Comment cinq chiropraticiens ont effectué des diagnostics erronés sur une fillette en bonne santé

Dr Stephen Barrett

De nombreux chiropraticiens conseillent aux parents de faire contrôler et « ajuster » leurs enfants peu de temps après la naissance et à intervalles réguliers tout au long de la vie.

Au début des années 1970, j’ai supervisé une étude dans laquelle une jeune femme devait présenter son enfant de 4 ans à cinq chiropraticiens pour un « bilan de santé ». La femme était inquiète pour sa sœur, qui avait commencé à travailler pour un chiropraticien, et craignait qu'on lui fasse subir un "lavage de cerveau" en lui demandant de procéder chaque semaine à des "ajustements vertébraux" inutiles. Lorsqu'elle a appris que je voulais voir comment les chiropraticiens traitent les personnes en bonne santé, elle s'est portée volontaire pour m'aider à le découvrir.

Au moment de notre étude, environ 25 % des chiropraticiens de notre secteur géographique étaient investis dans une campagne publicitaire tapageuse et, selon moi, mensongère. Nous avons décidé de leur rendre visite en premier lieu.

L’enfant était apparemment en bonne santé et n’avait jamais eu de maladie grave. Avant de consulter un chiropraticien, elle a été examinée par un pédiatre local, qui n’a trouvé aucune anomalie. J’ai demandé à ma complice de dire à chaque praticien qu’elle avait entendu parler de la chiropratique, et qu'elle voulait faire passer un bilan à sa fille. Pour que l’ensemble du déroulement soit fidèlement rapporté, la mère portait un magnétophone dissimulé. (Cette pratique est aujourd’hui illégale en Pennsylvanie, mais elle était autorisée à l’époque.)

Le premier chiropraticien a examiné l’enfant pendant environ une minute en faisant passer un « Nervo-Scope » tout le long de sa colonne vertébrale. Il a rapporté « des nerfs coincés au niveau de l’estomac et de la vésicule biliaire » et a dit que ses omoplates étaient « déplacées ». Il a conseillé de faire un examen radiologique, qui, selon lui, serait moins irradiant que de s’exposer trois heures au soleil. Il a également précisé que sa propre petite fille recevait des ajustements hebdomadaires.

Le deuxième chiropraticien a montré un film qui affirmait que « la chiropratique peut également être efficace dans la lutte contre la plupart des maladies infantiles ». Il a déclaré que le bassin de l’enfant était « tordu » et lui a conseillé « des ajustements, des vitamines et un contrôle tous les quatre mois ».

Le troisième chiropraticien a déclaré qu’une hanche était « surélevée » et que les désalignements de la colonne vertébrale pouvaient, à l’avenir, provoquer chez l’enfant « des maux de tête, de la nervosité et des problèmes d’équilibre ou de digestion ». Il a conseillé de faire une radiographie pour voir si la supposée faiblesse était bénigne ou grave. Il a également affirmé qu’« il existe plus de 26 vitamines différentes » et que l’analyse chiropratique peut montrer si le corps en manque. (En réalité, il n’existe que 13 substances que l’on nomme vitamines.)

Le quatrième chiropraticien a prédit « des règles douloureuses et un accouchement difficile » si la « jambe gauche plus courte » de l’enfant n’était pas traitée. Il a également constaté des « tensions » dans le cou de la jeune fille. Ce praticien a ajouté qu’il ajustait sa propre famille une fois par semaine et a recommandé des contrôles et des ajustements hebdomadaires pour tout le monde.

Le cinquième chiropraticien a non seulement trouvé des désalignements de la hanche et du cou, mais les a également « ajustés » sans prendre la peine de demander la permission, ce qui a causé une douleur considérable. Lorsque j’ai entendu les cris de l’enfant, qui ont été enregistrés sur bande magnétique, j’ai mis fin à l’enquête.

En 1979, la maman de la fillette, qui avait alors 11 ans, m’a dit qu’elle était toujours en bonne santé et adorait la gymnastique.

Dernière mise à jour le 24 février 2020.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil