Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Médecine vétérinaire chinoise traditionnelle

Médecine vétérinaire chinoise traditionnelle

Dr Vét. David Ramey

J'aime l'histoire. Je pense qu'elle est vraiment importante. Et je pense que c'est vraiment triste lorsque l'histoire est mal formulée ou déformée, et particulièrement lorsque cette distorsion est utilisée pour vendre quelque chose aux gens.

Ces deux dernières décennies, j'ai beaucoup aimé apprendre l'histoire de la médecine vétérinaire en Chine. La Chine a une riche tradition en matière de traitement d’animaux, principalement des chevaux, des chameaux et des buffles d'eau.* Dans le cadre de cet intérêt, j'ai accumulé environ 3 douzaines de manuscrits en provenance de Chine, certains datant du XVIIIe siècle. Ces manuscrits sont des témoignages de ce que les praticiens ont VRAIMENT fait aux animaux en Chine. J’en ai fait traduire certaines parties, ce qui a également donné lieu à plusieurs articles sur l'histoire de la médecine équine en Chine, dont vous pouvez en lire quelques-uns si vous CLIQUEZ ICI. Vous pouvez également voir une diapositive que j'ai présentée à la convention de l'American Veterinary Medical Association en 2011 sur le sujet.

J'essaie également de financer un projet sur Kickstarter, que vous pouvez voir si vous CLIQUEZ ICI. C'est un beau manuscrit de 70 pages que je tente de publier sous forme de livre d'art et d'histoire, avec des historiens de Chine, d'Autriche, d'Allemagne et des États-Unis. J'espère que vous le trouverez intéressant et que vous envisagerez de le soutenir. Rien de pareil à ce projet n'a jamais été tenté.


Certaines des pages du manuscrit
sont vraiment des œuvres d'art

Malheureusement, dans la mesure où les informations historiques sont exactes, il existe un petit sous-groupe d'individus qui déclarent pratiquer ce qu'ils appellent la « médecine vétérinaire chinoise traditionnelle» (MVCT) sur des animaux, dont des chevaux. Ils disent qu'ils pratiquent de la manière dont les anciens Chinois pratiquaient la médecine vétérinaire sur les animaux, d'une manière différente de la médecine « occidentale », non naturelle, réductionniste, riche en médicaments et en chirurgie, enseignée à la plupart des vétérinaires. Et dans un sens, je dirais qu'ils ont raison, ce qu'ils font est certainement différent. Et cela n'a essentiellement rien à voir avec la façon dont les Chinois pratiquaient la médecine vétérinaire à travers l'histoire.

Les défenseurs de la MVCT ont plutôt mis au point un conte de fées moderne, basé sur quelques concepts théoriques historiques choisis, et adapté pour tenir compte des sensibilités occidentales, sans pratiquement aucun rapport avec la manière dont la médecine vétérinaire était réellement pratiquée en Chine. Non seulement ces partisans de la MVCT inventent des sottises, mais ils banalisent, obscurcissent et dissimulent un chapitre très intéressant, réel et encore largement non documenté de l’histoire vétérinaire. La même chose s’est produite en médecine humaine - si cela vous intéresse, je vous suggère de jeter un coup d’œil au livre « Ni âne, ni cheval ».

Je pense vraiment que la déformation de l’histoire au nom des « traditions » de la Chine est un problème épouvantable. Quelques partisans de la MVCT ont infiltré quelques grandes facultés universitaires. Cela signifie que quelques membres du corps professoral enseignent des bêtises à des étudiants et que les étudiants obtiennent leur diplôme après les avoir apprises. Certains ont même mis en place des « écoles » pour certifier des gens en MVCT, qui est en réalité un conte de fées moderne. (Bien sûr, je n'aime pas beaucoup les « certifications » en général - CLIQUEZ ICI pour savoir pourquoi.) Mais à la suite de décennies de désinformation, de fabrication et de promotion, il y a maintenant un sous-groupe de la population qui pense traiter ou recevoir des traitements pour animaux basés sur la « sagesse » des traditions historiques chinoises.

Mais il n’en est rien.

« Comment ? » dites-vous. « Les Chinois ont sûrement traité des animaux ? »

Eh bien, oui, ils l'ont fait, mais pas de la manière dont les fabricants de contes de fées modernes qui sont derrière la MVCT voudraient vous le faire croire. Dans toute la propagande abrutissante qui a été imposée au public dans le but de dépeindre la médecine vétérinaire chinoise comme naturelle, en harmonie avec le cosmos, etc., etc., quelques éléments ressortent. Remarquez, ce n’est pas tout, je ne fais que citer quelques très mauvais exemples. C'est parti.

1. L'ACUPUNCTURE N'A JAMAIS FAIT PARTIE DE LA TRADITION CHINOISE DU TRAITEMENT DES ANIMAUX.

Les Chinois ne pratiquaient tout simplement pas d'acupuncture, pas au sens moderne du mot (aiguilles fines, points spécifiques, le long de « canaux », ce genre de choses). Ils intervenaient parfois en des « points » - ils coupaient les chevaux en certains points, ils saignaient les chevaux en certains points et ils brûlaient les chevaux en certains points (au fer rouge), comme toutes les autres cultures. Mais les Chinois n’utilisaient pas de fines aiguilles, ils n’ont pas associé des points le long de canaux spéciaux.

Parler de l'acupuncture comme faisant partie d'une longue tradition sert à en déduire qu'elle est efficace. En d’autres termes, si elle existe depuis si longtemps, elle doit être utile (en utilisant le même raisonnement, l’astrologie a depuis longtemps prouvé qu’elle en valait la peine, soit dit en passant). Néanmoins, l'idée que l'acupuncture doit être efficace parce qu'elle a été utilisée pendant si longtemps est tout simplement fausse, pour deux raisons. D'abord parce qu'elle n'a pas été utilisée depuis très longtemps. Et deuxièmement, il n’a pas été démontré qu’elle était efficace pour guérir quoi que ce soit.

2. LES « TRADITIONS » DE LA MÉDECINE CHINOISE NE S'AMÉLIORENT PAS AVEC LE TEMPS.


Enseignement de la lecture et de l'écriture
en Chine, vers 1960

Une autre fiction de la MVCT est que les Chinois ont perfectionné leurs traitements au fil du temps. C'est-à-dire qu'au cours de milliers d'années, ils ont systématiquement rejeté ce qui ne fonctionnait pas et ont conservé ce qui marchait. Une sorte d'approche darwinienne de la thérapie, pour ainsi dire.

Ça sonne bien, sauf que… ça ne s'est pas passé. Parmi les nombreuses raisons pour lesquelles les cultures anciennes n'étaient pas connues, figuraient 1) Le manque de diffusion de l'information et 2) L'absence d’alphabétisation. La plupart des gens naissaient et mouraient à peu près au même endroit. Les informations ne voyageaient pas facilement : pas de téléphones portables, de télécopieurs ni de télégraphes. Bien sûr, il y avait occasionnellement des livres. Quelques-uns survivent sous une forme ou une autre (ayant été modifiés et révisés au fil des ans), mais ils n'étaient pas très lus. Ils n'auraient pas pu être très lus. Les gens ne voyageaient pas, les livres imprimés n'étaient pas disponibles et la plupart des gens n'auraient pas pu les lire de toute façon. En tant que telle, pendant la plus grande partie de l'histoire, la médecine - la médecine de toutes les cultures, pas seulement de la Chine - reposait sur des traditions orales et familiales individuelles, par opposition à des études et à des perfectionnements. J'espère pouvoir continuer à mettre ces traditions en lumière grâce à mon projet Kickstarter.

3. LES ANIMAUX NE SONT PAS TRAITÉS SELON UNE THÉORIE - AUCUNE THÉORIE.


Cheval avec des points d’extraction de crottin (à droite)
et d’enlèvement de
cataracte (à gauche).
CECI N’EST PAS de l'acupuncture.

La médecine vétérinaire chinoise était très pragmatique. On voyait un problème - on traitait le problème. Ainsi, par exemple, confrontés à un cheval souffrant de coliques, ils voyaient que le cheval ne déféquait pas et ils tentaient d'extraire les matières fécales du rectum par l'un des « points » internes. Ils ont même illustré les points où le crottin était censé s'accumuler (ils n'ont pas disséqué les chevaux pour en apprendre l'anatomie interne). Cependant, les adeptes modernes de la MVCT ont apparemment décidé que ces points d'accumulation de crottin étaient des points d'acupuncture : ils n'auraient pas eu ce problème s'ils avaient lu le texte original.

Voici l'un des premiers traitements décrits en médecine vétérinaire chinoise, dans le Qiminyaoshu du VIe siècle : « Recette pour le traitement de la maladie contagieuse du bétail ou des chevaux. Prenez des excréments de loutre. Faites-en une décoction et arrosez l'animal. La viande et le foie de loutre sont bons [aussi]. Si vous ne pouvez pas obtenir de viande ou de foie de loutre, utilisez simplement des excréments. »

Voici de la médecine chinoise au sens « traditionnel ».

