Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » La réflexologie sous la loupe

La réflexologie sous la loupe

Dr Stephen Barrett

La réflexologie, aussi appelée thérapie de zone, est fondée sur la notion que chaque partie du corps est représentée sur les mains et les pieds et qu’exercer une pression sur des zones spécifiques des mains ou des pieds peut avoir des effets thérapeutiques dans d'autres parties du corps. La plupart de ses partisans affirment que :

  • Le corps est divisé en 10 zones longitudinales - cinq de chaque côté du corps ;
  • Chaque organe ou partie du corps est représenté sur les mains et les pieds ;
  • Le praticien peut diagnostiquer les anomalies en palpant les mains ou les pieds ;
  • Masser ou presser chaque zone peut stimuler le flux d'énergie, de sang, de nutriments et d'impulsions nerveuses vers la zone corporelle correspondante et ainsi soulager les affections de cette zone.

Les mécanismes proposés par les réflexologues n'ont pas été démontrées anatomiquement, et on peut supposer sans grand risque d'erreur qu'elles n'existent pas. Des raisonnements similaires sont utilisés par les iridologues (qui imaginent que les marques oculaires représentent les maladies de tout l'organisme) et les acupuncteurs auriculaires qui « cartographient » les organes du corps sur l'oreille (un homuncule en position fœtale). La méthode est similaire dans les deux cas ; et certains commentateurs considèrent que le fait d'appuyer sur des « points d'acupuncture » sur l'oreille ou ailleurs est une forme de réflexologie, mais la plupart des gens appellent cela acupressure (acupuncture sans aiguilles). Le site Web de recherche en réflexologie présente des tableaux pour la réflexologie des pieds et des mains. Les tarifs annoncés varient de 35 $ à 100 $ par séance.

La plupart des réflexologues affirment que leurs pratiques peuvent soulager le stress, ce qui est probablement le cas pour le stress quotidien. Cependant, de nombreux réflexologues décrivent le stress en des termes qui ne correspondent pas aux connaissances scientifiques. Kevin et Barbara Kunz, par exemple, déclarent :

Les zones réflexes des pieds de la personne reflètent l'état de tension global de la personne qui résulte d'une vie entière d'adaptation au stress. Les indices de stress dans les pieds représentent une carte pour le réflexologue. Partout où il se trouve sur un pied, c'est un signe que le stress et son effet ont commencé à s'accumuler dans les parties correspondantes du corps [1].

De nombreux partisans affirment que la réflexologie plantaire peut nettoyer le corps des toxines, augmenter la circulation, aider à la perte de poids et améliorer la santé des organes de tout l'organisme. D'autres ont fait état de succès dans le traitement des otites, de l'anémie, de l'énurésie, de la bronchite, des convulsions du nourrisson, des hémorroïdes, du hoquet, de la surdité, de la perte des cheveux, de l'emphysème, des affections de la prostate, des maladies cardiaques, de l'hyperthyroïdie, des calculs rénaux, des maladies du foie, des prolapsus rectaux, de la cryptorchidie, de l'occlusion intestinale, de la cataracte et de l'hydrocéphalie (excès de liquide céphalo-rachidien qui peut provoquer une hypertension intracrânienne endommageant le cerveau). Certains prétendent « équilibrer l'énergie et améliorer la guérison ailleurs dans le corps » [2]. Un praticien a même affirmé avoir allongé une jambe qui était plus courte d'un pouce (environ 2,5 cm) que l'autre. Il n'y a aucun fondement scientifique à ces assertions.

La réflexologie a été introduite aux États-Unis en 1913 par le Dr William H. Fitzgerald (1872-1942), un oto-rhino-laryngologiste qui l'a appelée « thérapie de zone ». Comme l'indique le diagramme de droite, il a utilisé des lignes verticales pour diviser le corps en dix zones. Eunice D. Ingham (1899-1974) a développé la réflexologie dans les années 30 et 40, se concentrant sur les pieds [3]. Par la suite, Mildred Carter, une ancienne élève de Ingham, a fait de la réflexologie du pied une méthode miracle pour la santé [4,5,6]. Dans une lettre de 1993, son éditeur déclarait :

« Non seulement la nouvelle réflexologie corporelle vous permet de guérir des pires maladies de façon sûre et définitivement, mais elle peut même contribuer à inverser le processus de vieillissement, selon Carter. Dites adieu aux rides de la vieillesse, à la peau sèche, aux taches brunes, aux imperfections cutanées – avec la Réflexologie Corporelle, vous pouvez vous faire à domicile un remodelage du visage, sans inconfort ou opération chirurgicale altérant vos traits [7]. »

Certains réflexologues, qui se défendent de faire des diagnostics ou de traiter des maladies, prétendent que la majorité des problèmes de santé sont liés au stress et qu'ils peuvent aider les gens en soulageant le « stress » associé à diverses maladies ou à des organes [1]. Cette sorte de double langage s'apparente aux affirmations chiropratiques selon lesquelles les « subluxations » diminuent la résistance aux maladies et que les corriger par un « ajustement » de la colonne vertébrale améliorera la santé. Les dix livres que j'ai consultés mentionnent tous une multitude de problèmes de santé que la réflexologie est censée avoir soulagés.

Pauline Wills, auteur du Reflexology and Colour Therapy Workbook, enseigne que les couleurs peuvent être attribuées aux « zones où une anomalie a été diagnostiquée mais qui n'a produit aucun symptôme décelable dans le corps physique ». Elle affirme que l'association peut se faire d'abord en imaginant des couleurs transmises par la main du praticien s'il est sensible à la couleur, ou il peut la visualiser par projection en utilisant une « torche de cristal réflexologique » [8].

Observations personnelles

Au cours des années 1990, j'ai observé le travail d'au moins sept réflexologues pendant des salons consacrés à la santé. Dans la plupart des cas, le traitement se présentait comme un massage ordinaire et prolongé du pied avec peu de communication entre les praticiens et leurs clients. Mais lors d’une démonstration, les praticiens ont affirmé qu'ils pouvaient réduire le stress, purifier le corps des toxines, améliorer la circulation sanguine, aider à la perte de poids et améliorer la santé des organes de tout l'organisme. Une autre fois, j'ai subi une séance de quinze minutes au cours de laquelle le praticien a palpé mon pied à des fins diagnostiques, puis l'a massé à des fins « thérapeutiques ». Au cours de l'année précédente, j'avais eu de fortes douleurs à l'épaule gauche provoquées par l'inflammation d'un tendon qui frottait contre une surface osseuse de l'articulation. Un examen médical approfondi avait posé l'indication d'une arthroscopie, dans laquelle on utilise une fraise pour araser la zone osseuse sur laquelle frotte le tendon. Le réflexologue a affirmé qu'il pouvait percevoir le problème de l'épaule en palpant mon pied gauche, qu'il était causé par le stress et que le fait d'appuyer sur mon pied – peut-être en quelques séances – le résoudrait. Son « traitement », qui a duré environ dix minutes, consistait à masser le pied et de temps en temps, à appuyer fortement sur la plante, une manœuvre assez douloureuse. Bien entendu, ce « traitement » n'a eu aucune efficacité pour soulager mon épaule. Quelques mois plus tard, j'ai subi l'intervention qui a guéri l'affection immédiatement et définitivement.

Formation, « diplômes » et statut juridique

Comme la réflexologie n'est pas reconnue par la loi, aucune formation officielle n'est obligatoire pour la pratiquer ou pour se dire réflexologue. Cependant, certaines infirmières et certains kinésithérapeutes proposent la réflexologie dans le cadre de leur pratique autorisée. Certains cours sont reconnus pour la formation continue des infirmières et des kinésithérapeutes. La source de formation la plus largement connue est probablement l'Institut international de réflexologie de Saint-Pétersbourg, en Floride, qui affirme avoir 25 000 membres dans le monde [9]. Son séminaire sur la « Méthode originale de réflexologie plantaire Ingham » est dispensé par le neveu d'Ingham, Dwight Byers. La reconnaissance de « membre diplômé » exige deux cents heures d'enseignement et la réussite aux épreuves écrites et pratiques. Pour autant que je sache, cette procédure de certification n'a aucune reconnaissance juridique ou médicale. Le site Web de l'Institut mentionne :

La Méthode Ingham™ de Réflexologie est utilisée principalement pour relâcher les tensions. Les médecins s'accordent à dire que plus de 75 % de nos problèmes de santé peuvent être liés au stress et à la tension nerveuse. La réflexologie améliore le fonctionnement nerveux et la circulation sanguine et aide la nature à retrouver un état normal.

L'Institut International de Réflexologie® tient à souligner sans la moindre ambiguïté qu'il ne prétend pas enseigner la pratique médicale d'une quelconque façon ; ni que la Méthode Ingham™ de Réflexologie est destinée à remplacer le traitement médical classique.

La réflexologie est une technique unique dans le domaine de la santé. Son but n'est pas de traiter ou de diagnostiquer un trouble médical spécifique, mais de promouvoir une meilleure santé et un meilleur bien-être de la même manière qu'un programme d'exercice ou d’alimentation. Sa pratique ne doit pas être comparée à un massage ou à tout autre type de traitement manuel.

Dans une brochure pour son séminaire au Big Sky Somatic Institute, Byers déclare :

« Comme un réflexologue travaille sur chaque réflexe, il déclenche un relâchement du stress et de la tension de la zone ou dans la zone corporelle correspondante, ainsi qu'une relaxation totale. Le relâchement de la tension débloque les impulsions nerveuses et améliore l'apport sanguin de toutes les parties de l'organisme. Parce que la réflexologie agit de l'intérieur, elle a aussi un effet régulateur sur chaque glande, organe et région du corps... » [10]

Diagnostiquer ou traiter une maladie constituerait un exercice de la médecine et serait illégal pour quiconque n'a pas d'autorisation d'exercice pour ce faire. Bien que beaucoup diagnostiquent et traitent les maladies, je n'ai connaissance d'aucune poursuite. Dans certains États qui délivrent l'autorisation d'exercice pour les kinésithérapeutes, les réflexologues non autorisés peuvent également être poursuivis pour avoir pratiqué la kinésithérapie sans permis [11].

Des sandales, des semelles de chaussures, des appareils de massage des pieds et un couvre-volant basés sur la théorie de la réflexologie sont commercialisés. Pour autant que je sache, aucun produit de ce genre ne s'appuie sur une argumentation plausible ou n'a été étudié scientifiquement. Toute affirmation médicale faite au sujet de ces instruments en ferait des « instruments médicaux » selon la loi et, par conséquent, illégaux à la vente sans l'approbation de la FDA.

Résultats de la recherche

Vérifier les allégations de la réflexologie, tellement éloignées de la réalité scientifique, semble une perte de temps. Toutefois, quelques chercheurs compétents ont mené des travaux.

  • La première étude que je connaisse a été dirigée par le Dr William T. Jarvis, un professeur qui a enseigné les méthodes de recherche aux étudiants diplômés de l'Université Loma Linda. Au moyen de questionnaires, on a demandé à 70 sujets d'indiquer s'ils avaient eu des problèmes de santé au cours des deux années précédentes dans l'une des 43 zones anatomiques. Ces données ont ensuite été comparées aux observations d'un réflexologue consignées sur un formulaire d'évaluation. Les résultats n'étaient pas différents de ceux attendus en recourant au hasard. Pour éviter que le réflexologue ne pose des questions ou n'observe de discrets indices, on a demandé aux sujets de l'expérience de se taire et on a placé un rideau pour que la seule partie de leur corps visible par le réflexologue soit les pieds. [12]
  • Dans une autre recherche, 35 femmes atteintes du syndrome prémenstruel (SPM) ont été réparties aléatoirement entre réflexologie des oreilles, des mains et des pieds, et placebo effectué sur de pseudo-points réflexes. Les femmes ont consigné quotidiennement 38 symptômes possibles sélectionnés à partir de questionnaires de recherche antérieure sur le SPM. Le groupe traité a rapporté de façon significative moins de symptômes que le groupe placebo, et cette amélioration a persisté pendant deux mois après traitement. De nombreuses femmes de ce groupe se sont endormies pendant les séances de trente minutes et se sont senties plus dynamiques le lendemain. Le groupe placebo croyait avoir été traité par réflexologie réelle. Les auteurs observent toutefois qu'il a été très difficile de constituer un groupe témoin placebo fiable, ce qui pourrait constituer le défaut de l'étude. Habituellement, la réflexologie est apaisante, mais les manœuvres placebo ont été décrites comme « trop douces ou très brutales ». Par conséquent, les différences pourraient avoir été celles de la qualité du massage pratiqué [13]. L'étude suggère que le massage peut soulager les symptômes du SPM, mais elle ne valide pas le prétendu lien entre les points réflexes et les organes du corps.
  • Lors d’une troisième observation, trois réflexologues expérimentés ont examiné 18 adultes présentant une ou plusieurs affections précisées et relevées dans leur dossier médical. Les données n'ont montré aucune relation significative entre les diagnostics médicaux des patients et les observations des réflexologues [14].
  • On a examiné les effets de la réflexologie plantaire, du massage simple et de la conversation sur 130 patientes qui avaient subi une chirurgie gynécologique par voie abdominale sous anesthésie générale. On a demandé aux patientes comment elles se sentaient, et on a noté les données sur leur état général, l'intensité de leur douleur, leurs mouvements intestinaux, leurs mictions et leur sommeil, depuis la veille de l'opération et après jusqu'au dixième jour. Le massage simple s'est révélé être une expérience relaxante et bénéfique, alors que la réflexologie plantaire a eu divers effets, dont certains étaient défavorables. Les chercheurs ont conclu que la réflexologie plantaire n'est pas efficace dans les suites précoces de la chirurgie gynécologique par voie abdominale et peut parfois déclencher des douleurs abdominales [15].
  • Un essai contrôlé a évalué l'affirmation populaire selon laquelle le traitement réflexologique est bénéfique pour l'asthme bronchique. On a ainsi comparé dix semaines de réflexologie active ou simulée (placebo) sur 40 patients asthmatiques suivis en externe. Les examens objectifs de la fonction pulmonaire (débit de pointe matin et soir, et spirométrie hebdomadaire en clinique) ne se sont pas modifiés. Les signes subjectifs (décrivant les symptômes, les inhalations de bêta-2-mimétiques et la qualité de vie) et la sensibilité bronchique à l'histamine se sont améliorés dans les deux cas, mais aucune différence significative n'a été observée entre les groupes réflexologie active ou placebo. Les chercheurs ont conclu qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve que dans l'asthme, la réflexologie avait un effet spécifique supérieur au placebo [16].

En 2010, la revue médicale Maturitas a publié une revue systématique de 23 études randomisées et contrôlées qui a conclu :

Six bases de données électroniques ont été explorées pour identifier tous les essais cliniques randomisés (ECR) pertinents... La qualité méthodologique des ECR était de piètre qualité... Les meilleures preuves cliniques ne démontrent pas de façon convaincante que la réflexologie est un traitement efficace pour n'importe quelle maladie.

Ce qu'il faut retenir

La réflexologie est fondée sur une théorie absurde et il n'a pas été démontré qu'elle puisse avoir un effet sur l'évolution d'une quelconque maladie. Pratiquée en douceur, la réflexologie est une forme de massage des pieds qui peut aider les gens à se détendre temporairement. Que cela vaille de 35 $ à 100 $ par séance ou qu'elle soit plus efficace qu'un massage des pieds ordinaire (non commercial) relève d'un choix personnel. On ne doit pas tenir compte des affirmations selon lesquelles la réflexologie est efficace pour diagnostiquer ou traiter une maladie. De telles déclarations pourraient entraîner un retard dans les soins médicaux nécessaires ou des examens médicaux inutiles pour les personnes qui tiennent compte des conclusions de la réflexologie.

 

Références

  1. Kunz K, Kunz B. The Complete Guide to Foot Reflexology (Revised). Albuquerque, NM: Reflexology Research, 1993.
  2. Sachs J, New York: Dell Publishing, 1997.Berger J. Reflexology: The A-Z Guide to Healing with Pressure Points.
  3. Benjamin. Eunice D. Ingham and the development of foot reflexology in the U.S. Massage Therapy Journal, Winter, 1989.
  4. Carter M. Helping Yourself With Foot Reflexology. Parker Publishing Company, 1969.
  5. Carter M. Hand Reflexology: Key to Perfect Health. West Nyack, N.Y. : Parker Publishing Company, 1975.
  6. Carter M. Body Reflexology: Healing At Your Fingertips. Parker Publishing Company, 1983.
  7. Spencer R. Mildred Carter announces a new health breakthrough! Blessed relief from 34 common ailments with new body reflexology. Parker Publishing Co., West Nyack, N.Y. Undated flyer received in 1993.
  8. Wills P. Integrating colour with reflexology. Positive Health Magazine, Jan/Feb 1997.
  9. Let us introduce ourselves. International Institute of Reflexology Web site, accessed Feb 25. 2002.
  10. Byers D. Quoted in Somatic Standard 5(1):5, April 2002. Big Sky Institute, Helena, Montana.
  11. Walsh K. The regulatory net. Massage Magazine, March 30, 2001.
  12. Dr William T. Jarvis. Réflexologie (NCAHF).
  13. Oleson T, Flocco W. Randomized controlled study of premenstrual symptoms treated with ear, hand and foot reflexology. Obstetrics and Gynecology 82:906-911, 1993.
  14. White AR and others. A blinded investigation into the accuracy of reflexology charts. Complementary Therapies in Medicine 8:166-172, 2000.
  15. Kesselring A. Foot reflexology massage: A clinical study. Forsch Komplementarmed 6 Suppl 1:38-40, 1999.
  16. Brygge T and others. Reflexology and bronchial asthma. Respiratory Medicine 95:173-179, 2001.
  17. Ernst E and others. Reflexology: an update of a systematic review of randomised clinical trials. Maturitas 68:116-120, 2011.

Dernière mise à jour le 3 octobre 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)