Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Critiques au sujet du traitement contre le cancer de Matthias Rath

Critiques au sujet du traitement contre le cancer de Matthias Rath

Stephen Barrett, M.D.

Le groupe d’étude suisse sur les méthodes complémentaires et alternatives du cancer (SKAK) et la Ligue Suisse contre le Cancer (SCL) ont publié une mise en garde contre les théories et les produits du Dr Matthias Rath. Selon ce rapport, Rath affirme que :

  • Les maladies surviennent lorsque l’équilibre entre les mécanismes de destruction et de régénération du tissu conjonctif est rompu. Si des organismes pathogènes ou des cellules cancéreuses parviennent à détruire le tissu conjonctif environnant, la maladie peut alors se propager dans le reste de l’organisme.
  • Le système d’activation du plasminogène en plasmine joue un rôle clef dans ce processus : la réaction active également la collagènase, qui intervient dans la décomposition du collagène. En accédant ainsi aux vaisseaux sanguins, les cellules tumorales peuvent alors se propager par le système circulatoire.
  • Normalement, le corps peut inhiber les enzymes responsables de la destruction du tissu conjonctif de deux manières : grâce à son système intrinsèque de blocage enzymatique ou bien à l’aide de suppléments nutritionnels.
  • Presque tous les individus souffrent de carence chronique en vitamines.
  • La grande majorité des maladies est causée par une carence en lysine et en vitamine C. On suppose que la lysine supprimerait la protéolyse induite par la plasmine en occupant les sites de liaison du plasminogène. Dans le cadre de maladies, l’organisme produit des quantités insuffisantes de proline, c’est la raison pour laquelle cet acide aminé doit également être consommé. Le nom « Cellular Healt » a été choisi, car les suppléments nutritionnels ciblent les cellules du corps sur leur site actif.
  • Le mécanisme de diffusion du cancer qu’il a identifié est la percée décisive dans la lutte contre le cancer, les maladies infectieuses (y compris le sida) et pratiquement toutes les autres maladies [1].

Le rapport SKAK/SCL conclut que les hypothèses sous-jacentes de Rath n’ont jamais été testées scientifiquement et que, sur la base des connaissances actuelles, une action préventive ou curative du cancer n’est prouvée pour aucun de ses produits, qui ne peuvent être commercialisés légalement en Suisse.

Rath affirme également que les traitements conventionnels du cancer n’ont jamais démontré leur effet sur l’amélioration de la survie et qu’ils accélèrent souvent la progression de la maladie. Cette déclaration est totalement fausse. Il a aussi placé des annonces dans de nombreux grands journaux faisant l’éloge des méthodes de « santé naturelle »et décrit la guerre contre l’Irak (en 2003) comme appartenant à une conspiration visant à créer un climat de peur permettant de maintenir le « cartel de la drogue » [2].

En 2000, la British Advertising Standards Authority avait émis une plainte contre des allégations contenues dans une newsletter de la société Matthias Rath Ltd., intitulée « GOOD HEALTH, do it yourself », déclarant que les vitamines de la société pouvaient prévenir les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypertension artérielle ainsi que d’autres maladies décrites dans cette newsletter [3]. En 2002, l’agence a maintenu une plainte contre la Health4Us Foundation d’Emeryville, en Californie, qui avait annoncé dans la presse britannique que la « remarquable approche naturelle de Rath est capable de contrôler la diffusion des cellules cancéreuses dans le corps humain sans nuire aux cellules saines. » [4].

En 2005, la Advertising Standards Authority d’Afrique du Sud a ordonné à la Dr Rath Foundation Africa de cesser de diffuser des informations affirmant que les compléments alimentaires étaient plus sûrs et plus efficaces que les traitements médicamenteux dans la prise en charge des infections au VIH. La publicité en question, publiée dans Mail & Guardian le 26 novembre 2004, était intitulée « Pourquoi les Sud-Africains devraient-ils continuer à être empoisonnés par l’AZT ? IL Y A UNE SOLUTION NATURELLE AU SIDA. ». Les affirmations inacceptables étaient :

  • Il a été constaté que l’AZT provoquait des dommages in utero, entraînant des lésions cérébrales, des troubles neurologiques, des paralysies, de l’épilepsie, un retard mental ainsi que d’autres maladies graves, et des décès prématurés.
  • Des doses quotidiennes de multivitamines ralentissent l’infection par le VIH et diminuent le risque de développer le sida de moitié.
  • Les thérapies naturelles non brevetables réalisent de très faibles marges bénéficiaires.
  • Tous les manuels de biochimie reconnaissent que les vitamines et autres micronutriments sont le facteur le plus déterminant dans un fonctionnement optimal du système immunitaire [5].

Références

  1. Dr Matthias Rath's Cellular Health™. Berne, Switzerland : Swiss Cancer League, 2003.
  2. Dr Rath's Open Letter Campaign. Dr. Rath Health Foundation Web site, accessed Aug 26, 2003.
  3. Matthias Rath Ltd. British Advertising Standards Authority adjudication, Nov 8, 2000.
  4. Health4Us Foundation. British Advertising Standards Authority adjudication, Oct 30, 2002.
  5. L’Advertising Standards Authority d’Afrique du Sud émet ses critiques envers une publicité faite par la Dr Rath Health Foundation for Afrika, 9 mars 2005.

Dernière mise à jour le 24 mai 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)