Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Détoxification : combines et arnaques

Détoxification : combines et arnaques

Dr Stephen Barrett

Beaucoup de charlatans disent aux gens qu'ils ont accumulé des toxines et ont besoin d’une « détoxification ». La méthode qu'ils choisissent dépend de ce qu'ils ont à vendre et, s'ils ont le droit de pratiquer, de l'étendue de ce que cela leur permet. Les naturopathes, par exemple, sont portés à maintenir que :

Les toxines endommagent l'organisme d’une manière insidieuse et cumulative. Une fois que le système de détoxification est surchargé, les métabolites toxiques s'accumulent et la sensibilité à d'autres produits chimiques, dont certains ne sont pas normalement toxiques, devient progressivement plus marquée. Cette accumulation de toxines peut occasionner des ravages sur les processus métaboliques [1].

Les promoteurs de la détoxification prétendent que la paresse intestinale cause une putréfaction du contenu intestinal, une absorption des toxines, et qu'un empoisonnement chronique de l'organisme en résulte. La théorie de cette « auto-intoxication » était populaire il y a plus de cent ans mais a été abandonnée par la communauté scientifique dans les années 30. Aucune de ces « toxines » n'a jamais été trouvée, et des observations minutieuses ont démontré que même des personnes en bonne santé peuvent présenter de grandes variations dans leurs habitudes intestinales.

Les marketeurs suggèrent aussi que les matières fécales s'accumulent sur la paroi des intestins et causent des problèmes si elles ne sont pas enlevées par le jeûne, des laxatifs, une irrigation du côlon, des diètes spéciales, et/ou diverses herbes médicinales ou suppléments diététiques qui « nettoient » l'organisme. La fausseté de cette notion est évidente aux chirurgiens lors d'une chirurgie intestinale ou d'une colonoscopie : les matières fécales ne se collent pas à la paroi intestinale.

(Note : En pratique médicale, on utilise le terme de « désintoxication » pour décrire les programmes destinés à minimiser les symptômes de sevrage chez les personnes arrêtant l’abus d’alcool, de médicaments ou de drogues. Ce genre de désintoxication n'est pas le propos de cet article.)

« Nettoyage du côlon »

Les produits nettoyants du côlon sont commercialisés sous forme de poudres à dissoudre dans l'eau avant usage. Les ingrédients varient d'un produit à un autre, mais les principaux incluent des fibres (p.ex. psyllium, graines de lin, bentonite) et des laxatifs comme le cascara et l'oxyde de magnésium. D'autres ingrédients incluent vitamines, minéraux, acides aminés, herbes, probiotiques, tous prétendus favoriser la détoxification, renforcer le système immunitaire, aider à perdre du poids et normaliser la flore bactérienne utile. L'oxyde de magnésium est prétendu libérer l'oxygène naissant. Les laxatifs peuvent être inclus dans la poudre ou pris en tisane, séparément. Les utilisateurs sont encouragés à boire 6 à 10 verres d'eau par jour. La durée recommandée varie de quelques jours à plusieurs mois. Certaines personnes ont rapporté avoir évacué de grandes quantités de ce qu'elles déclarent être des matières fécales qui se sont accumulées sur la paroi de l'intestin. Toutefois, les experts croient qu'elles sont seulement des « moulages » formés par les fibres contenues dans les produits « nettoyants ». En l'absence de constipation, il ne faut pas s'inquiéter de la régularité. Si les selles sont dures et si aucune pathologie n’est soupçonnée, augmenter la quantité de fibres diététiques ou utiliser un émollient fécal devrait aider. Les produits « nettoyants » n'offrent aucun bénéfice additionnel, et certains peuvent causer du ballonnement, des crampes et de la diarrhée inutiles.

« Nettoyage » pour perte de poids

Certains marketeurs prétendent que les toxines accumulées interfèrent d'une façon ou d'une autre avec la digestion ou l'absorption des nutriments et provoquent de l'embonpoint, et que le nettoyage des prétendues toxines fera perdre du poids.

Autres poudres et potions

Des mélanges d'herbes médicinales et de suppléments diététiques variés sont déclarés pouvoir détoxifier par une action métabolique, vaguement décrite ou simplement présumée. Un produit, par exemple, est prétendu « promouvoir l'activité équilibrée de la Phase I et Phase II des voies de détoxification ». Les substances prétendument éliminées par ces produits sont rarement identifiées, et aucune étude n'a démontré qu'ils détoxifient quoi que ce soit. Évaluer de tels produits serait simple : il suffirait d’analyser des échantillons de sang de volontaires et de mesurer si les toxines identifiables sont éliminées plus rapidement. Il n'existe pas de telles études parce que de tels produits n'ont aucun effet détoxifiant.

Irrigation du côlon

L'irrigation du côlon (aussi appelée hydrothérapie du côlon) a pour but de vider le contenu du côlon entier. Elle est faite au cabinet ou à domicile. Le liquide peut être de l'eau pure ou contenir des enzymes, du café, des probiotiques, de l'ozone, et/ou des herbes. Plusieurs sites Web précisent que les quantités utilisées vont de 3 à plus de 100 litres, un demi-litre à la fois. Le liquide est administré par un tube ou un spéculum inséré dans le rectum. La plupart des appareils dépendent de la gravité pour l'administration de l'eau, et du péristaltisme pour l'évacuation du liquide et des débris. Les ensembles pour la maison (plateaux coloniques) permettent à l'utilisateur d'administrer graduellement depuis un réservoir de ± 20 litres. Les appareils coloniques à système clos ont un tube pour l'administration du liquide et un autre pour l'élimination. Les appareils à système ouvert utilisent un tube plus fin branché à un réservoir d'eau et un bassin encastré pour son élimination. Les séances durent de 25 à 50 minutes et peuvent inclure un massage abdominal. Certains systèmes ont des spéculums et des tubes jetables. Les composants réutilisables sont stérilisés après chaque patient. L'irrigation colonique a quelques usages médicaux légitimes, comme la préparation préopératoire ou pré-endoscopie radiologique et pour le traitement de l'incontinence fécale, mais son emploi pour une « désintoxication » n'est pas rationnel [2].

Appareils charlatanesques

Deux types d'appareils de désintoxication sont l’objet de promotions : les appareils de nettoyage ionique et les coussinets plantaires détoxifiants. Durant les séances de nettoyage ionique, les pieds du client sont trempés dans un contenant dans lequel de l'eau salée est soumise à un courant électrique de bas voltage. Durant la procédure, l'eau devient brun-rougeâtre. Les promoteurs prétendent que la procédure attire les toxines de l'organisme et que la couleur est due aux toxines dans l'eau. Toutefois, des investigations ont révélé que le changement de couleur de l'eau est le résultat d’une précipitation de la rouille (fer oxydé) créée par la corrosion des électrodes de l'appareil et que l'eau aurait changé de couleur, que les pieds du client soient dans l'eau ou non [3].

Les coussinets et les patchs plantaires sont supposés détoxifier l'organisme lorsque les utilisateurs les appliquent aux plantes des pieds et les laissent en place la nuit. Le matin, prétendent-ils, les coussinets auront absorbé les toxines et seront colorés en brun ou noir boueux. Toutefois, des investigateurs ont trouvé que le noircissement n'avait rien à voir avec les toxines. Les coussinets contiennent un produit chimique qui réagit avec l'humidité pour devenir plus foncé [4].

Éliminer les prétendues toxines en suant

Quelques recommandations de « désintoxication » sont basées sur des analyses sanguines qui peuvent déceler des produits chimiques à des concentrations de l’ordre de parties par milliard. Cela permet d'interpréter comme dangereux des niveaux trop bas pour être cliniquement significatifs. Si un niveau d’une « toxine » quelconque est interprété comme anormal, il sera conseillé au patient de faire de l’exercice, du sauna, de prendre des douches, de se faire masser, d’utiliser des enveloppements aux plantes, et/ou des doses élevées de niacine (ce qui peut augmenter la circulation sanguine cutanée). Une désintoxication réelle de substances étrangères a lieu dans le foie, qui modifie leur structure chimique pour qu'elles puissent être excrétées par les reins qui filtrent le sang et les évacuent dans les urines. Les glandes sudoripares des pieds peuvent excréter de l'eau et des substances dissoutes, mais leur rôle secondaire d'éliminer les substances indésirables n'est pas modifié par quoi que ce soit que l’on fasse à la peau.

Charlatanisme anti-amalgame

Un groupe restreint mais tapageur de dentistes, médecins, et divers autres partisans de « soins holistiques » prétendent que les obturations d'amalgame seraient un risque de santé et devraient être remplacées. Les dentistes anti-amalgames utilisent parfois un analyseur de vapeur de mercure pour persuader les patients qu’une « désintoxication » est nécessaire. Pour utiliser l'appareil, le dentiste demande au patient de mâcher vigoureusement du chewing-gum pendant 10 minutes, ce qui peut libérer des quantités minimes de mercure de leurs plombages. Malgré une durée d'exposition de quelques secondes et le fait que le plus gros du mercure aurait été expiré plutôt qu'absorbé par l'organisme, l'appareil donne un résultat faussement élevé que les anti-amalgames interprètent comme dangereuse. Toutefois, l'évaluation scientifique a démontré que la quantité de mercure absorbée à partir des obturations est trop faible pour être significative [5]. Enlever de bonnes obturations n'est pas seulement une perte d'argent. Dans certains cas, il en résulte une perte de dents parce que lorsque les obturations sont enlevées, une partie de la structure dentaire environnante sera enlevée avec elles.

Thérapie par chélation

La thérapie par chélation comporte l'administration d'une substance qui se combine à des produits chimiques métalliques pour augmenter leur excrétion par les reins. La forme la plus courante est une série de perfusions contenant un agent chélateur (EDTA) et une variété d'autres substances. Les médecins qui offrent la thérapie par chélation dans le cadre de leur pratique quotidienne maintiennent qu'elle est efficace en traitement de l'autisme, des maladies cardiaques et de beaucoup d'autres affections pour lesquelles il n'y a aucune preuve d'efficacité ni de justification plausible [6].

Les « tests de provocation » sont utilisés pour tromper les gens en leur faisant croire qu'ils sont empoisonnés par du plomb ou du mercure. Pour ce test, l'agent chélateur est administré avant le prélèvement de l'échantillon de sang. Cela augmente artificiellement le taux de plomb, de mercure, et/ou d'autres métaux lourds dans les urines. Le rapport de laboratoire, dont une copie est remise au patient, déclare que ses « valeurs de référence » sont valables pour des échantillons non provoqués. Toutefois, si un résultat excède les valeurs de référence - et il le sera habituellement -  il sera rapporté comme « élevé » même s'il devrait être considéré comme non significatif. Il est alors conseillé au patient de subir une « désintoxication » par une thérapie de chélation, d'autres traitements intraveineux, des suppléments diététiques, ou quoi que ce soit d’autre que le praticien ait à vendre [7]. Ce conseil est très, très, très mensonger. Aucun diagnostic d’intoxication au plomb ou au mercure ne doit être posé à moins que le patient ne présente des symptômes d'empoisonnement par des métaux lourds ainsi qu'un taux sanguin élevé de ces métaux, sans provocation. Et même si le taux est élevé -- comme il peut arriver dans un environnement de travail insalubre ou après consommation de peinture au plomb -- ce qui doit être fait habituellement est d'éviter toute exposition future.

Dommages possibles

La « désintoxication » telle que décrite dans cet article est un assortiment de pratiques basées sur des notions charlatanesques qui ne sont pas fondées sur les connaissances sur la santé, la maladie, et les soins qui ont été acceptées partout par la communauté scientifique. Le danger de ces pratiques dépend de la fréquence de leur utilisation et du fait qu’elles sont des substituts de soins médicaux nécessaires. Le dommage peut être économique, physique et/ou émotionnel. Par exemple :

  • Tandis qu'un jeûne d'un jour est probablement sans danger (sinon inutile), un jeûne prolongé peut être fatal.
  • Un « nettoyage » utilisant des produits composés de plantes et de fibres diététiques n'est probablement pas dangereux physiquement, mais les produits utilisés peuvent être coûteux.
  • L'irrigation colonique est non seulement inutile comme thérapie mais elle peut causer un déséquilibre électrolytique. Des décès causés par des perforations intestinales et des infections (dues à des appareils contaminés) ont aussi été rapportés.
  • Des craintes non réalistes peuvent mener les gens à faire remplacer inutilement leurs bons plombages d'amalgames.
  • La thérapie par chélation cause occasionnellement des déséquilibres électrolytiques et des dommages aux organes. Le plus grand danger vient du fait qu'elle est encouragée comme substitut au pontage coronarien. Les personnes qui utilisent la chélation à la place de soins médicaux ou chirurgicaux nécessaires mettent leur vie en danger.

 

Références

  1. Pizzorno JE, Murray MT. Textbook of Natural Medicine. London: Churchill Livingstone. 1999, p 437.
  2. Colon cleansing and “detoxification.” The Medical Letter on Drugs and Therapeutics (in press).
  3. Barrett S. L’escroquerie Aqua Detox. Device Watch, Dec 28, 2004.
  4. Barrett S. L’escroquerie Detox Foot Pad. Device Watch, Feb 5, 2009.
  5. Position paper on amalgam fillings. National Council Against Health Fraud, 2002.
  6. Green S. Thérapie par chélation: déclarations non prouvées et théories mal fondées. Quackwatch, July 24, 2007.
  7. Barrett S. Comment les analyses de métaux dans les urines après « provocation » sont utilisées pour tromper les patients Quackwatch.

À lire également

 

Traduction affichée le 16 février 2010.

Cet article a été révisé le 1 mai 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 23 mai 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)