Quackwatch
Accueil » Ressources » Quackwatch » Le monde sauvage de l'acupuncture (1973)

Le monde sauvage de l'acupuncture (1973)

Une allocution de H. Doyl Taylor, Directeur
du Département d'investigation de l'AMA*

C’est un privilège et un plaisir d’être avec vous aujourd’hui, même si j’essaie de trouver un moyen de m’y retrouver dans ce qui reste encore essentiellement un désert inexploré, appelé acupuncture.

Trouver un point de départ pour parler d’acupuncture, ce n’est pas simple. Je pense avoir lu la plupart de la littérature sur l'acupuncture, en particulier son histoire. Même là, il y a peu de faits concrets à trouver.

Aussi, après les nombreuses recherches historiques habituelles, j'ai téléphoné à l'homme généralement considéré comme l'un des médecins américains les mieux informés sur l'acupuncture, le Dr Cho-luh Li, neurochirurgien aux Instituts nationaux de lutte contre les maladies neurologiques et les accidents vasculaires cérébraux des Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health, NIH) à Bethesda. Je lui ai posé des questions sur le récit, répété maintes et maintes fois dans l’histoire de l’acupuncture, selon lequel elle aurait été créée lorsqu’un soldat chinois participant à la guerre de Mongolie en 2600 av. J.-C. a été touché par une flèche à la pointe en pierre, ce qui a miraculeusement guéri une maladie dont le soldat chinois était affligé depuis un certain temps.

Le Dr Li a déclaré que la blessure du soldat chinois était une légende chinoise, reconnue comme étant à l'origine de l'acupuncture, et que 2600 ans avant Jésus-Christ était le moment accepté de l'événement.

Comme vous le voyez, il y a un écart entre 2600 av. J.-C. et aujourd'hui, 4573 ans exactement. Et jusqu’en 1972, il n'y avait pas grand-chose dans la littérature scientifique américaine sur l’acupuncture.

L'une des premières discussions sur l'acupuncture que nous ayons trouvée dans notre littérature scientifique est un article du Dr Ilza Veith, historienne de la médecine à Chicago à l'époque, publié dans l'édition du 12 mai 1962 du Journal of the American Medical Association (JAMA).

Dans son article, le Dr Veith retrace la nature et l'histoire de l'acupuncture qui, comme elle le dit si bien, « a été considérée dès le début comme efficace pour soigner la plupart des maux physiques et mentaux ». J'aimerais répéter cette citation : « Dès le début, l'acupuncture était considérée comme un moyen efficace de guérir la plupart des maux physiques et mentaux ». Elle a également donné à la communauté scientifique une définition pratique de l'acupuncture. Elle a écrit : « L'acupuncture, comme son nom occidental l'indique, est réalisée en insérant des aiguilles tranchantes dans un ou plusieurs parmi 365 points spécifiés, répartis dans toutes les parties du corps, y compris la tête et les extrémités. La pénétration des aiguilles varie de 2 à 13 cm en profondeur. Parfois on les fait tourner et on les retire. À d'autres moments, elles sont laissées in situ pendant un ou plusieurs jours. En Chine, les premières aiguilles étaient en silex, plus tard en or ou en argent ».

Passer en revue le document du Dr Veith prendrait plus de temps que ce dont nous disposons aujourd'hui. Mais, après avoir retracé l'histoire de l'acupuncture, les allégations thérapeutiques de ses partisans, son extension au Japon puis, dans les années 1930, à l'Europe, elle a conclu son article par ces deux paragraphes :

Il est évident que cet article consacre un espace démesuré à un seul rapport d'enquête totalement inadéquat. La validité scientifique des résultats cités est en outre remise en question en raison du mépris flagrant de l’effet de la suggestion dans des états pathologiques que l’on pourrait présumer y être les plus sensibles. La raison pour laquelle l'article a été si long est simplement d'indiquer la curieuse importance accordée à cette ancienne thérapie dans ce qui est supposé être un cadre médical scientifique moderne.

