Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Idées fausses sur la vaccination. Idée fausse n°7

Idées fausses sur la vaccination

Idée fausse n°7 :
Donner à un enfant plus d'un vaccin à la fois augmente le risque
d’effets indésirables et peut surcharger le système immunitaire.

Les enfants sont exposés chaque jour à de nombreux antigènes étrangers. (Un antigène est une substance qui stimule une réponse immunitaire.) La consommation d'aliments introduit de nouvelles bactéries dans le corps. De nombreuses bactéries vivent dans la bouche et le nez, exposant le système immunitaire à encore plus d'antigènes. Une infection virale des voies respiratoires supérieures expose l’enfant à 4-10 antigènes, et une angine streptococcique à 25-50. Selon un rapport de 1994 de l’Institut de médecine (IOM) intitulé Effets indésirables associés aux vaccins chez l’enfant : « Compte tenu de ces événements normaux, il semble peu probable que le nombre d'antigènes différents contenus dans les vaccins pour enfants représenterait un fardeau supplémentaire évaluable pour le système immunitaire et qui serait immunosuppresseur ». Et en effet, les données scientifiques disponibles montrent qu’une vaccination simultanée avec plusieurs vaccins n’a aucun effet indésirable sur le système immunitaire normal de l’enfant.

Des études ont été menées pour examiner les effets de l'administration simultanée de diverses combinaisons de vaccins. En fait, ni le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP) ni l'Académie américaine de pédiatrie (AAP) ne recommandaient l'administration simultanée de vaccins avant que ces études ne montrent que les associations sont sûres et efficaces. Ces études ont montré que les vaccins recommandés sont aussi efficaces en association qu’individuellement, et que de telles associations ne présentent pas de risque plus élevé d’effets indésirables. En conséquence, l’ACIP et l’AAP recommandent l’administration simultanée de tous les vaccins de routine pour enfants, le cas échéant. Des recherches sont en cours pour trouver des moyens de combiner plus d'antigènes dans une seule injection de vaccin (par exemple, ROR et varicelle). Cela apportera tous les avantages des vaccins individuels, avec moins d’injections.

Deux facteurs pratiques incitent à donner plusieurs vaccins à un enfant au cours d'une même consultation. Premièrement, en vaccinant les enfants le plus tôt possible on les protège dès les premiers mois vulnérables de la vie. Cela signifie généralement que l’on administre les vaccins inactivés à partir de 2 mois et les vaccins vivants à 12 mois. Les différents vaccins sont donc souvent administrés en même temps. Deuxièmement, l’administration simultanée de plusieurs vaccins signifie moins de visites au cabinet, ce qui permet aux parents de gagner du temps et de l’argent, et c’est moins traumatisant pour l’enfant.

 

Ces informations sont adaptées du matériel publié en 1996 par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies afin d'aider les médecins à rassurer leurs patients.

Idées fausses sur la vaccination: n°1; n°2; n°3; n°4; n°5; n°6; n°7; n°8; n°9; n°10; n°11; n°12; Idées fausses sur la vaccination

 

Cette page a été publiée le 11 novembre 1997.

Traduction en français le 12 mars 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 12 avril 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)