Les Sceptiques du Québec

❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 21 janvier 2019Vos flux RSS

CRISPR pour de meilleures cultures

Par Seppi

CRISPR pour de meilleures cultures Vanessa Greenlee* La cerise de terre (ou groseille du Cap) en forme de lanterne, avec son enveloppe caractéristique mince comme du papier, sa texture semblable à celle de la tomate et sa saveur semblable à celle du kiwi,...

  • 21 janvier 2019 à 17:03

Résistance aux antibiotiques : où en sommes-nous ?

Jean-Paul Krivine - SPS n°325, juillet / septembre 2018 SPS : Faut-il s'alarmer du développement de bactéries multi-résistantes ? France Roblot : Il faut d'abord rappeler que la résistance bactérienne est un phénomène inéluctable. Une bactérie peut être naturellement résistante à certains antibiotiques ou peut acquérir cette résistance sous la pression d'antibiotiques (prise d'antibiotiques, antibiotiques présents dans l'alimentation, dans l'environnement, etc.). C'est celle-ci qui se développe et contre (...) Articles

  • 21 janvier 2019 à 10:19

Il bouge, il bouge, le compteur de glyphosate.gouv. !

Par Seppi

Il bouge, il bouge, le compteur de glyphosate.gouv. ! 10 % d'augmentation d'un coup ! Il bouge, il bouge, le site de la start-up jupitérienne, une initiative du Président de la République qui avait pour ambition de montrer, sur la page d'accueil, aux...

  • 21 janvier 2019 à 10:17

Gironde: un foyer d’accueil pour enfants accusé de violences

Par Annie GUIBERT

« On prépare les prédateurs sexuels de demain », explique une ancienne employée. Getty Images/iStockphoto/BrianAJackson Un reportage de « Pièces à conviction », cette semaine, a tiré la sonnette d’alarme sur le système de protection de l’enfance. « Le reportage est éprouvant, on y voit des séquences violentes et insupportables ». La réaction du président du Conseil départemental de Gironde, Jean-Luc […]

Cet article Gironde: un foyer d’accueil pour enfants accusé de violences est apparu en premier sur Centre Contre les Manipulations Mentales.

  • 21 janvier 2019 à 09:59

CEDH: Marine Le Pen veut sortir de la «camisole» des droits de l’homme  Ivanne Trippenbach  

Par Annie GUIBERT

Au nom de la lutte contre le terrorisme et du refus de la charia, le RN réclame un retrait de la France de la Cour de Strasbourg. Ou comment une histoire d’héritage en Grèce s’est invitée dans la campagne des européennes… Vœux de Marine Le Pen à la presse, Nanterre, jeudi. © Sipa Press Au QG […]

Cet article CEDH: Marine Le Pen veut sortir de la «camisole» des droits de l’homme  Ivanne Trippenbach   est apparu en premier sur Centre Contre les Manipulations Mentales.

  • 21 janvier 2019 à 09:44

Représentant près d’un quart de la population américaine, les athées et agnostiques vont bientôt surpasser les évangéliques. Un tournant majeur.

Par Annie GUIBERT

En 2019, les « sans religion » pourraient devenir le premier groupe aux États-Unis  Il va falloir réviser quelques clichés sur une Amérique peuplée de fous de Dieu : 2019 pourrait être aux États-Unis l’année historique où les « sans religion » s’imposent comme le premier groupe en termes de croyances. Un tournant majeur, mais qui ne fera sans doute pas la une […]

Cet article Représentant près d’un quart de la population américaine, les athées et agnostiques vont bientôt surpasser les évangéliques. Un tournant majeur. est apparu en premier sur Centre Contre les Manipulations Mentales.

  • 21 janvier 2019 à 09:30

Conspiracy News #03.2019

Par La Rédaction

Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 14/01/2019 au 20/01/2019).

LES JUIFS ET L’ESCLAVAGE DES NOIRS. Les Juifs ont-ils inventé, organisé, profité massivement de l’esclavage des Noirs ? L’accusation, inepte, a été forgée par des suprémacistes américains dans les années soixante, en s’inspirant librement des élucubrations de l’industriel antisémite Henry Ford. Étonnamment, elle sera reprise en 1991 par la « Nation of Islam » de Louis Eugene Walcott, dit Louis Farrakhan, dans un ouvrage s’inspirant de la méthodologie négationniste, The Secret Relationship Between Blacks and Jews. De là, elle s’implantera en France, propagée par des extrémistes tels que les polémistes antisémites Alain Soral ou Dieudonné M’Bala M’Bala. Retour, avec Nicolas Bernard, sur l’un des derniers avatars du mythe du « complot juif » (source : Conspiracy Watch, 14 janvier 2019).

ESPRIT CRITIQUE. Attentats, réchauffement climatique, vaccins, etc. Des théories du complot à la désinformation, de la simple parano à la persistance des idées reçues… L’époque est à la remise en question. Nos cerveaux sont-ils programmés pour croire ou pour douter ? Quel système d’autodéfense mettre en place pour que la raison ait le plus souvent gain de cause ? L’émission « La Grand table », sur France culture, recevait le 17 janvier Nicolas Gauvrit, psychologue et mathématicien français spécialisé en science cognitive, co-directeur avec Sylvain Delouvée de l’ouvrage Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique récemment paru aux PUF (source : France culture, 17 janvier 2019).

ALEX JONES. Les contenus du journaliste conspirationniste américain Alex Jones avaient été évincés de Facebook et YouTube, en raison de leur violence, en août 2018. Force est de constater qu’ils continuent d’y être accessibles, postés par l’animateur et ses soutiens. Les mesures prises par ces médias n’auront donc pas suffi pour rendre invisible celui qui avait estimé que la fusillade de Sandy Hook, au cours de laquelle vingt élèves d’une école élémentaire avaient perdu la vie, n’était qu’une mise en scène… (source : fredzone.org, 15 janvier 2019).

CONFUSIONNISME. « Le “confusionnisme” est-il le nouveau rouge-brun ? », interroge Simon Blin dans le journal Libération. Le journaliste analyse la récupération par l’extrême droite, au cours des dernières années, du discours critique de gauche, et la formation d’un « improbable arc idéologique », dont la référence récente de François Ruffin à Étienne Chouard a été une expression. Le confusionnisme, note Blin, participerait d’un « conspirationnisme amélioré » : « avec le référendum d’initiative citoyenne (RIC), Chouard prétend fournir un outil pour favoriser l’émancipation sociale mais participe simultanément à un phénomène antagoniste qui conduit à un glissement stratégique vers l’extrême droite confinant à la théorie du complot » (source : Libération, 16 janvier 2019).

FACE AU VIDE COMPLOTISTE. « Le discours complotiste ne peut être battu. C’est la force du mensonge érigé comme vérité absolue ; il n’a presque aucune chance d’être déconstruit », affirme l’écrivain et blogueur Laurent Sagalovitsch dans un billet d’humeur. L’auteur estime que le combat intellectuel est perdu face à une pensée qui ne peut être prise à revers : « le vide de la pensée complotiste lui permet d’échapper à sa remise en cause ». On ne saurait toutefois être complètement défaitiste : une course de vitesse continue de se jouer pour endiguer la contagion complotiste (source : slate.fr, 16 janvier 2019).

DANIELE GANSER. Figure de la complosphère antiaméricaine, l’universitaire suisse Daniele Ganser s’est imposé au cours de la dernière décennie comme l’auteur probablement le plus cité sur Internet au sujet des « stay-behind », ces réseaux dormants présents dans les pays d’Europe de l’Ouest pendant la Guerre froide et prévus pour entrer en action en cas d’invasion militaire soviétique. On lira le zoom de Paul Martí pour Conspiracy Watch, sur celui qui a fait de la « stratégie masquée de la guerre » son thème de prédilection et qui a régulièrement attisé les doutes sur la « version officielle » des attentats du 11-Septembre (source : Conspiracy Watch, 16 janvier 2019).

