Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Idées fausses sur la vaccination. Idée fausse n°11

Idées fausses sur la vaccination

Idée fausse n° 11 :
Le thimérosal provoque l'autisme, et la chélation peut y remédier.

Quelques médecins ont avancé l’idée que le mercure contenu dans les vaccins est une cause d’autisme et que les enfants autistes devraient suivre un traitement par chélation pour être désintoxiqués. Des procès ont été intentés et des avocats font de la publicité sur Internet pour avoir plus de clients. Cette situation s’est produite parce que, jusqu’il y a peu, certains vaccins contenaient du thimérosal, un conservateur comprenant un atome de mercure, qui n’est plus utilisé dans la plupart des vaccins actuellement recommandés pour les enfants. Cependant, il y a plusieurs raisons pour lesquelles les soucis concernant l'utilisation du thimérosal dans les vaccins sont absurdes :

  • Les quantités de mercure impliquées étaient très faibles.
  • Aucun lien entre le mercure et l'autisme n'a été prouvé. Si le thimérosal contenu dans les vaccins provoquait une intoxication au mercure, les symptômes affecteraient toutes les parties du système nerveux.
  • Les enfants autistes ne présentent pas les troubles du mouvement ni les lésions des nerfs périphériques caractéristiques de l'intoxication au mercure.
  • Il n’existe aucune preuve scientifique ni raison logique de croire que l’autisme a une cause toxique.

Le thimérosal a été utilisé comme agent de conservation dans des produits biologiques et des vaccins depuis les années 1930, car il empêche la contamination bactérienne et fongique, en particulier dans les flacons multidoses. En 1997, la « Loi sur la modernisation » de la Food and Drug Administration américaine a imposé l'identification et la quantification du mercure dans tous les aliments et médicaments. L’examen subséquent de la FDA a révélé qu’avec l’augmentation du nombre de vaccins alors recommandés pour les nourrissons, la quantité totale de mercure dans les vaccins contenant du thimérosal pourrait dépasser les niveaux recommandés par d’autres organismes fédéraux [1]. Les taux limites de mercure imposés par ces agences ont une large marge de sécurité, et il n'y avait aucune information suggérant qu'un enfant en bas âge aurait été affecté. Néanmoins, par prudence, le Service de santé publique (PHS) et l'Académie américaine de pédiatre (AAP) ont demandé aux médecins de réduire au minimum l'exposition aux vaccins contenant du thimérosal, et aux fabricants d'éliminer le plus rapidement possible le thimérosal des vaccins [2].

Vers la mi-2000, des vaccins sans thimérosal étaient largement disponibles contre l'hépatite B et la méningite bactérienne. Un vaccin combiné sans thimérosal est également disponible actuellement contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos. Le vaccin ROR (rougeole / oreillons / rubéole), le vaccin contre la varicelle, le vaccin inactivé contre la poliomyélite et le vaccin conjugué contre le pneumocoque n'ont jamais contenu de thimérosal. Donc, à l'exception de certains vaccins antigrippaux, aucun des vaccins actuellement utilisés pour protéger les enfants d'âge préscolaire contre 12 maladies infectieuses ne contient du thimérosal en tant qu'agent conservateur. Certains vaccins antigrippaux et antidiphtériques / antitétaniques administrés aux enfants de 7 ans et plus contiennent encore du thimérosal en tant qu'agent conservateur.

Avant les réductions récentes, l'exposition cumulative maximale au mercure résultant des vaccinations systématiques pratiquées au cours des six premiers mois de la vie aurait pu être de 187,5 microgrammes (soit une moyenne d'environ 1 microgramme par jour). Avec les nouvelles formules de vaccins, l'exposition cumulative maximale au cours des six premiers mois de la vie ne devrait plus dépasser 3 microgrammes de mercure. Aucune étude n'a montré que les anciennes ou les nouvelles quantités aient un effet toxique.

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont comparé l'incidence de l'autisme à la quantité de thimérosal reçue à partir des vaccins. Les résultats préliminaires n'indiquent aucun changement dans les taux d'autisme par rapport à la quantité de thimérosal reçue par un enfant au cours des six premiers mois de sa vie (de 0 microgramme à plus de 160 microgrammes). Une faible association a été trouvée dans une étude entre l’apport en thimérosal et certains troubles du développement neurologique (comme le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), mais elle n’a pas été retrouvée dans une étude ultérieure [4]. Des études supplémentaires sont prévues, mais il est peu probable qu'une association significative soit trouvée.

Un comité de l'Institut de médecine (IOM), qui a publié un rapport détaillé en octobre 2001, n'a trouvé aucune preuve de lien entre les vaccins contenant du thimérosal et l'autisme, le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, les retards d'élocution ou de langage, ou d'autres troubles du développement neurologique [5].

Une étude publiée en 2002, sur des nourrissons de 6 mois ou moins, a comparé les concentrations de mercure dans le sang, les cheveux, les urines et les selles, chez 40 sujets ayant reçu des vaccins contenant du thimérosal et 20 autres ayant reçu des vaccins sans thimérosal. L'étude a trouvé que :

  • Les taux de mercure dans le sang et les urines étaient faibles chez tous les nourrissons étudiés et, dans de nombreux cas, trop faibles pour être mesurés. Aucune relation dose-dépendante n'a été observée entre la quantité de thimérosal reçue dans les vaccins et le taux de mercure dans l'organisme.
  • Les concentrations de mercure dans le sang ne dépassaient à aucun moment les concentrations correspondant aux directives de l’Agence de protection de l’environnement.
  • Les concentrations de mercure dans les selles des nourrissons ayant reçu des vaccins contenant du thimérosal étaient relativement élevées par rapport aux concentrations de mercure dans les selles des nourrissons non exposés au thimérosal, ce qui prouve que le mercure provenant du thimérosal est éliminé dans les selles des nourrissons.

Les chercheurs ont conclu que « l'administration de vaccins contenant du thimérosal ne semble pas augmenter les concentrations sanguines de mercure au-delà des valeurs sûres chez le nourrisson » [6].

Sept études rapportées entre 2003 et 2006 n'ont trouvé aucune association entre l'exposition au thimérosal dans les vaccins et l'incidence de l'autisme [7].

Le thimérosal a été éliminé de la plupart des vaccins en 2001. S’il provoquait réellement l'autisme, son retrait aurait été suivi d'une chute brusque du nombre de nouveaux cas diagnostiqués. Cependant, en 2007, une étude des taux d’autisme en Californie a révélé qu’il n’y a pas eu de baisse [8]. Les données ont été publiées dans les Archives of General Psychiatry avec un éditorial qui disait :

« Les parents d'enfants autistes devraient être rassurés, l'autisme de leur enfant n’a pas été causé par des vaccinations. Leurs enfants autistes et leurs frères et sœurs devraient être vaccinés normalement. Vu l'absence de signes d'intoxication au mercure dans l'autisme, ils devraient éviter les « traitements » inefficaces et dangereux, tels que la chélation, chez leurs enfants » [9].

En définitive

L'utilisation de la chélation pour traiter les enfants autistes est complètement fantaisiste. Plusieurs poursuites ont été intentées par des parents victimes de cette méthode [10].

 

Références

  1. Ball L and others. An assessment of thimerosal in childhood vaccines. Pediatrics 107:1147-1154, 2001.
  2. Thimerosal in vaccines: A joint statement of the American Academy of Pediatrics and the Public Health Service. Mortality and Morbidity Weekly Report 48:563-565, 1999.
  3. Thimerosal & vaccines: Q&A. CDC Immunization Program Web site, revised May 18, 2004.
  4. Thimerosal in vaccines. FDA Center for Drug Evaluation and Research, Nov 13, 2001.
  5. Immunization Safety Review Committee. Thimerosal-Containing Vaccines and Neurodevelopmental Disorders. National Academy Press, 2001.
  6. Pichichero ME and others. Mercury concentrations and metabolism in infants receiving vaccines containing thimerosal: a descriptive study. Lancet 360:1737-1741, 2002.
  7. Gerber JS, Offit PA. Vaccines and autism: A tale of shifting hypotheses. Clinical Infectious Diseases 48:456-461, 2009.
  8. Schechter R, Grether JK. Continuing increases is autism reported to California's Developmental Services System: Mercury in retrograde. Archives of General Psychiatry 65:19-24, 2008.
  9. Fombonne E. Thimerosal disappears but autism remains. Archives of General Psychiatry 65:15-16, 2008.
  10. Barrett S. Edelson Center closed after three suits alleging fraud and malpractice. Quackwatch, Sept 5, 2006.

Notes:

Le Thimérosal est également parfois appelé Thiomersal.

 

Idées fausses sur la vaccination: n°1; n°2; n°3; n°4; n°5; n°6; n°7; n°8; n°9; n°10; n°11; n°12; Idées fausses sur la vaccination

 

Cet article a été révisé le 27 mai 2011.

Traduction en français le 15 mars 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 12 avril 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)