Les Sceptiques du Québec

🔒
❌ L'agrégateur de flux RSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 1 juin 2020Vos flux RSS

Coronavirus : pourquoi la majorité des morts en Ehpad n'est pas liée à un décret autorisant l'euthanasie

Une vidéo virale sur Facebook affirme que l'utilisation du Rivotril entre le 1er et le 15 avril serait la cause des deux tiers des décès liés au Covid-19 en Ehpad, pendant cette période. C'est faux : le Rivotril n'a pas servi à euthanasier les personnes agées et les chiffres des morts dans les Ehpad sont mal interprétés.

Annonce du procès d’un ancien professeur Steiner-Waldorf au Tribunal correctionnel de Chambéry le jeudi 4 juin à 10h00

Par : gperra

On m’informe que le procès de M. Landron, mis en examen pour violence sur un enfant handicapé alors qu’il enseignait à l’école des 4 Saisons (pédagogie Steiner-Waldorf) de Challes-les-Eaux, aura lieu ce jeudi 4 juin 2020 à 10h, au Tribunal correctionnel de Chambéry.

Ce genre de procès est suffisamment rare pour mériter toute l’attention. J’invite tout ceux qui pourraient s’y rendre à le faire, pour soutenir les victimes, observer les débats et être en mesure de rendre compte de leur teneur.

J’invite également les journalistes qui sont intéressés par cette “pédagogie” à couvrir l’événement.

Les nombreuses victimes qui me contactent ont rarement le courage ou la possibilité de déposer des actions en justice. Quel que soit le verdict à venir, qui peut aboutir à la relaxe de M. Landron comme à sa condamnation (le respect de la présomption d’innocence est primordial !), je tiens à saluer l’opiniâtreté de la famille qui a déposé plainte. C’est en effet seulement par le biais de ce genre de démarche passant par les tribunaux que toute la lumière sur la vraie nature des écoles Steiner-Waldorf pourra un jour être faite.

La drosophile suzukii, un fil Twitter de M. Baptiste Labeyrie

Par : Seppi

La drosophile suzukii, un fil Twitter de M. Baptiste Labeyrie Glané sur la toile 542 Introduite en Europe en 2008, la drosophile suzukii (ou moucheron asiatique, drosophile japonaise ou drosophile à ailes tachetées) s’attaque aux fruits et baies à chair...

« Sortie du glyphosate » : Manu, press delete !

Par : Seppi

« Sortie du glyphosate » : Manu, press delete ! En ces temps de Covid-19, il est des sujets qui ont du mal à apparaître sur les écrans radar. Tel est la cas de la « sortie du glyphosate » prévue pour la fin de l'année. M. Gil Rivière Wekstein vient de...

Hier — 31 mai 2020Vos flux RSS

Vrai ou Fake : peut-on faire un test sérologique en pharmacie ?

Sur les réseaux sociaux, certains internautes s'interrogent sur la possibilité de faire un test sérologique chez leur pharmacien.

Mort de George Floyd : non, le "Time" n'est pas l'auteur de cette une qui fait le lien entre Trump, Hitler et le coronavirus

Une fausse couverture du célèbre magazine américain circule sur les réseaux sociaux. Elle est l'œuvre de l'artiste belge Luc Descheemaeker.

La liste des principaux bénéficiaires des subventions agricoles en 2019 a été publiée en Allemagne

Par : Seppi

La liste des principaux bénéficiaires des subventions agricoles en 2019 a été publiée en Allemagne Norbert Lehmann, Agrarheute* L' Agence Fédérale pour l'Agriculture et l'Alimentation ( BLE – Bundesanstalt für Landwirtschaft und Ernährung ) a publié les...

Les chiens détectent le coronavirus « bien mieux que les machines ou les tests »

Par : Seppi

Les chiens détectent le coronavirus « bien mieux que les machines ou les tests » Justin Cremer* Kössi renifle le coronavirus à l'université d'Helsinki. Image : Anna Hielm-Björkman Le meilleur ami historique de l'Homme peut-il aider dans la lutte contre...

