par Jonathan l » 06 janv. 2008, 20:49

DanB je vien de voir ta signature... trop fort :P
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

QQOD
Messages : 3
Inscription : 13 mars 2008, 19:46
Localisation : France

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#18

Message par QQOD » 13 mars 2008, 20:36

Bonjour à tous!

Je me suis inscrit sur ce forum rien que pour vous faire part de certains déboires avec la quasiturbine. Nous disposons dans mon établissement d'étude d'une Quasiturbine "kit académique" - pneumatique ...
Je suis tout à fait d'accord avec tout ce que vous avez dit en ce qui concerne le côté non scientifique et désespéré de quelqu'un qui chercherait à se défendre comme il peut après s'être rendu compte qu'il n'a finalement pas trouvé le mouvement perpétuel.

Dès la réception de la QT par notre établissement, elle ne fonctionnait pas, à un tel point que tout le monde a cru s'être fait arnaquer. Et c'est qu'après expertise par des spécialistes, rectifications de pièces et caractérisation point par point des problèmes pour les résoudre, que la Quasiturbine s'est mise à tourner (et pas rondement, alors que le concepteur indiquait qu'elle tournait ainsi à l'envoi).

C'est un modèle académique et le concepteur indique bien qu'elle ne peut pas avoir la prétention de montrer de grandes performances, en ce qui nous concerne, avec 6 bars à l'entrée, une vitesse de rotation inférieur à 300 rpm, il est possible de la stopper à la main en bloquant l'axe de rotation.

Ce que je critique n'est pas le concept de Quasiturbine en lui-même, mais la façon dont il est matérialisé. La technique utilisée pour ce faire n'est pas de la plus logique. Parce que c'est un "kit académique", qui n'a pour prétention que de démontrer le concept et sa viabilité? Le modèle disponible non académique est très similaire au modèle académique (c'est même indiqué sur le site web), et montre le même principal problème de par sa conception.

Pour la petite histoire, sachez que le concept de Moteur/Machine Rotative à Losange Déformable (MRLD), tel qu'on le connais dans sa configuration actuel (quatre pales etc. ) n'a pas pour origine la Quasiturbine de M. St-Hilaire mais des origines variées d'un Allemand d'abord, Jordan Alfred, qui aurait déposé en brevet d'invention N° 77 31563, de numéro de publication 2 374 512. Ensuite c'est M. Guy Laurencin, Français, qui a déposé le brevet d'invention PV n° 44.230, le 2 décembre 1963 à Lyon. Une autre demande de brevet d'invention N° 74 06840 aurait été déposé par Martin Artajo José Ignacio, Espagnole, dont le numéro de publication est 2 235 268. C'est ensuite le brevet d'invention PV n° 956.091, demandé le 4 décembre 1963 à Paris par M. Pierre Magnenet, Français. ensuite dans les années 80, M. Jean-Pierre Ambert a fait une demande de brevet, mais on lui a, apparemment, opposé comme antériorité les brevets précédents. Ces antériorités ont d'ailleurs peut-être été opposées à St-Hilaire lorsqu'il a souhaité breveter sa Quasiturbine en Europe...
rendez vous sur ce lien, pour vous rendre compte comme l'état actuel de la Quasiturbine ressemble à quelque chose de plus ancien, inventé par Jean-Pierre Ambert : http://home.tele2.fr/gipa-s-team/Moteur ... if%204.htm

Tout ça pour dire que l'idée "gourou" a un argument de son côté: St-Hilaire se déclare le concepteur génie de la Quasiturbine, et pourtant... Autre chose est la difficulté de correspondre de façon vraiment constructive avec lui, il n'a cessé de prendre les gens de haut et d'indiquer que si notre Quasiturbine ne fonctionnait pas c'est parce ses conseils n'ont pas étés suivis et que les utilisateurs l'avait abîmé, et n'avaient même pas été capable de la remonter dans sa séquence originelle...
Ce type de contact avec le vendeur, qui, de plus, est le concepteur, a même été un frein au déroulement du projet, c'est vraiment dommage.
Notre point de vue d'aujourd'hui est qu'il faudra faire de nombreux efforts niveau conception d'ensemble, ainsi que marketing, parce que le côté pas du tout modeste de M. Quasiturbine a vraiment ses limites.
C'est sûr que niveau rendement en air comprimé, ça peut paraître une abération, mais pensez par exemple à un fonctionnement à la vapeur, un MRLD pourrait être vraiment intéressant pour de la génération d'électricité - me semble-t-il.

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#19

Message par DanB » 13 mars 2008, 23:01

St-Hilaire sévit avec la même frustration hautaine sur les newsgroups. Il faut le comprendre, ça s'en va nulle part son affaire!

Je persiste à affirmer que le concept reste basé sur des hypothèses qui sont fausses et un jeu sémantique.

Quant au fonctionnement à la vapeur, le rendement ne sera pas meilleur qu'à l'air. Le rendement de la quasiturbine sera là aussi atroce et bien inférieur aux turbines à vapeur que l'on utilise depuis longtemps.

Le problème n'est pas de convertir de la vapeur en mouvement mécanique, mais plutôt de le faire avec le meilleur rendement possible.

Quant à l'air comprimé, ce n'est qu'une façon, tout comme l'hydrogène, de cacher la pollution et l'inefficacité.
Envoyé de mon iMac ou de mon iPad ou de mon iPhone

QQOD
Messages : 3
Inscription : 13 mars 2008, 19:46
Localisation : France

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#20

Message par QQOD » 23 mars 2008, 14:22

Avec mon niveau d'études, j'ai assez de mal à caractériser point par points les problèmes du concept, surtout que je n'ai pas vraiment la possibilité de trouver des références fiables. Mis à part les hypothèses des gens "pro quasiturbine", il n'y a pas grand chose. Et les ingénieurs ou autres avec qui j'en ai parlé n'ont pas eu l'occasion d'étudiér le concept pour me donner beaucoup d'hypothèses. Et donc il m'est assez difficile de faire la part des choses du jeu sémantique des sois-disant inventeurs de la quasiturbine.

Peut-être que l'un de vous saura m'aider? DanB, peux-tu être plus précis quant au fait que le concept est basé sur des hypothèses fausses?

De toutes les informations que je trouve, il m'est très difficile d'en trouver le sens, par le simple fait que le jeu sémantique avec lequel elles sont données n'en donne pas un précis, mais plusieurs potentiels, qui, parfois même, se contredisent. Ca m'est vraiment difficile de comprendre ce qu'ils veulent dire lorsqu'ils utilisent un vocabulaire non mécanique. Il est clair que ça ne fait pas très scientifique, pour quelqu'un qui s'y connaît, mais pour un néophyte, ça donne toujours un air rigoureux et sérieux.

En parcourant le livre "la Quasitubine écologique, le meilleur du piston et de la turbine", écrit par la famille Saint-Hilaire, j'ai pu lire: "En vertu du principe physique d'hydrostatique, quelle que soit la forme de la pale, ou la surface du piston, la piston est normale à la surface définie par les joints" Cependant, le principe de l'hydrostatique ne s'applique-t-il pas pour l'étude de fluides immobiles? C'est évidemment pas le cas des la quasiturbine, dans laquelle c'est justement les variations d'énergies cinétiques du fluide admis, qui permet l'utilisation qu'on connaît d'une quasiturbine. Ce principe pourrait s'appliquer pour calculer la pression limite permettant d'engendrer la rotation, mais dans la pratique, ça n'est pas possible du tout, en raison des fuites qu'il y a entre les parois et le rotor (avec donc un fluide qui n'est plus immobile). Ca c'est un exemple de mon incompréhension, je n'arrive pas à comprendre pourquoi la poussée pourrait, par exemple, être normale à la surface définie par les joints, et comment le théorème de l'hydrostatique le permetterait. Ils indiquent du coups que cette poussée est tangentielle à la rotation. Cependant rien que par le fait que le plan des joints de contours ne passent pas toujours par le centre de rotation, la poussée ne peut déjà pas être tangentielle à la rotation.

Une vue d'une quasiturbine ouverte, qui vous aidera peut-être à mieux voir ce que je veux dire:
http://bioage.typepad.com/photos/uncate ... urbine.png
l'admission de fluide comprimé se faisant par les bas en gauche et le haut à droite, les deux autres trous servant à l'échappement.

Avatar de l’utilisateur
Panzermeister
Messages : 260
Inscription : 30 août 2007, 11:10

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#21

Message par Panzermeister » 21 avr. 2008, 21:07

A la vue des explications données sur le site, mon impression (personnelle) est que la théorie semble bonne: avec moins de pièces mobiles et aucun "temps mort propulsif", le moteur dit QuasiTurbine devrait être doté d'un meilleur rendement final.
Pour autant il me semble que c'est justement son défaut: à trop vouloir réduire le nombre de pièces mobiles (et donc de source de déperdition) il y a un gros problème de fiabilité et de conservation du réglage face à l'usure (plus les joints, etc). Ceci risque fort d'ailleurs d'être un note éliminatoire pour ce moteur qui est en théorie plus efficace.
La turbine classique est déjà un bon progrès par rapport au moteur à explosion. Et elle est encore peu miniaturisée. Elle me semble plus robuste par rapport à cette quasi-turbine, et donc plus fiable.
Ach...

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31
Localisation : Québec

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#22

Message par DanB » 22 avr. 2008, 21:53

Moi, je trouve qu'elle comporte beaucoup de pièces et surtout, des problèmes critiques de friction. Ce n'est pas pour rien qu'encore aucune quasiturbine ne réussisse à dégager la puissance nécessaire à simplement combatre sa friction interne! Imaginez, la friction dans le moteur est plus importante que la puissance dégagée. On a un rendement négatif!!!

Quant aux temps morts, deux choses :

1-Il n'y a pas de corrélation entre les temps morts et l'efficacité. La preuve, un moteur 4 temps est plus efficace qu'un moteur deux temps. C'est un faux problème.
2-Si l'hypothèse 1 était vraie, et bien chaque chariot, qui est l'équivalent d'un piston, passe, tout comme un piston, 75% du temps à ne pas pousser. C'est simplement en prenant l'ensemble des chariots qu'on a une poussée tout le temps. Mais si on considère l'ensemble d'un moteur avec 4 pistons aussi, on a aussi une poussée tout le temps. La quasiturbine fonctionne avec 4 temps, dont 3 où il n'y a pas poussée. Ils ne font que jouer sur les mots. Mais, de toute façon, ça n'a pas d'importance.

Quant aux turbines, je crois que le rendement tourne autour de 50%, je me trompe?

QQOD, je viens de relire ton message, et il faudrait que je fouille dans mes livres de physique et même à ça, je ne suis pas sûr que j'arriverais à sortir qqch d'intéressant. Je crois que St-Hilaire sort toutes sortes de concepts difficiles à suivre pour essayer d'étourdir, mais il se fait planter sur les newsgroups et personne ne confirme son point de vue. Il est seul de son clan. On dirait qu'il espère que personne n'y comprendra rien.

Instinctivement, il me semble que la poussée sur un vilbrequin d'un piston est plus efficace que celle de l'expansion du gaz dans la chambre créée dans la quasiturbine. Il faudrait calculer la force tangentielle que ça peut générer à quelques points de la course. Par contre, je ne sais pas comment varie la pression dans un cylindre de voiture et encore moins dans une chambre de quasiturbine.
Envoyé de mon iMac ou de mon iPad ou de mon iPhone

Avatar de l’utilisateur
Panzermeister
Messages : 260
Inscription : 30 août 2007, 11:10

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#23

Message par Panzermeister » 08 mai 2008, 20:04

DanB a écrit :1-Il n'y a pas de corrélation entre les temps morts et l'efficacité. La preuve, un moteur 4 temps est plus efficace qu'un moteur deux temps. C'est un faux problème.
Notons bien que je ne suis pas un tenant de la quasiturbine, car je n'en sait pas assez sur elle pour juger. Par contre je me demande si l'on est en accord sur la définition du temps mort propulsif et efficacité: En effet un piston de 2 temps passe 50% de son temps au "repos", tandis qu'un piston de 4 temps en passe 75%. Mais le moteur (~ ensemble des pistons) de base est souvent composé de 1 cylindre pour un 2temps, alors qu'il y en a 4 pour un 4temps. Donc le moteur (~ ensemble des pistons) est plus souple en mode 4temps qu'en 2temps... en général. Mais sur une bonne moto (genre twin flat) il n'y a plus cet inconvénient de moteur de mobylette. Et là le rendement augmente de beaucoup.
:grimace: L'efficacité dépend donc plus du rapport entre les pièces du moteur et l'adéquation entre conception (l'idée) et réalisation(la chose). Un V8 est nettement plus efficace un 4 cylindres alors que le temps d'action de chaque cylindre est de 1/8em. Et je ne parle même pas des moteurs d'avions (étoiles, V12, ...). Or ce sont tous des 4temps.
Donc il y a corrélation entre temps mort et efficacité dans la mesure où chaque type de moteur est analysé de la même façon: 1 cylindre chaque. Non?
:? Ais-été clair (j'ai un doute)
Ach...

Avatar de l’utilisateur
Panzermeister
Messages : 260
Inscription : 30 août 2007, 11:10

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#24

Message par Panzermeister » 08 mai 2008, 20:09

Je ne sais pas si vous êtes d'accord pour dire que la quasi-turbine a des chances de ressembler plus au bon vieux 4 cylindres/4temps, vue sa mécanique de base (?), qu'à la turbine qui est un moteur sans "temps".
Il faudrait donc mieux l'appeler "quasi-4cylindres"... rotatif!
Ach...

Avatar de l’utilisateur
Panzermeister
Messages : 260
Inscription : 30 août 2007, 11:10

Re: Quasiturbine - grandes prétentions, petits résultats

#25

Message par Panzermeister » 08 mai 2008, 20:37

:mrgreen: Ça turbine! (sorry)
Ach...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit