Accueil » Ressources » Quackwatch » Traitement du cancer selon Nicholas Gonzalez

Traitement du cancer selon Nicholas Gonzalez :
Extraits glandulaires, lavements au café,
mégadoses de vitamines et régimes

Dr Saul Green

Le Dr Nicholas Gonzalez a mis au point un traitement du cancer qui est une reproduction de celui mis au point par William Donald Kelley, un dentiste de Grapevine, Texas [1,2]. Gonzalez a entendu parler des méthodes de Kelley et, dans sa deuxième année à la faculté de médecine, il a rendu visite à Kelley au Texas [3]. Gonzalez a appris les détails des traitements du cancer de Kelley en lisant les dossiers des patients dans lesquels étaient consignés les diagnostics, les schémas thérapeutiques et diverses anecdotes. Gonzalez a poursuivi ses observations de manière intermittente pendant cinq années supplémentaires, a écrit ses conclusions, mais ne les a pas publiées.

Le traitement de Kelley

Le traitement de Kelley, décrit dans son Bulletin d'information sur les remèdes contre le cancer [4], est basé sur la croyance d'une relation entre un régime alimentaire et une « désintoxication » par des lavements au café, comme l'a souligné le Dr Max Gerson [5,6]. Selon Kelley, tous les cancers sont une maladie causée par un déficit en enzymes digérant les protéines, ce qui permet aux cellules cancéreuses de se développer. Kelley expliquait que cette cause du cancer est si claire et si simple qu’elle est ignorée par l'institution médicale [7]. Il donnait cette explication :

Selon nos recherches, la cause directe du cancer est le changement d'une cellule ectopique germinale en une cellule  ectopique trophoblastique. Un excès d'hormones féminines provoque ce changement. Les hommes et les femmes ont des hormones sexuelles et lorsque le délicat équilibre entre hormones sexuelles masculines et féminines est perturbé, un cancer commence. Ainsi, le cancer est une croissance de tissus normaux, c'est-à-dire de cellules germinales de base, au mauvais endroit. Le cancer progresse parce qu'il y a un manque d'enzymes digérant le cancer dans le corps. La solution consiste à envoyer des enzymes pancréatiques à l’endroit où le cancer se développe, à une concentration suffisante pour en arrêter la croissance, mais pas assez pour provoquer une production trop rapide de « toxines » provenant de la destruction de la tumeur.

Cette théorie est également similaire à celle de l’anatomiste écossais John Beard, telle qu’elle est décrite dans Le traitement enzymatique du cancer et ses fondements scientifiques (Londres : Chatto et Windus, 1911). Il a également été suivi par Ernst Krebs Jr., développeur du laétrile.

Pour diagnostiquer et surveiller l'efficacité de son traitement, Kelley a inventé l’Indice de malignité de Kelly, « le système de détection du cancer le plus précis et le plus complet jamais développé ». Le test est un questionnaire rempli par le patient. Une fois terminé, il est supposé identifier la présence et l'emplacement du cancer, l'activité du cancer (croissance) et indiquer le traitement en fonction de la « classification métabolique du patient en tant que dominant sympathique, dominant parasympathique ou métaboliseur équilibré ».

Kelley prévenait que bien qu'il soit relativement simple d'arrêter la croissance du cancer, seuls ceux qui suivraient son programme de traitement pour le restant de leur vie en bénéficieraient, car le corps devait être débarrassé en permanence de ses toxines. Les patients étaient priés de poursuivre le traitement jusqu'à ce que leurs résultats pour l'indice de malignité de Kelley soient abaissés à zéro « unités K » et de répéter le test tous les six mois [1,9,10].

Le traitement de Kelley était divisé en cinq parties :

  1. Thérapie nutritionnelle : Comprimés et gélules de coenzymes, de mégavitamines, de minéraux, de vitamine C à forte dose, de bioflavonoïdes, de rutine, d’un composé de minéraux « organiques » et d’oligo-éléments, d'amandes brutes, d'un composé d'acides aminés-lipoïdes et d'une formule d'enzymes pancréatiques de bœuf concentrées.
  2. Détoxication : La cause proposée de décès par cancer étant due aux toxines contenues dans les déchets produits par les tissus tumoraux, celles-ci doivent être éliminées par des purges laxatives avec des sels d'Epsom, des jeûnes et des lavements au café, au lait fermenté ou au jus de citron. Une désintoxication réussie était censée prendre de trois semaines à douze mois.
  3. Régime : Kelley a initialement proposé un régime végétarien strict, mais a ensuite recommandé que le régime alimentaire soit adapté aux besoins de chaque patient. Il a développé dix régimes de base avec 95 variations. Cela allait du végétarien pur à de la viande exclusivement. Les régimes interdisaient les aliments transformés, les résidus de pesticides, le lait, le soja, les arachides, les concentrés alimentaires, le sucre blanc et le riz blanc. Ils permettaient les amandes, les céréales et les noix faibles en protéines, le yaourt, les jus de fruits et de légumes crus « biologiques », les salades et les céréales complètes.
  4. Stimulation neurologique : Manipulation ostéopathique, chiropratique, physiothérapeutique ou « remodelage manuel » du crâne (manipulation mandibulaire).
  5. Spiritualité : Kelley exhortait ses patients à prier et à rechercher la vérité à travers la parole de Dieu dans la Bible [10].

À la fin de son rapport non publié sur le traitement de Kelley, Gonzalez a conclu : « Une étude telle que la mienne ne peut bien sûr pas prouver de manière concluante que le traitement de Kelley permet de guérir le cancer, car les patients évalués ne sont pas traités dans des conditions contrôlées. Néanmoins, un nombre important de patients atteints d'un cancer en phase terminale correctement diagnostiqué ont présenté une régression impressionnante de la maladie lors du traitement par Kelley. Cette conclusion à elle seule justifie une investigation complète, juste et impartiale sur les méthodes de Kelley. » [11]

De toute évidence, Gonzalez était au courant à l'époque du type d'éléments de preuve nécessaires pour rendre crédibles les affirmations de Kelley.

Le traitement de Gonzalez

Le traitement du cancer de Gonzalez ressemble à celui de Kelley à quelques exceptions près. Gonzalez s'est débarrassé des composants neurologiques et spirituels. Il utilise l'analyse des cheveux au lieu d'un questionnaire pour suivre les progrès. Comme Kelley, Gonzalez insiste sur le fait qu'un cancer peut être éliminé « par le corps même du patient » si le foie, les intestins, les reins, les poumons et le sang sont détoxifiés et si l'équilibre acide/base du corps ainsi que ses équilibres minéraux et enzymatiques sont rétablis. Pour ce faire, Gonzalez traite par des lavements au café et des suppléments de mégavitamines, d'oligoéléments, d'extraits glandulaires et des régimes [12].

Lavements au café. Selon Gonzalez, les tumeurs étant des collections de cellules anormales, lorsque le traitement provoque une dégradation des cellules (nécrose), des molécules anormales de déchets tumoraux sont libérées dans le sang. Elles sont filtrées et détoxifiées par le foie. Elles sont excrétées par les voies biliaires, du foie à l'intestin grêle. Les parois des canaux biliaires sont composées de muscles lisses que la caféine du café fait se détendre, permettant ainsi aux canaux de « s'ouvrir largement », permettant ainsi aux toxines tumorales de passer dans l'intestin grêle [12].

Suppléments. Les patients peuvent prendre jusqu'à 150 comprimés par jour des suppléments susmentionnés afin de remplacer les nutriments perdus au cours de la détoxification.

Régime. Le patient soumet des échantillons de cheveux à des analyses effectuées par une entreprise de Louisiane. À partir de l'analyse capillaire, Gonzalez détermine les « schémas nutritionnels, minéraux et biochimiques et l'état clinique du patient ». Un « score TC par analyse des cheveux » détermine les spécificités du régime alimentaire. Les régimes consistent en des « aliments entièrement naturels sans poison » destinés à prévenir toute nouvelle intoxication tissulaire et à rétablir l'équilibre du corps.

Discussion

Les arguments de Kelley et Gonzalez pour le traitement du cancer sont en grande partie spéculatifs et invalides. Un examen de tous les documents publiés par Kelley et Gonzalez montre qu’ils n’ont pas suivi de formation en oncologie, ni de certification en quelque spécialité médicale que ce soit, ni qu’ils aient réalisé ou publié des travaux expérimentaux vérifiant leurs conclusions concernant la cause du cancer ou leur traitement.

La théorie de la causalité du cancer en tant que déficit en enzymes pancréatiques entraînant la croissance du trophoblaste est une spéculation à partir des idées du tournant du siècle (1911). Elle est en contradiction avec des faits établis sur la causalité et l'étiologie du cancer, confirmés par les recherches effectuées ces 50 dernières années. Les différents cancers n'ont pas des causes identiques, des caractéristiques de croissance identiques ni des réponses identiques aux traitements. Le suivi des progrès du traitement est effectué à l'aide de méthodes éprouvées d'évaluation d'efficacité. Les questionnaires d'auto-évaluation ont une valeur limitée pour l’évaluation des progrès du cancer ou de son traitement. L'analyse des cheveux ne donne aucune information valable sur l'état nutritionnel.

Analyse des cheveux. Interrogé sur l'analyse des cheveux qu'il utilisait pour évaluer et prescrire, Gonzalez a décrit ce processus comme un « score TC » renvoyé par le laboratoire de Louisiane [13]. Il affirmait que la machine, inventée en Angleterre dans les années 1940, mesurait des facteurs biochimiques dans les cheveux et fournissait des schémas biochimiques et nutritionnels. L'instrument mesurait également les « déchets » (non spécifiés) et certaines protéines et antigènes tumoraux. Interrogé, Gonzalez n'a pas pu identifier ces matériaux, ne savait pas comment l'analyse était faite, ne connaissait pas la validité des résultats ni ne savait comment les conclusions étaient tirées. Il a déclaré que les résultats étaient corrects car ils étaient en accord avec son diagnostic préconçu [13].

En 1983, Rivlin a examiné la littérature scientifique publiée sur les utilisations et les mésusages de l'analyse des cheveux pour effectuer des évaluations nutritionnelles [14]. Parmi les nombreuses variables susceptibles d'influencer les résultats figurent l'âge, le sexe, le taux de croissance des cheveux, la contamination par la sueur, l'environnement, les shampooings, les décolorants, les colorants et le site de prélèvement de l'échantillon. Rivlin a trouvé tellement de variables incontrôlables que les conclusions d'un seul échantillon ne pourraient pas être utiles pour évaluer l'état nutritionnel ni faire des recommandations thérapeutiques.

Lavements au café. Les lavements étaient une pratique courante chez les guérisseurs du Vsiècle de notre ère. Ils croyaient que les saignées et les purges débarrassaient le corps « d’humeurs corrompues » [15]. Le recours aux laxatifs et aux lavements par Kelley/Gonzalez semble appuyer ce concept ancien lorsqu'ils affirment qu'il y a empoisonnement quand les gens mangent des « aliments transformés » et qu'un « corps non empoisonné » peut reconnaître et détruire le cancer.

Gonzalez introduit un autre concept invalide en déclarant que « l'intoxication » nuit à la capacité du corps à utiliser l'oxygène pour le métabolisme aérobie et l'oblige à utiliser des formes anaérobies de production d'énergie, et que le cancer se développe grâce au métabolisme anaérobie [16,17].

Régimes. Les régimes Kelley/Gonzalez ne sont pas uniques et ils ont été désignés de différentes manières : nutritionnel, enzymatique, métabolique, holistique, macrobiotique, non toxique, et oxydatif. Les défenseurs de ces régimes recommandent également « tous les aliments naturels » cultivés sans pesticides ni engrais chimiques et préparés sans sucre, sel, colorants artificiels ni conservateurs. Ils recommandent également de fortes doses de vitamines, des suppléments minéraux et glandulaires et des acides aminés.

Cancer et environnement anaérobie. Dans une monographie de 1961 intitulée « Glycolyse et respiration des tumeurs », Aisenberg passe en revue les travaux de Warburg qui avait conclu que la cause du cancer était l'intoxication par le métabolisme oxydatif, avec une anaérobiose résultante. Aisenberg concluait : La plupart des cancérigènes ne sont pas des poisons respiratoires, la plupart des poisons respiratoires ne sont pas cancérigènes, l'oxygène ne stimule ni n'inhibe la croissance tumorale, les cellules tumorales se développent bien en présence d'oxygène, l'absence d'oxygène n'induit ni n'accélère la croissance du cancer, le lactate se forme dans des conditions normales de nombreux tissus normaux, les agents anticancéreux interfèrent avec l'ADN plutôt qu'avec le métabolisme de l'oxygène ou la fermentation, les cellules cancéreuses ne tirent pas d'énergie de la fermentation, les cellules cancéreuses génèrent de l'énergie par le métabolisme des graisses et des glucides comme le font les cellules normales, et il n'y a aucune preuve d'empoisonnement dans les systèmes enzymatiques respiratoires des cancers [18]. Ainsi, la base de l'intoxication respiratoire et de l'anaérobiose en tant que causes du cancer avait été réfutée en 1961, huit ans avant la première publication de sa théorie par Kelley.

Le cancer en tant que déficience en enzymes pancréatiques. Depuis 1961, de nombreuses connaissances ont été acquises sur l’initiation et la progression du cancer [19-21]. Les dommages causés à l'ADN entraînent une perturbation de la régulation génétique des oncogènes et d'autres mécanismes génétiques favorisants. La croissance des cellules cancéreuses est déterminée par des gènes et non par des facteurs environnementaux non spécifiques, et les caractéristiques sont transmises à leur progéniture. Ces faits sont absents des affirmations de Kelley/Gonzalez.

Les organes vitaux sont détoxiqués lorsque le flux de bile est stimulé. Gonzalez fait référence aux « toxines tumorales et poisons alimentaires » en tant que causes de cancers mais il ne les a pas identifiés dans les échantillons de cheveux prélevés pour le diagnostic ni dans la bile.

L'excrétion biliaire est une voie pour les biométabolites transformés du foie [22,23]. Mais il existe une circulation entérohépatique qui renvoie la plupart des sels biliaires au foie. Ainsi, si des matières détoxifiées sont transportées par ces sels biliaires, elles seront également réabsorbées. Si les lavements au café fonctionnaient comme annoncé, de grandes quantités de sels biliaires ne seraient pas efficacement absorbées, seraient perdues par les selles et leur reconstitution pourrait être réduite [23-25]. Les vitamines lipidiques et liposolubles ainsi que le calcium seraient alors perdus, entraînant éventuellement une carence aux conséquences graves [26]. Eisele et Reay ont signalé deux décès liés sur hyponatrémie et déshydratation liées à des lavements au café [27].

Un autre danger est l’infection par contamination. Ginsberg a signalé une épidémie de septicémie à Campylobacter chez des patients recevant des lavements au café dans une clinique frontalière mexicaine [28]. Istre a signalé une épidémie d'amibiase dans le Colorado, imputable à la contamination fécale de l'appareil utilisé pour administrer les solutions des lavements [29].

Enzymes glandulaires rétablissant la fonction normale des organes endommagés par le poison. Les barrières biologiques à une absorption efficace d’enzymes protéolytiques dans la circulation systémique sont tellement remarquables que l’administration de ces dernières par voie orale est quasiment impossible [30,31]. L’absorption intestinale de molécules de protéines dépend de leur taille et de leur complexité, de leur sensibilité à l’hydrolyse par les acides de l’estomac de l’hôte et les enzymes digestives de l’hôte, de la capacité de transport à travers la muqueuse intestinale, de leur non-reconnaissance comme étrangères par le système immunitaire et de leur destruction par le système réticulo-endothélial [32].

Comme toutes les protéines alimentaires, les enzymes sont décomposées en leurs acides aminés constitutifs par les enzymes protéolytiques situées dans le tractus gastro-intestinal de l'hôte, détruisant ainsi leur activité enzymatique. Si des enzymes intactes parvenaient à pénétrer dans la circulation, il leur faudrait encore éviter la dénaturation par les enzymes protéolytiques sériques. Elles devraient être suffisamment « intelligentes » pour trouver « l’organe cible empoisonné » ou la cellule cancéreuse avant de détruire les protéines sériques et les protéines structurelles de la paroi des vaisseaux sanguins. Si les enzymes évitaient ces barrières, leur apparition répétée dans la circulation pourrait éventuellement donner lieu à de graves réactions d’hypersensibilité et à une anaphylaxie. Il semble y avoir de bonnes raisons pour la caractéristique évolutive empêchant l’absorption des enzymes protéolytiques venant du tractus gastro-intestinal.

Conclusions

  • Ni Kelley ni Gonzalez n'a identifié les toxines suggérées dans des aliments transformés.
  • Ni l'un ni l'autre n’a de preuves que les molécules protéiques anormales des tumeurs nécrosantes sont des toxines ou qu’elles empoisonnent les organes.
  • Ni l'un ni l'autre n’a de preuves que les toxines empoisonnent le métabolisme oxydatif.
  • Ni l'un ni l'autre n’a de preuves que les cancers se développent dans un environnement anaérobie.
  • Ni l'un ni l'autre n’a démontré que les lavements au café, les doses de mégavitamines et leurs régimes spéciaux inhibent la progression du cancer.
  • Ni l'un ni l'autre n'a apporté la preuve qu'un déficit en enzymes digestives pancréatiques est lié à l'apparition du cancer.
  • Ni l'un ni l'autre n’a apporté la preuve que des enzymes d'origine animale ou végétale peuvent remplacer les enzymes dans les organes humains.
  • Rien ne prouve que les enzymes pancréatiques ingérées recherchent et détruisent les cellules cancéreuses.
  • Ni l'un ni l'autre n’a apporté la preuve que leurs schémas thérapeutiques sont plus efficaces qu'un placebo pour le cancer.

 

À propos de l'auteur

Cet article a été repris de La revue scientifique de médecine alternative 2(2):25-30, 1998 et révisé en avril 2000. Le Dr Green a été professeur de biochimie à l'Institut Sloane-Kettering contre le cancer et membre du Conseil national contre la fraude dans le domaine de la santé. Il est décédé en juillet 2007.

 

Références

  1. Kelley WD. New Hope for Cancer Victims: One Answer to Cancer. Grapevine, TX: Kelley Research Foundation, 1969.
  2. Gonzalez N. Foundation for Alternative Cancer Therapies, Ltd. Meeting, August 1988. Audiotape transcript.
  3. Gonzalez NJ. One Man Alone: An Investigation of Nutrition Cancer, and Win. D. Kelley. A Personal Communication; 1987.
  4. Anon. International Health Institute Letter. 1980; 1: 1-2.
  5. Gerson M. The cure of advanced cancer by diet therapy: a summary of thirty years of clinical experimentation. Physical Chemistry and Physics 10:449-464, 1978.
  6. Hildenbrand G. A coffee enema? Now I've heard everything. Heating Newsletter (a publication of the Gerson Institute). May-June 1986, pp 1-4.
  7. Anon. Healthview Newsletter (Charlottesville, VA) 1(5):10, 1978.
  8. American Cancer Society. Kelley malignancy index and ecology therapy. In: Unproven Methods of Cancer Management, 1971.
  9. Garnett T. Personal communication from International Health Institute, A Nutritional Lifestyle Program by William D. Kelley. March 14,1986.
  10. Anon. International Health Institute Letter 1:1-2, 1980
  11. Gonzalez N. One Man Alone.
  12. Gonzalez N. Foundation for Alternative Cancer Therapies, Ltd.
  13. Supreme Court of the State of New York. Deposition of Nicholas J. Gonzalez. Charell v. Nicholas Gonzalez, March 31,1995.
  14. Rivlin R. Use and misuse of hair analysis for nutritional assessment. American Journal of Medicine 75:489-493, 1983.
  15. Shyrock RH. The Development of Modern Medicine. Madison, WI: University of Wisconsin Press, 1980.
  16. Gonzalez N. Foundation for Alternative Cancer Therapies, Ltd.
  17. Supreme Court of the State of New York, Charell v. Nicholas Gonzalez.
  18. Aisenberg A. The Glycolysis and Respiration of Tumors: A Monograph. New York, NY: Academic Press; 1961.
  19. Pitot HC, Dragan YP. Facts and theories concerning the mechanisms of carcinogenesis. FASEB Journal 5: 2280-2286, 1991.
  20. Solomon E, Borrow J, Goddard AD. Chromosome aberrations and cancer. Science 254:1153-1160, 1991.
  21. Baserga R. The genetic basis of cell proliferation. In: The Biology of Cell Reproduction. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1985, pp 179-210.
  22. Klaassen CD, Amdur MO, Doull J (editors). Toxicology: The Basic Science of Poisons. 3d ed. New York, NY: Macmillan; 1986, pp 50-51,76.
  23. Bryson PD. Stimulants. In: Comprehensive Review in Toxicology. 2d ed. Rockville, MD: Aspen, 1989, pp 374-376.
  24. Berk JE. Gastroenterology. Vol. 1. Philadelphia, PA: WB. Saunders; 1985: 1505-2705.
  25. Arius IM. The Liver: Biology and Pathobiology. New York, NY: Raven Press; 1982: 429-465.
  26. Conn M, Sachar DB. Nutrition and gastrointestinal disease. In: Herbert V, Subak-Sharp GJ (editors). The Mount Sinai School of Medicine Complete Book of Nutrition. New York, NY: St. Martin's Press, 1991:524-525.
  27. Eisele JW, Reay DT. Deaths related to coffee enemas. JAMA 244:1608-1609, 1980.
  28. Ginsberg MM, Thompson MA, Peter CR, et al. Campylobacter sepsis associated with nutritional therapy in California. MMWR 30:294-295, 1981.
  29. Istre GR, Kreiss K, Hopkins RS, et al. An outbreak of amebiasis spread by colonic irrigation at a chiropractic clinic. New England Journal of Medicine 307:339-342, 1982.
  30. Sternson LA. Obstacles to polypeptide delivery in biological approaches to controlled delivery of drugs. Annals of the New York Academy of Sciences 19:507, 1987.
  31. Dixon M, Webb EC, eds. The Enzymes. New York, NY: Academic Press, 1984.
  32. Kabat EA, Mayer M (editors). Experimental Immunochemistry. Charles C Thomas, 1961.
  33. Le protocole Gonzalez, Dictionnaire Sceptique.

 

Cet article a été révisé le 20 avril 2000.

Traduction en français le 24 avril 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 1 mai 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2020 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2020 Les Sceptiques du Québec (version française)