L'Anthropocène : question géologique ou sociétale ?

L'Anthropocène est un mot qui a été proposé dès le début du XXe siècle mais qui a été popularisé par le Prix Nobel de chimie Paul Crutzen en 1995 afin de délimiter une période au cours de laquelle les activités anthropiques auraient laissé une empreinte sur l'ensemble de la planète. Ce terme a, depuis, fait florès dans la littérature scientifique et, peut-être plus encore, dans les sciences sociales, politiques et, pardessus tout, dans les médias. Le succès de ce vocable est tel que son principe a été (...) Articles

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Les Zanimés de Zétéclic #2 : le Grand Quiz Sceptique

Par : RoM

Par Clément FREZE & EBBH, et doublé par Julien LEPERS himself !

Cette vidéo est extraite de l’épisode #2 de Zétéclic : L’appel à la nature, et est une adaptation de l’épisode EBBH #53.
——–
N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne de Clément (vous ne le regretterez pas, le gamin est doué, c’en est même agaçant) et à suivre sa page Facebook.

Et pour nous soutenir (Parce que mine de rien, cette activité bénévole « consomme » beaucoup de temps et de ressources [Y compris capillaires et mentales…]), visitez donc nos Tipeee !
https://fr.tipeee.com/clementfreze
https://fr.tipeee.com/evidence-based-bonne-humeur

Coronavirus : l'étude du "Lancet" sur la chloroquine est-elle "foireuse", comme l'affirme le professeur Didier Raoult ?

De nombreux scientifiques, défenseurs ou non de l'utilisation de cet antipaludique pour traiter le Covid-19, pointent des zones de flou dans la méthodologie et réclament la transparence sur les données utilisées.

Nouveau coronavirus chinois, bavardages et conspirations (traduction)

https://www.queryonline.it/2020/02/04/nuovo-coronavirus-cinese-chiacchiere-e-complotti/ Nouveau coronavirus chinois, bavardages et conspirations 4 février 2020 Article de Graziella Morace*, traduit par Giulia Maffucci   En Italie, en Europe et dans le monde entier, l’appréhension à l’égard du nouveau coronavirus provenant de Chine grandit de plus en plus, en raison de l’évolution rapide de la propagation du virus et du fait […]

(Debunk) Bâtisseurs de l’Ancien Monde : Machu Picchu, Caral et Puma Punku

Par : WikArch

Pour ce deuxième article critique sur le film du réalisateur Patrice Pouillard « BAM : Les Bâtisseurs de l’Ancien Monde », direction Caral, le Machu Picchu et Puma Punku. On va revenir ici sur divers propos du réalisateur et en profiter pour développer certains points qui méritent qu’on s’y attarde un peu plus.

PS: Le timecode dans cet article est basé sur la version du film dans laquelle le réalisateur laisse un message à ces contributeurs au début du film. Si vous avez vu ou êtes amené à regarder ce film à l’avenir sans ce message, il faut enlever 02:40 min au timecode dans l’article.

Caral (Pérou)

Caral pérou

19:01 Elle (la cité de Caral) a posé un énorme problème à ceux qui l’ont étudié car on n’a retrouvé ni fortifications, ni armes défensives et on a dû se rendre à l’évidence de la possibilité d’une chose incroyable, cette cité avait vécu en paix durant plus de 1000 ans en coopération commerciale avec ses voisins.

Selon les recherches actuelles qui ne sont pas terminées, c’est en effet une possibilité. Cependant, ce n’est pas forcément aussi simple que ça. Il est tout de même nécessaire de préciser certaines choses. Ce n’est pas parce qu’on ne retrouve aucune fortification, ni armes défensives ou offensives dans cette cité que des batailles n’ont pas éclatées entre eux et des voisins à des endroits plus éloignés des lieux d’habitations.

Ensuite, il est intéressant également de découvrir que les habitants de Caral se droguaient en mélangeant de la chaux et des feuilles de Coca. Selon les scientifiques, ces drogues devaient être assimilées durant des cérémonies religieuses [1]. Enfin, on sait également que ça arrivait aux habitants de Caral de faire des sacrifices humains [2].

Donc, on ne sait pas pour l’instant si le peuple de Caral a bien vécu en paix durant 1000 ans avec ses voisins mais manifestement, on peut avoir certaines difficultés à associer la notion de paix et de peuple pacifique avec certains rituels qui étaient les leurs. Enfin, le réalisateur tombe ici dans les mêmes travers qu’il reproche un peu vite aux archéologues, c’est à dire transformer une supposition en affirmation. Il aurait été plus prudent dans ses propos en formulant sa dernière phrase ainsi « … on peut noter une chose intéressante, cette cité pourrait avoir vécu en paix durant plus de 1000 ans… » et non « avait vécu en paix ».

Sources

[1] Les pyramides oubliées de Caral (Timecode vidéo 32:37)

[2] Pérou, la cité perdue de Caral

Le Machu Picchu (Pérou)

Machu_Picchu -Perou

20:40 « Ce qui m’a surprise, c’est le cœur de ce site (les temples) réalisé dans un style totalement différent (des habitations). D’énormes blocs d’andésite, une roche très dure, ont été assemblés avec une très grande précision sans joints entre eux. Si cette roche provient bien d’une carrière en face de l’autre côté de la vallée, alors on se demande comment ils ont pu transporter des blocs aussi lourds sur une pente aussi raide. »

Pourquoi ces blocs viendraient-ils de l’autre côté de la vallée ? Le granite (et non l’andésite) utilisé pour les habitations et les temples était disponible sur place. On voit encore actuellement une carrière de granite au Machu Picchu [3].

Carrière granite
Carrière de granite au Machu Picchu

Cette carrière n’était manifestement pas assez visible pour l’équipe de BAM. Avant la construction du Machu Picchu, cette carrière s’étendait sur l’intégralité de l’emplacement actuel du Machu Picchu. Dans le film, l’intervenant Mallku Aribalo précise que les blocs des temples sont très bien ajustés car le travail était plus méticuleux pour les temples que pour les habitations. Curieusement, il n’est pas signalé par Mallku Aribalo, ou peut-être par le montage du réalisateur, que la roche utilisée pour les différentes constructions du Machu Picchu est disponible sur place. Et oui, quand vous émettez l’hypothèse, comme le réalisateur, que les blocs proviennent de l’autre côté de la vallée, vous n’allez pas demander à un connaisseur du site de préciser qu’en fait la roche utilisée se trouvait sur place. Car bien évidemment, Mallku Aribalo doit forcément savoir cela. Je m’étonne aussi que le géologue Erik Gonthier n’ai pas réagi sur ce sujet car même s’il n’était, semble t-il, pas présent au Machu Picchu durant le tournage de ce site, étant membre de l’équipe de BAM, il a dû voir le film avant qu’il ne soit diffusé.

Sources

[3] Machu Picchu, le secret des incas

21:26 « On ne travaillerait donc pas de la même manière ce qui est destiné aux rituels que les habitations, ce que je veux bien admettre mais alors comment expliquer ces murs mixtes. On pense à des rénovations ultérieures. Mais alors pourquoi çà n’a pas été réparé à l’identique ? On voit clairement que la disposition ancienne de gros blocs et plus anciennes que celles de petits blocs. Pourquoi ? Tout simplement parce que les petits sont au-dessus des gros. »

Temples et terasses
Temple du Machu Picchu

Peut-on sérieusement parler (à droite du temple dans l’image ci-dessus), d’ancienneté sous prétexte que des petits blocs sont au-dessus de gros blocs ? Cette région était soumise à des séismes assez fréquents. Il est donc plus logique que les gros blocs ajustés pour des temples soient placés en premier. Dans le cas présent, il est aussi possible qu’une quantité limitée de gros blocs de roche étaient disponibles à cet endroit précis de la carrière. Après avoir façonner ces gros blocs sans avoir forcément eu besoin de déplacer certains d’entres eux comme les blocs du bas, des petits blocs ont pu ensuite être ajoutés pour finaliser le mur. On ne sait pas à quoi ressemblait la carrière à cet endroit précis à l’origine. Les incas ont simplement pu être pragmatiques jusqu’à notamment choisir volontairement d’édifier les temples à des endroits de la carrière où il y avait suffisamment de gros blocs de roche afin de les ajuster et de faire en sorte que les temples puissent résister aux séismes. Il suffisait d’étudier le terrain, ça n’avait rien de bien sorcier.

Il est aussi intéressant en regardant le temple (ci-dessus) de constater que les gros blocs de droite ont fait l’objet d’un ajustement plus méticuleux. Concernant les gros blocs de gauche, on voit bien qu’ils n’ont pas été travaillés pour s’ajuster parfaitement avec les blocs voisins. On peut se dire qu’il n’était pas si important que les blocs soient parfaitement ajustés mais aussi que certains tailleurs de pierre pouvaient travailler moins vite que d’autres et que l’esthétique n’était pas forcément ici le plus important comme cela avait pu être le cas pour le temple Coricancha dans le monastère de Santo Domingo à Cusco.

Un élément intéressant à apporter également est la découverte par les scientifiques de squelettes au Machu Picchu qui font apparaître que différents peuples incas avec des cultures différentes vivaient ensemble dans ce lieu isolé [4]. Il est donc aussi possible d’envisager que différentes cultures incas aient pu participer à la construction du Machu Picchu et que certains de ces peuples incas possédaient également plus de compétences dans la taille de pierre que d’autres. Différents peuples incas ont très bien pu s’organiser par rapport aux compétences présentes au sein de chacun de ces peuples.

Enfin, si les gros blocs ont été installés bien avant les petits blocs, comment expliquer l’empilement aléatoire de gros et petits blocs non taillés pour les terrasses ? Le réalisateur ne se pose manifestement pas la question car son but semble d’orienter la réflexion du public vers une hypothèse, une théorie ou une conviction qui n’est pas en phase avec celle des historiens et des archéologues.

Le réalisateur ne semble pas comprendre que les bâtisseurs du Machu Picchu se sont adaptés au mieux, notamment par rapport à la carrière de granite, à la main d’oeuvre, aux compétences de cette main d’oeuvre et à la source d’eau provenant de la montagne. Ce n’est pas parce que l’on trouve des petits blocs au-dessus de gros blocs que tous ces blocs n’ont pas été disposés dans un même intervalle de temps durant un siècle. La réflexion du réalisateur tient manifestement à tenter de mettre en évidence l’existence d’une ou plusieurs civilisations anciennes avancées imaginaires qui auraient disparues comme les atlantes et le peuple de Mu, des millénaires avant la période inca. Et ce ne sera ni la première, ni la dernière fois dans son film car le but de ce film est d’amener le grand public à envisager une autre version de l’histoire. Cela n’est pas bien difficile car le grand public n’a de toute façon pas les connaissances suffisantes en histoire et en archéologie, ce qui est tout à fait normal, pour juger du sérieux et de la cohérence des propos du réalisateur. Pour ma part, je ne les avais pas non plus avant de faire mes propres recherches et de créer ce blog. Et j’ai clairement encore bien des choses à apprendre et à découvrir sur des sites comme le Machu Pichu. Tout cet enseignement ne pourrait se faire sans le travail méthodique et méticuleux des archéologues et des historiens, un travail dont ne fait jamais véritablement mention le réalisateur.

Mais revenons sur l’intervention dans le film BAM de Mallku Aribalo concernant les différentes structures du Machu Picchu. Voici ce qu’il nous dit :

21:00 « Il faut pas confondre la fonction de certaines structures, de certains espaces comme par exemple les temples et les palais qui ont toujours eu des constructions sophistiquées… à différence des structures plus fonctionnelles comme par exemple une maison.« 

A cela, je reviens sur les mots de Mallku Aribalo dans un extrait vidéo [5] d’une interview plus fourni mené par le réalisateur de BAM. Dans cette interview intéressante dans laquelle il réagit à une fresque qui concernerait le site Inca d’Ollantaytambo au Pérou, le chercheur péruvien raconte que dans l’histoire du Pérou il y a beaucoup d’éléments qui se sont perdus comme par exemple les anciennes technologies pour pouvoir réaliser des transports précis dans certains contextes mais que ça n’amène pas non plus à considérer la présence d’êtres du ciel mais à considérer d’autres peuples qui sont venus pour aider à construire. Et parmi ces peuples il y a des spécialistes dans l’architecture qui vont chercher les meilleurs moyens soit pour tailler, soit pour transporter… Mallku Aribalo parle bien ici d’autres peuples qui sont venus aider à construire le Machu Picchu durant le XVème siècle et non de peuples bâtisseurs il y a 12000 ans. Sur ce point, rappelons nous comme précisé plus haut la découverte de squelettes Incas de différentes cultures sous le sol du Machu Picchu.

Enfin, revenons sur des propos du réalisateur dans BAM

20:10  » Découverte en 1911, à une époque où en Europe on considérait encore les Incas comme des sauvages, cette cité était inconnue des espagnols…« 

En considérant dans son film que certaines constructions au Machu Picchu n’ont pas pu être construites par les bâtisseurs Incas, lui aussi considère les ancêtres Incas de Mallku Aribalo comme des sauvages juste capables d’empiler des pierres de petites tailles non taillées. Le film BAM, par des propos maladroits du réalisateur et par son obsession de vouloir trouver des traces de civilisations avancées disparues il y a + de 12000 ans, fait preuve d’un manque de respect envers les différents peuples bâtisseurs de notre histoire. D’autant plus que le réalisateur cherche la trace de civilisations perdues comme les Atlantes qu’il voit manifestement comme des peuples pacifistes alors que quand on prend la peine de le lire attentivement le mythe de Platon qui n’est qu’un mythe, celui-ci nous apprend que l’Atlantide est venu envahir l’Europe et l’Asie. Beaucoup d’éléments contradictoires donc dans ce film. On sent bien que le réalisateur a eu certaines difficultés à trouver un lien entre les différents sites archéologiques et à faire passer un message qu’on a du mal à véritablement cerner. Il faut se rappeler qu’à la base BAM prenait la direction de ce qu’on appelle « la théorie des anciens astronautes », une direction qui n’a pas fait l’unanimité auprès des contributeurs du film d’où la décision suite à cela de prendre une autre direction sans pour autant laisser véritablement tomber cette pseudo théorie ufologique de par le choix de certains intervenants dans le film comme Bleuette Diot.

Mais pour revenir à nos bâtisseurs Incas, les considérer comme des sauvages juste capables d’empiler des pierres de petites tailles non taillées, c’est déjà faire preuve d’un manque de respect mais aussi d’un manque cruel de réflexion et d’analyse sérieuse de ce site. En effet, ce n’est pas aussi simple que ça car ces pierres brutes non taillées sont pour certaines également de tailles importantes d’où l’intelligence et le pragmatisme des Incas d’avoir utilisé certaines grosses pierres sur place sans avoir eu à les déplacer ou très peu, notamment pour des terrasses et des temples.

machu-picchu-2608854_1024

Et concernant les pierres taillées, elles ont également été utilisés pour certaines constructions ressemblant à des habitations comme pour le cas ci-dessous qui a possiblement dû être une structure pour entreposer des biens essentiels pour les Incas. Si cette construction a pu être un entrepôt pour des biens essentiels du genre récoltes ou autres et donc un bâtiment particulièrement important, il n’y a rien d’anormal quant au fait que ses fondations soient en pierres taillées parfaitement ajustées afin de résister aux potentiels séismes.

inca-architecture-2913005_1024

L’un des gros problèmes des chercheurs de vérité est de toujours chercher à privilégier les thèses fantaisistes, sans arguments valables ou l’ombre d’une preuve, au détriment des thèses réalistes.

Enfin, je serais curieux de savoir si Mallku Aribalo a visionné le film BAM car je ne suis pas persuadé qu’il serait en accord avec certains propos du réalisateur concernant ses ancêtres Incas.

Sources

[4] Machu Picchu, le secret des incas

[5] BAM Extrait ITV : Mallku Aribalo

Puma Punku (Bolivie)

Puma Punku

27:37 Que s’est- il passé ? Pourquoi ce site est-il détruit ? On évoque un différend entre chamanes. Si c’est bien la raison, alors mieux valait ne pas trop les énerver en ce temps là car ils avaient vite fait de défoncer des dalles de plusieurs dizaines de tonnes.

Manifestement ce réalisateur a trop abusé de films et dessins animés de super héros ou de magiciens. Même si cette destruction était la conséquence d’un différend entre chamanes, ce différend pouvait simplement générer des guerres de clans et non un combat du genre entre Gandalf et Saroumane, les deux magiciens du film « Le Seigneur des anneaux ». Cela pourrait être une simple boutade de la part du réalisateur mais quand le but du film est de démontrer qu’une civilisation avancée technologiquement a vécu 10000 ans avant notre ère, il peut être difficile d’imaginer que ces propos sont une simple boutade de sa part.

29:27 Le lendemain Erik Gonthier utilisera notre rugosimètre, un appareil qui permet de mesurer la précision des surfaces grâce à une minuscule pointe en diamant manœuvré par un bras robotisé. Les premières mesures donneront des résultats (114.81 microns, 108.39 microns) plus qu’acceptable sur des blocs pris au hasard. Puis à mesure que l’on choisit des blocs, essayant d’en trouver en meilleur état que d’autres, les chiffres (76.516 microns) se précisent. On arrive sur le bloc que je guette depuis le matin. Erik pose le rugosimètre. La courbe qui se dessine est très plate (31.653 microns). A savoir qu’un micron fait 0.001 millimètres… Cette surface est dix fois plus plane q’un béton lisse moderne.

Il est tout d’abord essentiel de préciser qu’un rugosimètre de par la taille de son diamant peut mesurer la rugosité d’une surface de seulement quelques millimètres et non de toute la surface d’un pan d’un bloc. Quant aux premières mesures qu’ils ont prise sur des blocs pris au hasard, ils ont manifestement pris une seule fois sur chaque bloc la mesure d’une seule surface de quelques millimètres choisi à l’avance selon certains critères ce qui n’est absolument pas représentatif de la rugosité de toute la surface d’un pan du bloc qui amènerait dans ce dernier cas, suite aux différents résultats, à faire une moyenne de la rugosité de ce pan ce qui n’aurait pas plus d’intérêt. Mesurer la rugosité d’une surface de quelques millimètres n’a donc ici aucun intérêt. Mais pour autant, Erik Gonthier et le réalisateur Patrice Pouillard continuent à chercher les petites surfaces qui leur permettront d’obtenir les meilleurs résultats. D’ailleurs, le réalisateur signale à un moment qu’il guette un bloc depuis le matin. Leurs résultats sont donc biaisés puisqu’ils ne cherchent qu’à récupérer les mesures qui sont censées les arranger. Enfin, on finit par comprendre ce qui ne va pas dans leur démarche qui semble ne servir à rien. Les deux chercheurs ont confondu rugosité et planéité d’une surface. Or, la planéité ne se mesure pas sur juste quelques millimètres. Ça n’aurait aucun intérêt. Et ce n’est pas l’ingénieur Christopher Dunn, maintenant bien connu dans le milieu de la pyramidologie, qui va rectifier le tir puisque lui aussi fait la même erreur. Comme quoi, avoir été ingénieur ne dispense pas d’être sujet à des biais cognitifs plus ou moins importants dans certains domaines.

01:01:47 (Le géologue Erik Gonthier concernant la précision sur bien peu de mesures de 2 ou 3 blocs en H) On a 60 cm. On a trouvé un bloc de 1 mètre (de hauteur). On est dans un système décimal ultra précis. On peut presque dire que les blocs ont été préfabriqués, c’est à dire qu’on a imposé un modèle et que tous les blocs ont été alignés sur ce modèle. Les blocs en forme de H mesure un mètre de hauteur, les croix 30 cm de largeur, ce renfoncement là 22 cm. On est en système métrique.

Tout d’abord, le réalisateur précise un peu plus loin qu’ils ont effectué des mesures sur uniquement 3 blocs en H car les autres étaient soit en trop mauvais état, soit (selon lui) inaccessibles.

Erik Gonthier précise qu’en trouvant une mesure de 60 cm et une de 1 mètre, on est dans un système décimal ultra précis. En effet, comme le souligne le géologue, le système décimal est très précis car c’est bien le système décimal et le système métrique qui sont précis dans la mesure de ces blocs. Ce ne sont pas les dimensions de ces blocs qui sont précises de par les mesures qu’on y trouve spécifiquement en mètre. Cependant le géologue ne semble pas bien comprendre la nuance car il en conclue par les dimensions mesurées qu’il est face ici à un système métrique connu des bâtisseurs de Puma Punku et utilisé ici pour tailler ces blocs. Or, je rappelle que le mètre est une unité de longueur qui a été adopté via la convention du mètre qui est un traité international signé le 20 mai 1875 par 17 états. Ce n’est pas une valeur de mesure universelle. Quant  à ce site de Puma Punku, il est daté au Vème siècle de notre ère, voire après le Vème siècle. Une chose à signaler également est qu’Erik Gonthier semble s’arrêter sur quelques rares mesures ayant comme valeur des nombres entiers en mètre comme 60 centimètres ou 1 mètre mais en oublie toutes les mesures qui ont plusieurs chiffres après la virgule et qui invalident cette soi-disante connaissance du mètre par les bâtisseurs de Puma Punku.

Ensuite, concernant la précision du travail effectué qui reste cependant assez impressionnant, le travail de ces blocs n’est pas pour autant si précis que ça comme en témoigne l’image ci-dessous.

bloc puma punku équerre

Le géologue suggère que les bâtisseurs de Puma Punku ont travaillé un bloc en H qui a servi de modèle pour les autres. En effet, c’est possible. Mais il n’y a pas besoin du système métrique pour réaliser cela. Un autre système de mesure plus basique pouvait  faire l’affaire.

Enfin, suite à ces quelques mesures, l’équipe de BAM n’est pas en train de valider la présence du système métrique à l’époque des bâtisseurs de Puma Punku. Ils utilisent simplement le système métrique pour mesurer ces blocs en H.

 

 

 

Debunk BAM Amerique Andine

wikarch371426199

Caral pérou

Machu_Picchu -Perou

Carrière granite

Temples et terasses

machu-picchu-2608854_1024

inca-architecture-2913005_1024

Puma Punku

bloc puma punku équerre

Soutien à Medicus

Par : Seppi

Soutien à Medicus Depuis quelques semaines – depuis le début de la crise du Covid-19 – des gazouilleurs se sont attachés à diffuser sur Twitter des explications sur les divers événements dans le domaine médical et scientifique. Ce qui a été réalisé, c'est...

L'USDA met à jour et modernise sa réglementation en matière de biotechnologie

Par : Seppi

L'USDA met à jour et modernise sa réglementation en matière de biotechnologie AGDAILY Reporters* USDA, Flickr Le Secrétaire américain à l'Agriculture, Sonny Perdue, a annoncé une règle finale actualisant et modernisant la réglementation de l'USDA en matière...

Dossier Anton Parks n°2-3 : Références « pseudo-scientifiques », mystiques, loups solitaires et études détournées

Lien vers la partie précédente : Dossier Anton Parks n°2-2 : Inspirations artistiques Nous évoquerons ici les relations qu'Anton Parks prétend avoir eues dans le cadre de la rédaction de ses ouvrages (hors Don Moore qui, comme nous l'avons vu dans le précédent dossier, s'est avéré n'être que l'un de ses avatars), ainsi que les références sourcées dont il s'est servi pour faire avancer ses thèses dans la direction voulue.
L'une des premières « personnalités » à être entrée en contact avec Anton Parks est (...)

- Anton Parks - Enquêtes

❌