logo
Accueil » Actualite19

Soirée-Conférence

Prochaine conférence : vendredi 13 mars 2020 19h

Science et philosophie

Un dialogue de sourds ?

Jean-René Roy, astrophysicien

Le physicien américain Steve Weinberg, Prix Nobel de Physique (1979), a affirmé : « Je ne connais personne ayant participé activement à l’avancement de la physique dans la période d’après-guerre dont la recherche ait été aidée de manière significative par le travail des philosophes. » D’autre part, le philosophe des sciences Mario Bunge a écrit : « un scientifique est un philosophe, mais sans le savoir et sans même le vouloir ». Qui dit vrai ?

Ce malentendu se retrouve dans les discours sur l’indépendance de la science par rapport à la philosophie, et dans certains énoncés tonitruants à propos de cette discipline. Ce sont cette confusion et ce qui la cause que j’aborde en première partie de l’entretien.

Poursuivant ce filon, je pose en deuxième partie la question suivante : Quel rôle le sentiment esthétique joue-t-il en science ? Le Petit Robert décrit la beauté comme « l’état de ce qui est beau ». Un dictionnaire de l’anglais américain, le Merriam Webster, offre une définition plus élaborée : « The quality or aggregates of qualities in a person or thing that gives pleasure to the senses or pleasurably exalts the mind or spirit. »

J’applique cette définition de la beauté : dans un premier temps à la nature, et aux manières dont nous percevons et jugeons cette même nature d’un point de vue esthétique. J’explique ensuite pourquoi nous trouvons les choses belles en général, et en science en particulier. Je termine par un rappel des pièges que pose la beauté comme critère de vérité ou de scientificité.

Dialogue de sourds ? Assez fréquemment, mais pas nécessairement.

Jean-René Roy est astrophysicien. Il a travaillé à l’Université Laval, à l’Observatoire international Gemini, à la National Science Foundation et au Space Telescope Science Institute. Il a publié récemment Sur la science qui surprend, éclaire et dérange (2018) et Trente images qui ont révélé l’univers (2019) aux Presses de l’Université Laval. En 2017, il a été nommé chevalier de l’Ordre National du Québec.

 

Détails et conférences précédentes

Endroit : 1225 St-Joseph Est, Montréal. Membre ou étudiant : 5 $ / non-membre : 10 $.

(Réservations non requises)

 

  Conférences futures  
Date Titre (à confirmer) Conférencier
13 mars 2020 Science et philosophie, dialogue de sourds ? Jean-René Roy
13 mai 2020 Le manifeste des parvenus Julia Posca
13 octobre 2020 Je pense... donc l'univers est en expansion Robert Lamontagne

 

L'assemblée générale des Sceptiques du Québec aura lieu :

     le dimanche 15 mars 2020 à 14 heures

     au Centre humaniste, 1225 boul. Saint-Joseph Est, Montréal

     (près de la station de métro Laurier).

Un avis de convocation à cette assemblée sera envoyé aux membres et aux abonnés.

 

Revue Le Québec sceptique

CaricatureLe dernier numéro du Québec sceptique (#100), automne 2019, est sorti le 13 décembre. En vente à nos soirées-conférences, il est aussi disponible en librairie à Montréal (Librairie Zone Libre). On peut aussi s'abonner à la revue par Internet (PayPal) ou par la poste. On peut également se procurer une version électronique de la revue par téléchargement d'un fichier PDF.

La caricature en page couverture illustre le dilemme auquel la société québécoise a été confrontée il y a une cinquantaine d’années. Dans un contexte multireligieux et séculier, une enseignante peut-elle porter un signe religieux particulier sans indûment influencer ses élèves par sa préférence convictionnelle ?

Certains enjeux de société suscitent des propositions ardemment débattues sous forme d’un argumentaire social qui diffère sensiblement de la preuve scientifique formelle. Plusieurs textes présentent les arguments pour et contre le port de signes religieux par des enseignants.

Dans ce numéro, vous trouverez aussi l’analyse d’un cas d’interdiction de transfusion sanguine, d’étranges apparitions mariales et du mythe d’une fausse conquête de la Lune. Le biais de confirmation privilégie les éléments du réel qui correspondent à nos façons de voir les choses ; il se manifeste aussi sur le plan clinique. Vous y trouverez également le compte-rendu détaillé de trois récentes conférences : 1. Contaminants environnementaux – notre cerveau est-il en péril ? 2. Le TDAH, catégorie unique ou réalités cliniques différentes ? 3. La criminalistique – quand la science enquête.

Date de parution d'un numéro : 13 avril, 13 août, 13 décembre.

 Voir la liste des articles.


Lectures en ligne. Articles par thème : laïcité, religion, santé, psychologie, ovnis, controverses.

Copyright © 1999-2019 Les Sceptiques du Québec, inc.