La cure grecque contre le cancer selon Alivazatos

Dr Stephen Barrett

Le principal promoteur de la cure grecque contre le cancer était le Dr Hariton-Tzannis Alivizatos, microbiologiste à Athènes, en Grèce, qui est décédé en 1991. Alivizatos utilisait un test sanguin qui, selon lui, permettrait de diagnostiquer l'emplacement et l'étendue du cancer d'une personne. Le traitement consistait alors en un sérum injecté quotidiennement dans le corps du patient pendant six à trente jours. Le Dr Alivizatos affirmait que le sérum renforçait le système immunitaire naturel du corps et l’aidait à se débarrasser du cancer. Il conseillait aux patients de suivre un régime pauvre en sels et en acides, de limiter leurs activités physiques et d'éviter certains médicaments tels que l'aspirine et les laxatifs. Il leur conseillait en outre de mettre fin à tous les programmes de chimiothérapie et de radiothérapie avant de commencer son traitement et pendant une certaine période par la suite.

Le Dr Alivizatos a eu des démêlés avec les responsables de la réglementation en Grèce à plusieurs reprises. Pendant un certain temps, il a perdu son autorisation d'exercice de la médecine en Grèce pour n’avoir pas soumis son sérum au gouvernement pour des tests. Il a récupéré son autorisation quand il a soumis la substance. Le gouvernement grec lui a demandé de ne pas utiliser le sérum car on ne pouvait pas établir qu'il était efficace contre le cancer. Son autorisation fut à nouveau suspendu en 1983 pour une période de deux ans à la suite d’une enquête de l’Association médicale hellénique. Après sa suspension, il a repris le traitement de patients cancéreux. L'American Cancer Society et le National Cancer Institute ont demandé à plusieurs reprises au Dr Alivizatos de leur communiquer des informations sur son traitement, mais il n'a jamais répondu. Il a également refusé de divulguer la composition de son test sanguin ou du sérum qu'il injectait aux patients [1].

En 1979, le Dr Ross Fox, chirurgien à Seattle, président de la section de Washington de la Société américaine du cancer, se rendit en Grèce en prétendant être un patient atteint du cancer, afin d’enquêter sur le traitement. Il a réussi à obtenir des échantillons de sérum qui ont ensuite été analysés à l'Université de Washington. Les ingrédients se sont révélés être de l'acide nicotinique (niacine, une vitamine B) et de l'eau [2]. La dose de niacine était suffisamment élevée pour provoquer des bouffées de chaleur et des brûlures temporaires de la peau. Bien que le Dr Alivizatos ait prétendu guérir la plupart de ses patients, beaucoup sont décédés quelques mois après leur retour à la maison [3,4].

Aujourd'hui, quelques cliniques d'Amérique du Nord proposent le même traitement et, selon un livre sur les traitements « alternatifs » contre le cancer, sa formule est commercialisée sous les noms de METBAL et Cellbal [5]. Le livre indique que les ingrédients sont du sucre brun (150 mg), de la niacine (20 mg), de la vitamine C (75 mg) et de l’alanine, un acide aminé (15 mg). Aucun de ces produits n'a prouvé sa valeur dans le traitement du cancer. La FDA a publié une alerte interdisant l'importation de METBAL [6].

Références

  1. Unproven methods of cancer management, Greek Cancer Cure. Ca—A Cancer Journal for Clinicians 40:368-371, 1990.
  2. Chazottes M: Exposed! Greek quack duped many cancer victims. The Medical Post (Toronto), July 23, 1985, p. 38.
  3. Cancer treatments questioned, man loses wife weeks after cure told. The Dispatch (Cookeville, Tennessee), January 15, 1989, pp. 1-2.
  4. Loschiavo SR: The danger of unrecognized cancer treatment clinics. Journal of the National Cancer Institute 83:212­213, 1991.
  5. Diamond JW and others. Definitive Guide to Cancer. Tiburon, CA: Future Medicine Publishing Co., 1997.
  6. Import Alert #66-41 - Unapproved New Drugs Promoted In the U.S. Revised 8/9/95. Revised Attachment 11/17/04.

 

Cet article a été révisé le 14 février 2005.

Traduction en français le 25 avril 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 2 mai 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil