Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Idées fausses sur la vaccination. Idée fausse n°8

Idées fausses sur la vaccination

Idée fausse n°8 :
Il n'y a pas de raison valable de vacciner contre la varicelle
car c'est une maladie inoffensive.

Chaque année aux États-Unis, près de 4 millions de personnes souffrent de la varicelle, plus de 10 000 sont hospitalisées pour varicelle et environ 100 meurent de la varicelle. Alors que les risques de complications de la varicelle sont les plus élevés chez les adolescents et les jeunes adultes, le fardeau de la maladie est le plus lourd chez les enfants, qui représentent 90 % des cas, deux tiers des hospitalisations et près de la moitié des décès survenant chaque année aux États-Unis. En moyenne, un enfant meurt chaque semaine de cette maladie et la plupart de ces enfants étaient en bonne santé au moment où ils ont contracté la varicelle. De plus, les enfants constituent le groupe qui est la principale source de transmission de la varicelle aux groupes à haut risque de contracter une maladie grave, notamment les adultes et les personnes présentant une contre-indication à la vaccination. Les complications de la varicelle comprennent les infections des tissus mous, la fasciite nécrosante, la pneumonie, l’ataxie cérébelleuse et l’encéphalite. L’homologation du vaccin contre la varicelle en 1995 a été l’occasion d’éviter ce fardeau sanitaire considérable.

Le vaccin contre la varicelle a une efficacité de 70 à 90 % contre la forme typique de la varicelle, et de plus de 95 % contre sa forme grave. La plupart des personnes qui développent une varicelle après avoir été vaccinées ont tendance à présenter une maladie très bénigne avec moins de 50 lésions cutanées, contre 200 à 500 lésions cutanées chez un cas non vacciné typique. Malgré l'efficacité prouvée du vaccin contre la varicelle, les taux de vaccination sont faibles. En 1997, seuls 26 % des enfants de 19 à 35 mois (médiane 27 mois) avaient reçu une dose de vaccin contre la varicelle. C’est à comparer aux taux de plus de 90 % pour la plupart des vaccins systématiquement recommandés chez les enfants. Pourquoi ces taux si bas ?

  • Premièrement, les gens sont préoccupés par la durée de l'immunité. Les données disponibles indiquent que l'immunité contre la varicelle devrait être à long terme, probablement à vie. Il n'y a aucune preuve d'augmentation des taux d'infections ni d’aggravation des infections au cours du temps après la vaccination. La grande majorité des personnes qui développent la maladie malgré une vaccination en présentent généralement une forme très bénigne. Des études sont en cours qui surveillent l'immunité induite par le vaccin alors que l'incidence de la maladie diminue, afin de déterminer la nécessité d'une dose supplémentaire à l'avenir.
  • Deuxièmement, des préoccupations ont été soulevées relativement au fait que le vaccin contre la varicelle pourrait être ultérieurement à l’origine d’un zona. Les données actuelles montrent que les taux de zona après une vaccination sont plus faibles qu’après une infection naturelle. Certes, le virus vaccinal a été mis en culture à partir de personnes atteintes du zona, mais le virus sauvage semble être beaucoup plus susceptible de donner un zona. Le vaccin réduira donc probablement l’incidence du zona.
  • Troisièmement, il y a eu des craintes que le virus vaccinal puisse être transmis à d'autres personnes, qui pourraient contracter une forme grave de varicelle. La transmission du virus vaccinal par des personnes vaccinées et en bonne santé n'a été décrite que très rarement, et uniquement lorsqu'une éruption cutanée se produit après la vaccination (un seul cas publié sur 11 millions de doses distribuées). Trois à cinq pour cent des personnes développent une éruption cutanée, mais ces données proviennent d'essais non contrôlés par placebo. Les grands avantages procurés par le vaccin l'emportent largement sur le risque de transmission. Le meilleur moyen de protéger les personnes à haut risque de contracter une maladie grave (en particulier celles qui ne sont pas éligibles pour le vaccin) consiste à vacciner leurs contacts proches.
  • Quatrièmement, on s'est demandé si la maladie était suffisamment grave pour justifier une prévention. Comme expliqué ci-dessus, le fardeau sanitaire de la varicelle est important. En outre, la prise en charge des enfants atteints de varicelle entraîne des frais considérables, en coûts directs de soins médicaux et en coûts indirects liés aux absences du travail. Une analyse coûts-avantages du vaccin contre la varicelle a montré que ce vaccin permettait à la société d'économiser plus de cinq dollars pour chaque dollar consacré à un programme de vaccination contre la varicelle.

Quels sont les risques de ne pas vacciner ? On laisse l’enfant grandir dans une population partiellement vaccinée, avec moins de probabilité d'exposition à la varicelle pendant son enfance. À l’âge adulte, les risques de complications dues à la varicelle chez une personne non vaccinée sont beaucoup plus importants que dans l'enfance. Un taux de vaccination uniformément élevé assurera la protection des adultes et des enfants contre la varicelle et ses complications. Le vaccin contre la varicelle est vivement recommandé par le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP), l'Académie américaine de pédiatrie (AAP) et l'Académie américaine des médecins généralistes (AAFP). Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) conseillent vivement de vacciner contre la varicelle les enfants, les adolescents et les adultes sensibles, afin de réduire l’inutile fardeau sanitaire de la varicelle.

 

Le texte de cet article a été rédigé par le Dr Walter A. Orenstein, Adjoint au Directeur du Service de santé publique des États-Unis, Directeur du Programme national de vaccination des Centres de contrôle et de prévention des maladies. Il a été publié dans le bulletin d’information Needle Tips de la Coalition d'action pour la vaccination, édition automne-hiver 1998-1999.

 

Idées fausses sur la vaccination: n°1; n°2; n°3; n°4; n°5; n°6; n°7; n°8; n°9; n°10; n°11; n°12; Idées fausses sur la vaccination

 

Cette page a été publiée le 20 avril 2002.

Traduction en français le 12 mars 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 12 avril 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)