Au fil des millénaires de l'histoire médicale, d'innombrables systèmes thérapeutiques ont été basés sur différentes théories relatives aux causes des maladies. Lorsque la véritable nature de la maladie a été établie, les systèmes ont en grande partie disparu. Certes, un cas occasionnel a persisté en raison des mérites qu’il possédait, la théorie sur laquelle il était fondé étant accessoire. L’historien médical ne peut que s’interroger sur le sort de l’acupuncture dans ce contexte. Fondée sur des concepts d'anatomie et de physiologie fantaisistes, elle ne peut guère être considérée comme une forme de thérapie rationnelle et scientifique, malgré sa popularité constante depuis plus de 2 500 ans et son inclusion récente dans certains systèmes de traitement modernes. Que ce soit finalement un anachronisme fondé sur une erreur ou un traitement dont la valeur est confirmée par l’expérience, ce n’est pas à trancher ici. Quoi qu'il en soit, le médecin américain moderne va forcément la rencontrer fréquemment en Extrême-Orient, parfois en Europe et parfois même dans certaines parties de ce pays, et il lui incombe donc d'en avoir une certaine connaissance. Aussi étrange une thérapie soit-elle, qu’elle manque de logique et soit de valeur incertaine, elle concerne les patients et la maladie et constitue donc un phénomène qui doit intéresser le monde médical. »

Il y a eu quasi un vide dans la littérature scientifique américaine pendant près d’une décennie après la publication du Dr Veith. Mais alors, les choses ont commencé à bouger. Et comment n’ont-elles pas continué depuis.

Tout d'abord, en juillet 1971, James Reston, le célèbre analyste politique du New York Times, a eu une appendicite lors d'une visite à Pékin. Son appendice a été retiré sous anesthésie locale - xylocaïne et benzocaïne. Mais la deuxième nuit après son opération, il souffrait énormément, et voilà le début de la clameur moderne : trois longues et fines aiguilles d'acupuncture ont été insérées dans le coude droit et en-dessous des genoux de M. Reston. Les aiguilles étaient, selon son compte-rendu, « manipulées afin de stimuler l'intestin et de soulager la pression et la distension de l'estomac ».

Les 20 minutes de soins prodigués à M. Reston comportaient plus que cela, notamment la tenue d'une herbe appelée « ai » près de son abdomen, pendant que son médecin chinois faisait occasionnellement tourner les aiguilles d'acupuncture, et M. Reston a dit que, en une heure, la pression et la tension de son ventre s'étaient sensiblement atténuées et le problème ne s’est plus reproduit ensuite.

Comme tout bon journaliste qui se respecte, M. Reston a publié le récit de son opération en Chine, et le récit a été publié et republié, sous différentes versions, dans des journaux de tout le pays.

La demande d'acupuncture a augmenté au fur et à mesure que la nouvelle se répandait. La plupart des médias se sont impliqués, souvent avec une demande d’avis médical. Puis, en septembre 1971, le Dr Paul Dudley White, le Dr E. Gray Dimond, et leurs épouses, ont été invités à se rendre en Chine par la China Medical Association.

Dans l'édition du JAMA du 6 décembre 1971, un article du Dr Dimond intitulé « Anesthésie par acupuncture » a été publié. Dans ce document, il passait en revue le développement de la médecine chinoise, mettant l'accent sur la Révolution culturelle et la mise en œuvre dans les années 1960 de « l'absolue obligation nationale d'appliquer les enseignements et la politique de Mao Tsé-Toung ».

Le Dr Dimond a dit : « Parmi les principaux changements, il fallait que la médecine occidentale ou moderne, telle que nous la connaissons, soit pleinement intégrée à la médecine traditionnelle chinoise ».

Faisons une brève digression et revenons au Dr Li des NIH. J'ai suggéré au docteur Li qu'il y avait eu quelques interprétations des mandats du président Mao aux médecins chinois, selon lesquelles ils constituaient une arme à feu sur la tempe du médecin chinois, un ordre d'abandonner la médecine occidentale et de la remplacer par la prétendue médecine chinoise traditionnelle, notamment l'acupuncture.

Le docteur Li avait la réponse, exprimée aussi gracieusement que vous l’attendriez d’un Chinois de sa stature. Il a déclaré que le président Mao, en tant que jeune militant, avait toujours défendu la médecine traditionnelle chinoise. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1949, a dit le Dr Li, Mao a ouvertement plaidé en faveur de l'utilisation de la médecine traditionnelle chinoise et, deux ans plus tard, en 1951, il a créé l’Institut de médecine traditionnelle chinoise. En 1959, a poursuivi le Dr Li, le président Mao était responsable d'un atelier national sur la médecine traditionnelle chinoise, l'accent étant mis sur l'acupuncture.

Bien que le Dr Li ne l'ait pas dit, j'ai eu l'impression qu'il essayait de me dire que, de 1959 à nos jours, le mélange de longue date de médecine occidentale et traditionnelle chinoise a peut-être pesé dans une certaine mesure sur les méthodes traditionnelles chinoises.

Il est évident que nous n'avons pas le temps de détailler l'article du Dr Dimond dans le JAMA, mais il est évident qu’il était impressionné par la médecine traditionnelle chinoise, notamment par « une vaste gamme de remèdes d'origine végétale, minérale et animale, de moxa et d'acupuncture ».

Après avoir été initié à l'utilisation de l'acupuncture comme anesthésique et analgésique, le Dr Dimond a conclu son article du JAMA par les mots suivants :

« Mes observations personnelles en République Populaire de Chine en septembre 1971 indiquent que l'anesthésie par acupuncture a trouvé une place acceptée dans la pratique médicale en Chine. Des médecins compétents, formés de manière moderne, ont accepté cette procédure et la considèrent comme un progrès décisif. Le stoïcisme des Chinois et l'endoctrinement idéologique actuel jouent un rôle, mais ils ne semblent pas expliquer l'efficacité de l'anesthésie. L'existence d'une voie neuronale n'a pas été prouvée mais elle est suggérée. La phytothérapie chinoise et l'acupuncture « thérapeutique » font également l'objet d'une utilisation et d'une analyse cliniques intenses et vastes. Aujourd'hui, en Chine, la médecine occidentale moderne et la médecine traditionnelle chinoise sont obligées de collaborer et de conjuguer leurs efforts dans les domaines de l'enseignement, de la recherche et des soins aux patients. Le rebut peut être énorme, le travail professionnel sans doute lourd, les preuves thérapeutiques déroutantes. Cependant, cette immense recherche clinique appliquée pourrait apporter d’étonnantes surprises au reste du monde. »

Le chaudron de l'acupuncture continue à mijoter, mais vous remarquerez que l'attention sur l'acupuncture s'est resserrée, depuis les allégations thérapeutiques panoramiques jusqu’à l'image spécifique de son potentiel éventuel en tant qu'anesthésique.

En février 1972, le point d'ébullition a été atteint lorsque le Président Nixon s’est rendu en Chine. Les médecins de la Maison Blanche qui accompagnaient le Président sont revenus pour raconter le potentiel anesthésique et analgésique de l'acupuncture dont ils avaient observé l’utilisation en Chine.

Le public était enthousiasmé, peut-être à juste titre, par les possibilités de l'acupuncture. La profession médicale a continué à la considérer avec scepticisme, également à juste titre.

Le processus scientifique est la base sur laquelle la médecine scientifique américaine a été fondée et s’est développée. Il est évidemment superflu de vous expliquer en quoi consiste ce processus scientifique. Nous savons tous que, lorsqu'une nouvelle hypothèse est avancée pour le traitement d'une maladie humaine, elle doit être mise à la disposition de tous ceux qui pratiquent la médecine scientifique - dans la littérature ou autrement - et qu’elle doit être éprouvée par une recherche qualifiée, qu'il s'agisse d'un nouveau médicament, d’un nouveau dispositif ou d’une nouvelle modalité de traitement comme l’acupuncture.

La Société américaine des anesthésistes a été la première à répondre publiquement à la clameur croissante concernant l'acupuncture. Elle a publié un communiqué de presse dans lequel il est dit :

La Société américaine des anesthésistes est gravement préoccupée par l'application prématurée de l'acupuncture à des patients américains pour le soulagement de la douleur lors d'une intervention chirurgicale. La sécurité de la médecine américaine a été construite sur l’évaluation scientifique de chaque technique avant qu’elle ne devienne un concept largement accepté en pratique médicale. L’utilisation prématurée de l’acupuncture aux États-Unis à l’heure actuelle s’éloigne de cette approche traditionnelle.

Une technique potentiellement précieuse, mise au point au cours de milliers d’années en Chine, est appliquée précipitamment sans que l’on se penche sur sa sécurité ou ses dangers. Parmi les risques potentiels, il y a l'application au patient qui n'a pas été correctement évalué psychologiquement. Si l’acupuncture est appliquée sans discernement, un traumatisme mental grave peut se produire chez certains patients.

Un autre risque est la mauvaise utilisation possible par des charlatans tentant de traiter diverses maladies, notamment le cancer et l'arthrite, empêchant le patient d'obtenir un traitement médical établi. Son exploitation peut induire le public en erreur en lui faisant croire que l'acupuncture est bonne pour tout.

L'acupuncture peut en effet avoir un mérite considérable et peut éventuellement trouver un rôle important dans la médecine américaine. Ce rôle ne peut être déterminé que par une évaluation objective sur plusieurs années.

En tant que discipline la plus concernée, l'ASA, qui compte 11 500 médecins, sent devoir s'instruire par le dialogue avec des spécialistes chinois de l'acupuncture. La valeur de l'acupuncture ne peut pas être apprise par un voyage de trois semaines en République Populaire de Chine. 

L’ASA estime qu’une équipe de scientifiques américains, comprenant des anesthésistes, des neurophysiologistes, des psychiatres, des chirurgiens et des hypnothérapeutes médicaux, devrait se rendre en Chine, sous des auspices officiels et pour une période indéterminée, afin d’étudier sérieusement et longuement l’acupuncture.

L'ASA a mis en place son propre groupe de travail pour coordonner toutes les activités liées à l'acupuncture. Elle a également mis ses ressources et son expertise à la disposition du gouvernement fédéral dans la poursuite d'études sur l'acupuncture.

La Société d’anesthésiologie a à peu près tout dit, le besoin de recherche scientifique et surtout elle a lancé l’avis de tempête sur une possible utilisation abusive de l’acupuncture par des charlatans.

À peu près au même moment, il y a eu un autre développement vital dans la définition de l'avenir de l'acupuncture aux États-Unis. Le 26 juillet 1972, les Instituts nationaux de la santé (NIH) ont annoncé un programme de recherche sur l'utilisation de l'acupuncture pour l'anesthésie chirurgicale et le soulagement de la douleur chronique.

Et cela nous ramène au Dr Li, le neurochirurgien des Instituts nationaux des maladies neurologiques et de l'AVC des NIH. Au cours de ma conversation avec le Dr Li, il m'a dit que le programme de recherche sur l'acupuncture se voulait à la fois intra-muros et extra-muros, le programme extra-muros prévoyant un financement des NIH. Le Dr Li a déclaré que la partie intra-muros du programme de recherche comprendrait des ateliers, la collecte de données scientifiques et des recherches de laboratoire effectives, sous la direction du Dr Li à Bethesda.

Combien de temps envisage Bethesda pour le programme de recherche ? Le Dr Li a dit : « Un minimum de deux ans et peut-être jusqu'à cinq ans. »

Faisons encore une brève digression pour examiner le cours de recherche présenté par les NIH. Le 8 août 1972, par exemple, le New York Times a publié une lettre au rédacteur en chef du Dr Arthur Taub, directeur du Laboratoire de recherche en neurochirurgie et de la Division diagnostic et traitement de la douleur de la Section de neurochirurgie de l'Université Yale.

J'espère ne pas prendre hors contexte ce que le docteur Taub avait prévu dans sa lettre de réflexion si je n'en cite que deux paragraphes. Ils sont, et je cite :

« Bien que la preuve d'une anesthésie par acupuncture paraisse frappante à la surface, il faut reconnaître que, dans sa forme actuelle, elle est purement anecdotique et représente, en général, un reportage à l'Occident par des invités de la République Populaire de Chine ne parlant pas le chinois, en visite en Chine à d'autres fins. »

« Bien qu'il semble légitime d'organiser le voyage en Chine d'un anesthésiste expérimenté parlant le chinois, il semble prématuré d'organiser des ateliers pour discuter de ces questions. Il est difficile de comprendre comment l’attribution de fonds pour l’étude d’une modalité de traitement de la douleur chronique peut être envisagée alors qu’aucune preuve de son efficacité ni aucune hypothèse plausible quant à son action ne peut être avancée. »

Je m'empresse d'ajouter que le Times, environ une semaine plus tard, avait publié deux lettres, défendant le programme de recherche sur l'acupuncture des NIH et l'utilisation de fonds publics pour cette recherche.

Depuis cette vague de publications d’opinions sur le programme annoncé par les National Institutes of Health de Bethesda, il n’y a eu que peu voire pas de commentaires du public. Voyons maintenant le programme des NIH.

Il fonctionne sous la direction du comité Ad Hoc des NIH sur l'acupuncture, présidé par le Dr John J. Bonica, professeur et directeur du Département d'anesthésiologie de la Faculté de médecine de l'Université de Washington. Les autres membres du comité Ad Hoc sont le Dr Morris B. Bender, professeur et président du Département de neurologie de la Mount Sinai School of Medicine de New York ; le Dr Henrik H. Bendixen, président du Département d'anesthésie de l'Hôpital universitaire de l'Université de Californie à San Diego ; le Dr James Y. P. Chen de Santa Monica, Californie ; le Dr Ronald Katz, professeur au Département d'anesthésiologie du Collège des médecins et chirurgiens de la Columbia University à New York ; le Dr Frederick F. Kao, du Département de physiologie du Downstate Medical Center de l'Université de l'État de New York à Brooklyn ; le Dr Choh-Luh Li des NIH ; et Patrick Wall, professeur au Département d'anatomie et d'embryologie de l'University College de Londres.

Le comité Ad Hoc relève directement de l'Institut national des sciences de médecine générale qui, comme vous le savez, est une branche des NIH. Ce comité, peu de temps après son organisation, a recommandé que la première approche la plus précieuse de l’acupuncture aux États-Unis soit une étude de son utilisation pour l’anesthésie chirurgicale et l’atténuation des syndromes de douleur chronique. Le mode d'action de l'acupuncture et son efficacité relative par rapport aux formes bien établies de traitement médical présentaient un intérêt particulier.

À la demande du comité, toutes les facultés de médecine américaines ont également été interrogées pour déterminer si un effort de recherche significatif était déjà en cours. Au total, 26 facultés de médecine et universités ont répondu par l'affirmative. En conséquence, les 28 février et 1er mars du printemps dernier, la première conférence nationale sur la recherche en acupuncture, parrainée par l’Institut national des sciences de médecine générale, a réuni une centaine de scientifiques et médecins américains qui ont rendu compte des études, en cours ou sur le point de commencer. Au total, 45 rapports distincts ont été présentés à cette conférence.

La plupart des recherches rapportées concernaient le traitement de la douleur chronique. Plusieurs rapports ont également été inclus sur l’utilisation de stimulateurs transcutanés de nerfs périphériques ou de la colonne dorsale pour le traitement de la douleur chronique. Des interventions chirurgicales mineures ont également été incluses, y compris des traitements dentaires, sous anesthésie par acupuncture.

Parmi les autres interventions, citons le traitement du symptôme de sevrage, de la surdité neurosensorielle et de la douleur postopératoire. Des données ont également été présentées sur des études physiologiques et neurophysiologiques relatives à l'effet de l'acupuncture chez l'animal ou chez des volontaires humains. Ces études comprenaient également des tentatives d'identification d'emplacements et de mesure de propriétés des points d'acupuncture de la peau à l’aide de divers instruments électriques.

Sur la base des résultats présentés à la conférence, le comité Ad Hoc des NIH sur l'acupuncture a conclu que « l'acupuncture est prometteuse en tant qu'anesthésique pour certaines interventions chirurgicales et en traitement de certaines affections douloureuses, aiguës et chroniques ».

Et j'aimerais lire quelques autres paragraphes de la déclaration du Dr Bonica, président du comité Ad Hoc, à la suite de cette réunion tenue du 28 février au 1er mars. Je cite :

À partir de ces études préliminaires, il n’est toutefois pas possible de préciser le fonctionnement de l’acupuncture ni même de dire en quoi elle se compare à l’anesthésie médicamenteuse ou aux méthodes bien établies de traitement des états douloureux.

