Un autre outil de charlatan ? (1973)

Dr Ray L. Casterline

La récente prolifération de courts séminaires de formation à la technique de l'acupuncture devrait préoccuper chaque membre de la profession médicale. Une mauvaise application de cette technique pourrait reléguer ce qui pourrait être une technique thérapeutique efficace à un vulgaire outil de charlatan.

De nombreux diplômés récents de ces cours abrégés (3 à 5 jours) ont été identifiés comme étant des chiropraticiens, des naturopathes ou d’autres adeptes de philosophies similaires. Étant donné que les lois de nombreux États interdisent la ponction de la peau à ces praticiens, il n’est donc pas surprenant que nombre d’entre eux recourent à « l’essence de l’acupuncture » en appliquant la pression des doigts dans le cadre de leurs programmes de traitement. La différence entre l’acupuncture par pression des doigts et la méthode chiropratique habituelle n'est pas très claire. Et une récente conversation fortuite en avion de ligne avec un responsable de l’American Chiropractic Association ne m’a guère permis de clarifier la situation.

Plus tôt cette année, la Société américaine des anesthésistes a fait part de sa préoccupation  au sujet de l’application prématurée de l'acupuncture à des patients américains pour le soulagement de la douleur en cours d’opération. Leur déclaration était basée sur l’entorse actuelle à la traditionnelle évaluation scientifique de toute procédure thérapeutique avant son agréation en pratique médicale.

Quelques semaines plus tard, la Commission médicale de l'État de New York a adopté la position suivante : « L’acupuncture n’est pas une procédure médicale agréée dans l’État de New York. L’acupuncture impliquant le corps humain est une procédure expérimentale relevant de la pratique médicale, qui ne peut être réalisée légalement que par ou sous la surveillance directe d’un médecin agréé (à New York) et dans une institution adaptée à la recherche humaine. »

Début août (1972), le gouverneur de Californie Reagan a promulgué une loi autorisant la pratique de l’acupuncture et d’autres formes de médecine traditionnelle chinoise à une personne sans licence, mais seulement dans une école de médecine agréée. Parrainé par la California Medical Association, l'acte législatif stipulait que la procédure ne pouvait être effectuée que sous la surveillance directe d'un médecin agréé. De plus, sa réalisation devait être principalement destinée à une investigation scientifique de l'acupuncture.

Les associations médicales et les comités de délivrance des licences médicales de plusieurs autres États ont adopté des positions différentes de celles de New York et de la Californie. La variété des résolutions et des décisions va de l’interdire à l’essayer (« c’est l’adopter ? »). Ces dernières semaines, la Food and Drug Administration a empêché un certain nombre de colis d'aiguilles d'acupuncture et de stimulateurs électriques d'entrer aux États-Unis. Cette action est basée sur la responsabilité de la FDA de déterminer que de tels dispositifs sont conformes à la loi (étiquetage, sécurité, etc.) avant d'autoriser leur importation et ou leur transport entre États. Pour tout dispositif médical non éprouvé, non accepté ou non reconnu, la FDA exige généralement des recherches cliniques scientifiques valables sur son utilisation pour répondre à la question.

Ainsi, le Bureau des dispositifs médicaux de la FDA a récemment organisé une conférence à Washington, DC, invitant des représentants de l’American Medical Association, de l’American Society of Anesthesiologists, des National Institutes of Health, de la Federation of State Medical Boards, et des responsables des licences médicales des États de New York et de Californie, ainsi que des médecins considérés comme des autorités en acupuncture de l’Albert Einstein College of Medicine et de l’University of California Medical School (San Francisco).

Cette session d'une journée a abouti à un accord général sur le fait que les aiguilles d'acupuncture et les stimulateurs importés aux États-Unis (ainsi que ceux transportés entre États) devaient être classés et étiquetés comme dispositifs expérimentaux, limités à un usage d'investigation par des praticiens médicaux ou dentaires agréés.

En outre, il a été reconnu que les dispositions légales pertinentes sont loin d'être uniformes d'un État à l'autre, mais le consensus des participants était que l'acupuncture relevait effectivement de la pratique de la médecine et/ou de la dentisterie.

En outre, la nécessité de recherches supplémentaires sur l'acupuncture a été reconnue. Il a été généralement admis qu’une atmosphère scientifique contrôlée est nécessaire dans la conduite de telles études pour que les conclusions tirées soient largement acceptées par la communauté médicale. Nous avons reconnu le nombre limité mais significatif d’anesthésistes, psychiatres et hypnothérapeutes médicaux hautement qualifiés qui pratiquaient l’acupuncture dans le cadre de leur pratique habituelle. Leurs observations personnelles sur leur expérience pourraient être significatives si elles sont intégrées au corps d'informations attendues provenant de projets de recherche structurés.

Sans aucun doute, le temps presse, car l'acupuncture est là. Les cours « intensifs » et les séminaires abrégés sur la technique (ou son « essence ») continuent de produire chaque mois des centaines de prétendus experts en acupuncture, apparemment lucrative sur le plan financier.

Vu l'association malheureuse de la technique avec des adeptes « irréguliers », il est d'autant plus urgent que les associations médicales et les conseils de médecins légistes énoncent leur position sur l'acupuncture.

Peut-être que les recherches en cours aux Instituts nationaux de la santé, à l'Université de Californie, au Montefiore Hospital de New York et à d'autres institutions tout aussi prestigieuses trouveront peu de fondement scientifique pour soutenir l'acupuncture.

Néanmoins, dans le cadre de sa responsabilité publique vis-à-vis de la santé de la population de ce pays, la profession médicale ne peut tolérer la poursuite d’une application inappropriée de l'acupuncture. Les dangers potentiels de son utilisation abusive couvrent toute la gamme des pratiques cultuelles connues comme étant « dangereuses pour votre santé ».

Par conséquent, les associations médicales et les autorités responsables des licences médicales dans chaque juridiction sont invitées à adopter des résolutions pertinentes concernant l'acupuncture, à mettre à jour les règles et règlements de fonctionnement, à demander une action législative, une décision du procureur général ou toute autre mesure nécessaire pour suivre la piste tracée par les médecins de New York et de Californie. Mais, dans tous les cas, agissez, et maintenant.

En effet, il devrait être évident que le but de ce commentaire étendu est d'inciter la profession médicale - en particulier les associations médicales et les comités de médecins légistes - à prendre position sur l'acupuncture avant que la technique (ou son « essence ») ne soit encore plus enracinée comme outil supplémentaire de charlatans.

La récente prolifération du nombre de courts séminaires offrant une formation à la technique de l'acupuncture devrait préoccuper chaque membre de la profession médicale. Une mauvaise application de cette technique pourrait reléguer ce qui pourrait être une technique thérapeutique efficace à un vulgaire outil de charlatan.

 

Cet article a été publié à l'origine dans le numéro de novembre 1972 du Federation Bulletin, la revue de la Fédération des conseils médicaux de l’État. Le Dr Casterline, décédé en 2001, a été président de la Fédération et rédacteur en chef de la revue pendant 23 ans. Il a également été président de la Commission de formation des diplômés en médecine étrangers (ECFMG). Cet article illustre comment l’entrée de l’acupuncture sur le marché américain a été perçue par d’éminents responsables médicaux.

 

Cet article a été publié le 28 février 2005.

Traduction en français le 8 mai 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 17 mai 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil