Traitement utilisant des aimants

Dr Stephen Barrett

On entend parfois parler de dispositifs magnétiques qui pourraient soulager la douleur et auraient un effet thérapeutique contre un grand nombre de problèmes de santé. La bonne manière d’évaluer ces allégations est de se demander si des études scientifiques ont été publiées. Les champs électromagnétiques pulsés – qui induisent des champs électriques mesurables – ont été démontrés efficaces pour le traitement des fractures à guérison lente et se sont révélés prometteurs pour quelques autres indications. Toutefois, peu d’études ont été publiées sur l’effet sur la douleur des petits aimants statiques vendus au grand public [1]. Les affirmations disant que les champs magnétiques « améliorent la circulation », « réduisent l’inflammation » ou « accélèrent le rétablissement après une blessure » sont simplistes et ne sont pas étayées par des preuves expérimentales [2].

Résultats de recherches

La base principale des travaux portant sur la réduction de la douleur par ces petits aimants est constituée de deux études à double insu, l’une menée au Baylor College of Medicine de Houston au Texas, portait sur les gonalgies (douleur au niveau du genou), et l’autre, réalisée dans 27 sites, évaluait les effets sur la neuropathie diabétique, une affection dégénérative qui provoque des douleurs et sensations de brûlure aux pieds. La conception de ces études présentait des lacunes importantes. Des recherches mieux conçues n’ont pas trouvé d’avantage significatif.

L’étude Baylor a comparé les effets d’aimants, réels et factices, sur la gonalgie. L’étude a porté sur 50 patients adultes souffrant de douleurs dues à une infection par le virus de la polio pendant leur enfance. Un dispositif magnétique statique ou un placebo a été appliqué sur la peau du patient pendant 45 minutes. On a demandé aux participants d’évaluer la douleur ressentie lorsqu’un « point gâchette » était touché. Les chercheurs ont rapporté que les 29 sujets exposés au dispositif magnétique ont obtenu des scores de douleur inférieurs aux 21 ayant reçu le placebo [3]. Cela ne fournit aucune base légitime pour conclure que ces dispositifs magnétiques offrent un quelconque avantage lié à la santé :

  • Bien que les groupes soient censés avoir été créés au hasard, il y avait deux fois plus de femmes dans le groupe “traité” que dans le groupe contrôle. Si les femmes sont plus réceptives au placebo que les hommes, un surplus dans le groupe “traité” augmente le score de réponse favorable dans ce groupe.
  • L’âge du groupe contrôle était supérieur de quatre ans au groupe traité. Si l’âge avancé rend une personne plus difficile à soigner, le groupe « traitement » a encore une fois un avantage sur le plan du score.
  • Les chercheurs n’ont pas mesuré la pression exacte exercée par la sonde au point déclencheur avant et après l’étude.
  • Les considérations exposées plus haut ne sont pas significatives, l’étude ne devrait pas être extrapolée pour suggérer que des douleurs peuvent être soulagées par les aimants.
  • Il n’y a eu qu’une brève exposition et aucun suivi systématique de ces patients. Il n’y a aucun moyen de dire si le soulagement était plus que temporaire.
  • Les auteurs ont eux-mêmes reconnu que l’étude était une « étude pilote ». Ces dernières ont pour but de déterminer s’il est pertinent d’investir dans des travaux plus amples et plus définitifs. Elles ne fournissent jamais une base légitime de commercialisation d’un dispositif, ou d’une substance, en tant que produit efficace contre un symptôme ou un problème de santé.

L’étude multicentrique, dirigée par le Dr Michael Weintraub, du New York Medical College, a fait appel à 48 enquêteurs dans 27 États. Sur 375 sujets atteints de neuropathie diabétique qui ont été choisis au hasard pour porter des semelles magnétisées ou des dispositifs placebo (non magnétiques) pendant 4 mois, 259 ont terminé l’étude. Les auteurs ont conclu qu’il y avait une réduction statistiquement significative au cours des troisième et quatrième mois des brûlures, des engourdissements et des picotements, et des douleurs aux pieds provoquées par l’exercice physique [4]. Cependant, ils ont noté que malgré l’amélioration statistique des scores de douleur et de qualité de vie, il n’y avait qu’un « avantage clinique modeste ». Il y a également de bonnes raisons de remettre en question l’analyse statistique qui sous-tend leurs conclusions :