De plus, il est clair que l’acupuncture n’est pas une panacée, il faudra encore beaucoup d’études scientifiques bien conçues et bien contrôlées avant de pouvoir en envisager une large utilisation en pratique clinique aux États-Unis.

L’un des problèmes graves rencontrés lors de l’évaluation de l’acupuncture en soulagement de la douleur est que la douleur elle-même est un phénomène complexe qui devrait également faire l’objet de recherches scientifiques plus poussées. Comme il est maintenant bien établi que des facteurs environnementaux, génétiques, culturels, ethniques et autres influencent la douleur et la réponse du patient aux médicaments, il est essentiel d'évaluer les effets de l'acupuncture et son efficacité chez des patients américains. (Voir la liste ci-jointe des participants à la conférence qui ont commencé ou envisagent des programmes de recherche sur l'acupuncture).

Nous croyons comprendre que les NIH ont l'intention de rendre publics les actes de cette conférence. En fait, nous croyons savoir que ces actes sont en cours d'impression. Ils devraient donc être disponibles sous peu, en détaillant si possible tous les rapports de recherche présentés.

La question évidente est maintenant de savoir quels programmes de recherche ont été approuvés par les NIH. J'ai le regret de signaler qu'à notre connaissance, les NIH n'ont annoncé publiquement aucun de ces programmes approuvés, financés par les NIH ou non. Cependant, nous avons pu identifier certains de ces programmes par d'autres moyens. Par exemple, nous avons appris que les National Institutes of Health avaient approuvé, sous une forme ou une autre, les programmes de recherche suivants :

L’École de médecine de l’Université du Missouri va mener des recherches sur l’acupuncture en tant qu’analgésique. Nous croyons comprendre que ce programme sera dirigé par le Dr George A. Ulett de l'Institut de psychiatrie du Missouri.

L’Emory University School of Medicine d’Atlanta va mener des recherches également dans le domaine de l'analgésie et de l’anesthésiologie. Nous croyons comprendre que ce programme sera dirigé par le Dr Yung-Fong Sung du Département d'anesthésiologie de la Faculté de médecine.

Le Grasslands Memorial Hospital à Valhalla, NY, va rechercher et évaluer les effets thérapeutiques de l'acupuncture. Nous croyons comprendre que ce programme sera dirigé par le Dr Kinichi Shibutani, Directeur de l’anesthésiologie au Grasslands Memorial.

Le Département des sciences des matériaux et de l'ingénierie de l'Université de Stanford va étudier les propriétés électriques des points d'acupuncture. Nous croyons savoir que William A. Tiller, Ph.D., de l’école d’ingénierie de Stanford, dirigera ce projet.

Le Département de psychologie du Hawaii Hilo College va étudier ce que l'on appelle l'Okyuu et l'effet de l'acupuncture sur la personnalité et le QI. Nous comprenons que ce projet sera dirigé par Paul W. Dixon, Ph.D., du Département de psychologie. (Entre parenthèses, nous devrions essayer de vous dire ce que nous comprenons par ce projet. Si je comprends bien, Okyuu est le mot japonais qui désigne la moxibustion, qui a été utilisée dans le passé par certains parents et d’autres pour traiter et punir les enfants. La moxibustion, pour faire simple, consiste à ajouter aux aiguilles d’acupuncture une substance qui brûle, avec bien sûr un dégagement de chaleur, ou à appliquer directement cette substance [généralement une variété d’herbes] sur la peau et à l’enflammer pour produire de la chaleur. Si j'ai bien compris le projet d’Hawaï, il s'agira de déterminer si l'utilisation de la moxibustion peut effectivement affecter la capacité d'apprentissage d'un enfant, au moyen de questionnaires adressés à l’importante population asiatique d'Hawaï.)

L’École de médecine de l'Université de Caroline du Nord va faire des recherches sur l'acupuncture en traitement de l'hypertension. Nous ne savons pas actuellement qui sera responsable de ce projet.

Nous avons également entendu parler de plusieurs autres projets de recherche « approuvés ». La Faculté de médecine de l'Université Cornell à New York, avec l'approbation des Instituts nationaux de santé mentale, mène des recherches sur la sociologie de l'acceptation du traitement par acupuncture. Le Veterans Administration Hospital de Syracuse (New York), sous les auspices de la US Veterans Administration, mène des recherches sur l'utilisation de l'acupuncture en traitement de la surdité, et l'Institut national des maladies neurologiques et de l'AVC des NIH mène des recherches sur les bases neurologiques de l'analgésie par acupuncture.

De toute évidence, les projets de recherche que nous avons énumérés sont ceux qui ont reçu une sorte d’approbation du gouvernement fédéral. Nous savons qu'il y en a d'autres, comme celui qui est mené par la Fondation de l'arthrite, nous dit-on.

Espérons que d'ici peu nous disposerons d'informations sur tous les projets de recherche en cours sur l’acupuncture. Il y a d'autres développements en acupuncture - aux niveaux national et des États - dont je devrais vous faire rapport, au moins brièvement.

Au niveau fédéral, le Bureau des dispositifs médicaux de la Food and Drug Administration, exerçant ses responsabilités en vertu de la loi sur l'étiquetage, a décidé que les dispositifs d'acupuncture devaient porter une étiquette indiquant qu'il s’agit de dispositifs expérimentaux, limités à un usage expérimental par un praticien médical ou dentaire agréé ou sous son contrôle direct.

Au niveau des États, tous les États qui ont pris une forme quelconque d'action définitive, à une exception près, ont soutenu, par une méthode ou une autre, que l'acupuncture est une procédure médicale qui ne peut être pratiquée légalement que par des médecins agréés ou sous leur surveillance. Vous connaissez probablement tous l'exception du Nevada, dont la législature a adopté l'année dernière un projet de loi légalisant l'acupuncture et mettant en place un Conseil des licences pour les praticiens de l'acupuncture, entre autres. De plus, ce projet de loi n'exige pas que les personnes demandant un permis d'exercer soit un médecin, pas plus qu'il ne requiert une surveillance médicale de ceux qui peuvent être agréés en tant que praticiens de l'acupuncture.

Les « cours rapides » en acupuncture constituent un autre sujet de préoccupation dans tout le pays, dont beaucoup doivent appartenir à la catégorie du charlatanisme. Par exemple, certains cours promus et parrainés par un chiropraticien nommé Richard D. Yennie, qui se prétend « fondateur de l’Acupuncture Society of America », sont du type « week-end de trois jours », après quoi les participants reçoivent une sorte de certificat qui, sur la base de ces trois jours, indique qu’ils sont désormais des « praticiens qualifiés en acupuncture ».

De tout ce dont nous avons discuté ici aujourd’hui, il ressort un message fort : il faut des recherches cliniques scientifiques et valides sur l’acupuncture afin d’établir ses mérites, s’il en est, pour le peuple américain - et ces recherches vont prendre quelques années.

Et, pour terminer, pour vous donner une idée des dangers du charlatanisme, je voudrais vous parler d’un incident impliquant le chiropraticien Yennie. Un journaliste entreprenant du Globe-Times de Bethlehem, en Pennsylvanie, a interviewé le chiropraticien Yennie après que Yennie y avait organisé un « séminaire » d'acupuncture d'une journée, non de trois jours. Au cours de ce « séminaire », selon les comptes-rendus publiés par le Globe-Times, le chiropraticien Yennie a démontré ses miracles d'acupuncture sur six personnes devant 20 chiropraticiens dans une salle fermée aux journalistes.

Ensuite, le journaliste entreprenant a posé quelques questions au chiropraticien Yennie. La question clé était de savoir si une journée d’acupuncture vous qualifiait pour administrer des aiguilles. La réponse de Yennie, telle que rapportée dans le Bethlehem Globe-Times, était la suivante : « Je peux vous l’apprendre en 10 minutes. »

Faut-il en dire plus ?

Merci.

 

 

M. Taylor a présenté cet exposé le 5 octobre 1973 à la Conférence nationale sur les médecins, les écoles et les collectivités tenue à l’hôtel LaSalle de Chicago.

 

 

Cet article a été publié le 16 février 2005.

Traduction en français le 8 mai 2019 par le Dr Jacek Sierakowski.

Dernière mise à jour le 8 juin 2019.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil

© 2019 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2019 Les Sceptiques du Québec (version française)