4. LE TRAITEMENT DES ANIMAUX N'ÉTAIT PAS « HOLISTIQUE », EN AUCUN SENS DU TERME.


Nettoyage des oreilles - une partie importante
(et en grande partie non rapportée)
de la médecine chinoise

L’idée que les Chinois ont traité les animaux de manière « holistique » n’est que stupide. Les Chinois considéraient les animaux comme des « choses ».** Quand ils constataient un problème chez des animaux qui leur tenaient à cœur (principalement des chevaux, des chameaux et des bœufs), ils traitaient le problème : principalement en les brûlant, en les saignant ou en leur donnant des plantes ou des minéraux. Ils ne se souciaient pas de ne faire qu'un avec l'univers, ni des « cinq phases », ni d’aucune des réflexions mystiques qui N’ONT JAMAIS fait partie de la médecine vétérinaire, et seulement d’une très petite partie de la médecine destinée aux humains.

Écoutez, je n'essaie pas de dire que les anciens Chinois qui traitaient les animaux étaient stupides ni quoi que ce soit. Les praticiens historiques de la médecine chinoise faisaient de leur mieux. Comme tous ceux qui traitaient les animaux - et les humains, d'ailleurs. Cependant, dans toutes les cultures historiques qui tentaient de traiter les maladies, les praticiens de la médecine n’avaient aucune idée de ce qui se passait, c’est-à-dire qu’ils ne connaissaient pas la base des véritables causes sous-jacentes des maladies. Cela devait être très frustrant - comme la médecine vétérinaire peut l’être de nos jours, même avec tous les outils à notre disposition.

Néanmoins, les praticiens de la médecine historique devaient avoir quelque chose pour expliquer les processus effrayants des maladies, des pathologies et de la mort. Ainsi, les gens croyaient en des choses comme les mauvais esprits et les mauvaises humeurs. Les Chinois pensaient que leurs ancêtres décédés avaient une grande influence sur leur santé. Les gens priaient, sacrifiaient, brûlaient, purgeaient, saignaient, piquaient, mangeaient des plantes, restaient assis dans des mines de sel et faisaient une myriade de choses absurdes, folles et parfois désespérées pour améliorer leur santé et guérir des maladies (l'histoire de la médecine est vraiment très révélatrice).


Clinique médicale chinoise, Chinatown, San Francisco,
années 1890.
CLIQUEZ ICI pour un article intéressant sur
l'auto-assistance médicale au XIXe siècle à Chinatown.

Je veux dire que chaque culture a ses traditions. Et, jusqu'au tournant du XXe siècle, toutes les traditions avaient une chose en commun : leurs traitements n’agissaient généralement pas. L'espérance de vie, dans toutes les cultures étudiées, tout au long de l'histoire, quelle que soit la philosophie des médecins traitants, était d'environ 40 ans. On peut donc affirmer que, selon la mesure la plus importante de la santé, la longévité, exactement aucune des approches « traditionnelles » de la médecine n’a fait beaucoup de bien, que vous suiviez les traditions culturelles, les guérisseurs locaux ou les conseils des médecins de l’époque. Et il y a une bonne raison à cela.

EN VOICI LA RAISON : Pendant la plus grande partie de l'histoire, personne ne savait vraiment ce qu'il traitait.

Alors, étant donné cela, vous vous demanderez peut-être « Pourquoi s'embêter avec les traditions ? Que ce soit de Chine ou d’ailleurs ? » Je veux dire, nous ne célébrons pas vraiment les traditions de la communication en gardant des télégraphes dans la cuisine pour pouvoir rester en contact avec nos amis par le biais du code Morse, n'est-ce pas ? Nous ne célébrons pas les traditions de la plomberie en gardant une cabane au fond du jardin. Nous ne célébrons pas les traditions des transports en colportant nos marchandises dans des charrettes à bœufs.

 

EN DÉFINITIVE : Il m’est un peu difficile de comprendre pourquoi certains sont si enthousiastes à propos d'une médecine « traditionnelle » alors que 1) Elle ne guérissait pas ni ne prévenait pas la maladie, et 2) Comme dans le cas du conte de fées moderne de la MVCT, elle n'a jamais existé de toute façon. Ce ne sont que deux des raisons pour lesquelles je pense qu'il est si important d'essayer de révéler la vérité - et pourquoi j'espère que vous envisagerez de jeter un coup d'œil à mon projet Kickstarter.

 


Une page illustrée du manuscrit de 1824 sur la médecine équine chinoise - CLIQUEZ ICI pour en savoir plus.

 

*Les petits animaux n'étaient pas valorisés en Chine, sauf comme nourriture - en fait, les petits animaux étaient considérés comme de la vermine. Il n'y a pas de tradition historique chinoise du traitement des petits animaux.

**C'est une citation directe d'un texte du XIIIe ou XIVe siècle (personne ne le sait vraiment) appelé Simu Anji Ji.

 

 

Cet article a été publiée le 25 avril 2017.

© 2017 DoctorRamey.com & David Ramey, Docteur en médecine vétérinaire - Tous droits réservés.

Traduction en français le 23 mars 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 12 avril 2019.

Source: Dr. Vét. David Ramey Retour à la page d'accueil Partager

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)