  • Le tableau principal des résultats contient 4 ensembles de mesures moyennes de groupe prises à des intervalles d’un mois, ce qui produit 20 paramètres possibles.
  • La gravité des symptômes dans les groupes traités et dans le groupe placebo diminue progressivement, mais il y a peu de variation d’un mois à l’autre.
  • Pour chaque paramètre, les résultats moyens dans les deux groupes semblent similaires, mais les écarts types sont importants. En divisant les données en sous-groupes, les auteurs ont pu déclarer que certaines d’entre elles étaient significatives. Toutefois, comme les paramètres sont nombreux et les données très dispersées, des différences entre certains points sont susceptibles de se produire par le seul fait du hasard. Les plus favorables peuvent alors être sélectionnées pour suggérer une différence significative alors qu’il n’en est rien.

Au moins trois autres études bien structurées se sont avérées négatives:

  • Des chercheurs du New York College of Podiatric Medicine ont rapporté des résultats négatifs avec une étude sur des patients souffrant de douleurs au talon. Sur une période de 4 semaines, 19 d’entre eux ont porté dans leurs chaussures une semelle intérieure moulée contenant une feuille magnétique, tandis que 15 devaient utiliser un produit similaire, mais sans aimant. Dans les deux groupes, 60 % ont signalé une amélioration, ce qui laisse penser que le feuillet magnétique n’apporte aucun avantage [5].
  • Les chercheurs du VA Medical Center de Prescott, en Arizona, ont mené une étude croisée randomisée, à double insu et contrôlée par placebo auprès de 20 patients souffrant de douleurs dorsales chroniques. Chaque patient a été exposé à des aimants permanents bipolaires, réels ou fictifs, pendant deux semaines, à raison de 6 heures par jour, 3 jours répartis par semaine. Les deux périodes étaient séparées d’une semaine sans exposition. Aucune différence dans la douleur ou la mobilité n’a été démontrée entre le groupe traité et le groupe placebo [6].
  • Une équipe de recherche de la Clinique Mayo a comparé les effets du port de semelles intérieures magnétisées, sur une période de 8 semaines et chez 101 personnes souffrant de douleur aux talons ; elle n’a constaté aucune différence entre groupe traité et groupe témoin [7].

Il a également été prétendu que les aimants accentueraient la circulation sanguine, ce qui est faux. Si c’était vrai, placer un aimant sur la peau ferait rougir la zone qui a été mise en contact, ce qui n’est pas le cas. Comme le montre une étude bien conçue, qui a réellement effectué des mesures, et n’a trouvé aucune augmentation. Elle portait sur 12 volontaires en bonne santé exposés à un disque, soit magnétique de 1000 Gauss, soit d’apparence similaire, mais non magnétique. Aucune variation du flux sanguin n’a été observée lors de l’application de l’un ou l’autre des disques sur leur bras [8]. Les aimants concernés ont été fabriqués par Magnetherapy, Inc. de Riviera Beach, en Floride, une entreprise qui depuis a été soumise à deux mesures réglementaires.

Un dispositif de fréquence électromagnétique pulsé à faible énergie nommé ‘‘Bio Electro Magnetic Energy Regulation’’ (BEMER, ‘‘régulation de l’énergie bio-électromagnétique’’) a été commercialisé en annonçant pouvoir augmenter le flux sanguin. En 2017, une équipe de recherche finlandaise a publié les résultats d’une étude randomisée et contrôlée cherchant à savoir si l’appareil pouvait effectivement diminuer les symptômes, comme les douleurs et la raideur, ou réduire les troubles fonctionnels chez des femmes atteintes de fibromyalgie. L’étude a porté sur 108 femmes qui ont reçu un traitement réel ou factice sur une période de 12 semaines. Une amélioration a été notée, mais il n’y avait pas de différence de résultat entre BEMER et les traitements fictifs. Les chercheurs ont déclaré que cet appareil ne devrait pas être recommandé pour le traitement de la fibromyalgie [9].

Procédures légales et régulatrices

En 1998, Magnetherapy Inc. de West Palm Beach, en Floride, a signé une « Assurance of Voluntary Compliance » (dispositif légal lié à une violation de lois de protection du consommateur, NdT) avec l’état du Texas, elle a été condamnée à une amende de 30 000 $ et reçu l’obligation de cesser de prétendre que le port de son dispositif magnétique à proximité des zones douloureuses et inflammatoires réduit les douleurs dues à l’arthrose, à la présence d’une épine calcanéenne, les migraines et les sciatiques. L’accord demande également à Magnetherapy d’arrêter d’affirmer que ses aimants peuvent guérir, soigner ou atténuer toute maladie, et produire un quelconque effet dans le corps humain, sauf si ces appareils sont approuvés par la FDA à ces fins [10]. Des publicités pour la société Tectonic Magnets utilisaient des témoignages d’athlètes, dont des golfeurs professionnels seniors. On y affirmait que les aimants de Tectonic Magnets offraient un soulagement de certains troubles douloureux et une récupération de l’amplitude des mouvements articulaires. Les détaillants avaient reçu des supports de présentation pour leur comptoir incluant des affirmations médicales, ainsi que des témoignages écrits et des posters de stars du sport. Le procureur général du Texas, Dan Morales, a déclaré que certaines allégations étaient fausses ou non fondées, et d’autres n’ont pas approuvé le produit en vertu de la loi du Texas. En 1997, la FDA avait demandé à Magnetherapy d’arrêter d’annoncer que ses produits soulagent l’arthrite, l’épicondylite, les lombalgies et sciatalgies, la migraine, les douleurs musculaires, cervicales, de la cheville, de l’épaule, l’épine calcanéenne, les cors au pied, les doigts et orteils arthritiques, et réduiraient la douleur et l’inflammation dans les zones concernées en augmentant le flux et l’oxygénation du sang [11].

En 1999, la FTC a obtenu un accord de consentement interdisant à deux sociétés de faire des déclarations non fondées sur leurs dispositifs magnétiques. Magnetic Therapeutic Technologies, d’Irving, au Texas, ne peut plus prétendre que ses « magnetic sleep pads » (oreillers magnétiques) ou d’autres produits : (a) sont efficaces contre les cancers, les ulcères diabétiques, l’arthrite, les affections dégénératives des articulations ou l’hypertension ; (b) peuvent stabiliser ou augmenter le nombre de cellules T des patients atteints du VIH ; (c) peuvent réduire les spasmes musculaires chez les personnes atteintes de sclérose en plaques ; (d) peuvent réduire les spasmes nerveux associés à la neuropathie diabétique ; (e) peuvent augmenter la densité osseuse, l’immunité ou la circulation ; ou (f) sont comparables voire supérieurs aux analgésiques prescrits habituellement. Pain Stops Here ! Inc, de Baiting Hollow, New York, ne peut plus déclarer que son « eau magnétisée » ou ses autres produits sont utiles contre le cancer, les maladies hépatiques ou d’autres organes internes, les calculs biliaires, les calculs rénaux, l’infection urinaire, l’ulcère gastrique, la dysenterie, la diarrhée, les ulcères cutanés, les escarres, l’arthrite, la bursite, la tendinite, les entorses, les foulures, la sciatique, les maladies cardiaques, les troubles circulatoires, les pathologies auto-immunes et neurodégénératives, les allergies, et pourraient stimuler la croissance des plantes.

Le 8 août 2000, le Consumer Justice Center de Laguna Niguel en Californie, a intenté, au Orange County Superior Court (Cour Supérieure du Comté d’Orange), un procès contre le fabricant de chaussures Florsheim et un magasin local (Shoe Emporium) pour avoir fait des déclarations mensongères et frauduleuses affirmant que leurs souliers MagneForce (a) corrigent la « déficience magnétique », (b) génèrent un champ magnétique profond qui améliore la circulation sanguine, réduisent la fatigue des membres inférieurs et du dos, et fournissent un soulagement naturel de la douleur ainsi qu’une amélioration du niveau d’énergie ; et (c) que leurs affirmations sont établies et prouvées par des études scientifiques [12]. Quelques jours après le dépôt de plainte, Florsheim a supprimé l’annonce litigieuse de son site Web.

En 2001, Richard Markoll, son épouse Ernestine, le Dr David H. Trock, et Bio-Magnetic Treatment Systems (BMTS) ont plaidé coupables à des accusations criminelles portant sur un arrangement lié au processus de thérapie magnétique pulsée. Les participants ont utilisé des codes de facturation frauduleux pour obtenir le paiement de Medicare et de trois autres régimes d’assurance pour un traitement avec un dispositif (Electro-Magnetic Induction Treatment System, modèle 3030. ‘‘Système de Traitement par Induction Électromagnétique’’) qui n’était pas approuvé par la FDA [13]. Les traitements – appelés pulsed signal therapy (TSP, ‘‘thérapie par signaux pulsés’’) – ont été administrés dans le cadre d’un essai clinique à titre expérimental non approuvé par la FDA. Les Markoll ont été condamnés à trois ans de mise à l’épreuve, une amende de 4 000 $ et d’une cotisation spéciale de 100 $. Ernestine Markoll a été soumise à 2 ans de mise à l’épreuve, une amende de 1 000 $ et une cotisation spéciale de 25 $. Magnetic Therapy a été condamné à une mise à l’épreuve sommaire d’un jour et à une cotisation spéciale de 200 $. Les Markoll ont également eu 4 millions de dollars en dommages et intérêts à régler au gouvernement américain [14]. L’appareil a été inventé par le Dr Richard Markoll, qui n’a pas de diplôme médical mais qui est décrit dans les biographies de sites Web comme étant diplômé de la Grace University School of Medicine, une école de médecine des Caraïbes. Trock, un ancien des principaux chercheurs pour Magnetic Therapy Center, PC, de Danbury dans le Connecticut, a été condamné à 6 mois de mise à l’épreuve et à rembourser 35 250 $ [15]. Trock est co-auteur d’études affirmant que la TSP est efficace dans le traitement de la douleur, mais le dispositif n’est pas approuvé par la FDA à cette fin.

En septembre 2002, le procureur général de Californie, Bill Lockyer, a intenté un procès à European Health Concepts, Inc. (EHC), de Floride, pour avoir émis des allégations fausses et trompeuses au sujet de ses matelas et coussins de siège magnétiques. La plainte, déposée devant la Cour supérieure de Sacramento, incriminait également le président d’EHC, Kevin Todd, et plusieurs directeurs et agents commerciaux. La poursuite visait à obtenir plus d’un million de dollars en pénalités au civil pour avoir eu recours à des pratiques commerciales déloyales et avoir fait de fausses déclarations ; 500 000 $ en sanctions civiles pour des transactions impliquant des personnes âgées ; et la restitution intégrale des sommes versées pour les acheteurs des produits. La plainte allèguait que des clients potentiels, principalement des gens âgés, ont été invités à assister à un dîner séminaire gratuit au cours duquel on leur a dit que les articles commercialisés par EHC pouvaient aider les personnes souffrant de fibromyalgie, de lupus, de sciatique, de hernie discale, d’asthme, de bronchite, de cataracte, du syndrome de fatigue chronique, de colite, de diverticulite, de maladies cardiaques, de sclérose en plaques et de plus de 50 autres problèmes de santé. Les agents de vente offraient de faux prix réduits en cas d’achat immédiat, qui ne différaient aucunement des tarifs habituellement pratiqués par la compagnie [16].

Un récent communiqué de presse annonce que Thorsten Wietschel, qui commercialise des matelas magnétiques dans le cadre de réunions locales, a eu deux démêlés avec la justice aux États-Unis et qu’il les vend maintenant au Canada. Le rapport indique que (a) il a été accusé de vol qualifié en Californie, mais n’a pas fait l’objet de poursuites parce qu’il a quitté l’État, et que (b) il a été poursuivi en Arizona et a dû rembourser 150 000 $ aux acheteurs et payer 2 millions de dollars de pénalités [17].

Conclusion

Il n’y a pas de fondement scientifique pour conclure à une quelconque efficacité des petits aimants statiques sur la réduction de la douleur ou l’évolution d’une maladie. En réalité, la majorité des produits actuels n’émet aucun champ magnétique suffisamment puissant pour pénétrer la peau.

 

Références

  1. Livingston JD. Magnetic therapy: Plausible attraction. Skeptical Inquirer 25-30, 58, 1998. ↑ 
  2. Ramey DW. Magnetic and electromagnetic therapy. Scientific Review of Alternative Medicine 2(1):13-19, 1998. ↑
  3. Vallbona C, Hazelwood CF, Jurida G. Response of pain to static magnetic fields in postpolio patients: A double-blind pilot study. Archives of Physical and Rehabilitative Medicine 78:1200-1203, 1997. ↑
  4. Weintraub MI. Static magnetic field therapy for symptomatic diabetic neuropathy: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 84:736-746, 2003. ↑
  5. Caselli MA and others. Evaluation of magnetic foil and PPT Insoles in the treatment of heel pain. Journal of the American Podiatric Medical Association 87:11-16, 1997. ↑ 
  6. Collacott EA and others. Bipolar permanent magnets for the treatment of chronic low back pain. JAMA 283:1322-1325, 2000. ↑
  7. Winemiller MH and others. Effect of magnetic vs sham-magnetic insoles on plantar heel pain: a randomized controlled trial. JAMA 290:1474-1478, 2003. ↑
  8. Mayrovitz HN and others. Assessment of the short-term effects of a permanent magnet on normal skin blood circulation via laser-Doppler flowmetry. Scientific Review of Alternative Medicine 6(1):9-12, 2002. ↑
  9. Multanen J and others. Pulsed electromagnetic field therapy in the treatment of pain andother symptoms in Fibromyalgia: A randomized controlled study. Bioelectromagnetics 39(5), 2017. ↑
  10. Morales halts unproven claims for magnet therapy. News release, April 9, 1998. ↑
  11. Gill LJ. Letter to William L. Roper, Feb 3, 1997. ↑
  12. Jeff Wynton and the Consumer Justice Center v. Florsheim Group, Inc., Shoe Emporium. Superior Court of California, Orange County, Case #00CC09419, filed Aug 8, 2000. ↑
  13. Burns EB. Omnibus ruling on defendants' motion to strike and motions to dismiss. United States of America v Richard Markoll, Ernestine Binder Markoll, and Bio-Magnetic Systems, Inc. U.S. District Court, District of Connecticut, No. 3:00cr133(EBB), Jan 2001. ↑
  14. Defense Criminal Investigative Service press release, Aug, 2001. ↑
  15. Defense Criminal Investigative Service press release, June, 2001. ↑
  16. Barrett S. California Attorney General sues magnetic mattress pad sellers. Quackwatch, Sept 24, 2002. ↑
  17. Caldwell B. 'Something doesn't seem right.' After running afoul of consumer laws in the U.S., Thorsten Wietschel has come north to sell magnetic mattress covers. The Record, Jan 26, 2008. ↑ 

 

Réaction d’un lecteur
De David Gessell, ingénieur concepteur d’Oakland en Californie :

J’ai récemment entendu parler d’un concept bizarre selon lequel des semelles magnétiques pourraient améliorer la santé et soulager la douleur. Le vendeur promet meilleure circulation, réduction de la douleur, augmentation de l’absorption d’oxygène, perte de poids et plus ou moins tout autre avantage positif que l’on pourrait imaginer ou demander. Le mécanisme présenté était : Les humains ont évolué (ou ont été créés, pour les résidents du Kansas) en présence des champs magnétiques de la Terre. Ces champs sont bloqués par le béton et les pavés et autres structures humaines. En l’absence supposée de ces champs, le corps souffre en quelque sorte. Une amie avait acheté des semelles magnétiques pour environ 100 $. Elle les a rendues quand je lui ai expliqué cela :

  • Les champs magnétiques ne sont pas bloqués par le béton. Partout où une boussole fonctionne, les champs magnétiques terrestres sont présents.
  • Le sang n’est pas magnétique. S’il l’était, on exploserait dans un appareil d’IRM.

Les champs magnétiques continus n’ont pas d’effet mesurable sur le corps humain à des niveaux suffisants pour faire plier des barres d’acier, comme ceux utilisés par les chercheurs en magnétisme et en fusion. Ces personnes sont exposées à des champs de 6 à 10 ordres de grandeur supérieurs à ceux créés par les semelles magnétiques caoutchoutées, sans pour autant que cela ne joue sur leur état de santé.

Dernière mise à jour le 7 janvier 2020.

Source: Quackwatch Retour à la page d'accueil