PROMOTION DU COMPLOTISME. Conspiracy Watch avait publié il y a quelques semaines un article très complet de Maurice Ronai, membre de la CNIL, au sujet du référencement dans les catalogues des grands services payants de vidéo à la demande (Amazon, Netflix), de nombreux « documentaires » conspirationnistes. Le Monde est revenu sur une démarche qui s’explique par la volonté des plateformes de maximiser leurs intérêts économiques, mais qui n’en prend pas moins une dimension inquiétante : elle confère en effet à leurs réalisateurs une source inespérée de légitimation et une nouvelle puissance de diffusion (source : lemonde.fr, 17 janvier 2019).

GILETS JAUNES. Le journaliste Roman Bornstein s’est livré à une « immersion numérique » dans le mouvement des « gilets jaunes ». Le site de la Fondation Jean Jaurès publie son analyse sous la forme d’une note qui souligne, entre autres, la perméabilité de la rhétorique antirépublicaine aux théories complotistes. Celles-ci finissent par peser sur l’identité du mouvement et « se ressentir dans les slogans observés sur les ronds-points et dans les violences éclatant dans les défilés parisiens » (source : jean-jaures.org, 14 janvier 2019). Dans le journal Le Monde, Lucie Soullier voit dans ce même mouvement un « nouveau terrain d’influence de la nébuleuse complotiste et antisémite ». Dérapages et infox, influences soralo-dieudonnistes, obsessions rothschildiennes, activité redoublée de personnalités et de médias sulfureux… l’ultradroite y a puisé une énergie et une visibilité nouvelles. La journaliste souligne également le rôle joué, dans l’alimentation de la mécanique complotiste, par le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan ou par le Rassemblement national de Marine Le Pen (source : lemonde.fr, 19 janvier 2019).

PROCÈS NEMMOUCHE. On sait que les avocats de Mehdi Nemmouche, principal suspect de l’attentat du Musée juif de Belgique qui a fait quatre morts le 24 mai 2014, dont le procès s’est ouvert à Bruxelles le 10 janvier dernier, ont choisi une défense complotiste : Nemmouche serait la victime d’un complot destiné à camoufler l’assassinat ciblé d’un couple d’Israéliens, Emmanuel et Miriam Riva. Retour sur cette reconstruction délirante des faits digne d’« un mauvais téléfilm américain », pour reprendre l’expression de la journaliste Doan Bui, présente au procès  (source : nouvelobs.com, 15 janvier 2019). Au sujet de cette thèse fantaisiste, qui postule l’appartenance des victimes au Mossad (les services secrets israéliens), on lira ce thread de Claude Moniquet, directeur du Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité (ESISC).

1/4 #Terrorisme #Belgique Trois réflexions sur l'axe principal de la défense de #MehdiNemmouche ("il s'agit de l’élimination ciblée de membres du Mossad et pas d’un attentat islamiste ») : 1) Des médias israéliens de qualité ont bien fait état de l’appartenance ancienne…

— Claude Moniquet (@ClaudeMoniquet) January 15, 2019

Il est en outre également utile de rappeler les propos de Me Sébastien Courtoy, l’un des avocats du jihadiste, obsédé depuis des années par le « peuple élu » (sic) et ce « lobby » que l’on ne nomme pas… Interrogée sur cette ligne de défense, Me Michèle Hirsch, avocate du Centre de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), partie civile au procès, confie qu’elle ne pensait pas « entendre un jour dans une Cour d’assises des avocats invoquer “un complot juif”, un attentat ciblé du Mossad au Musée juif… pour tenter d’induire le jury en erreur. Sous couvert d’une “défense” et des droits de la défense, c’est en réalité une tribune qui est donnée à des thèses complotistes et antisémites. L’antisémitisme a été érigé en système de défense. » Malgré tout, Me David Ramet, l’avocat de la famille Riva, estime que le dossier « ne laisse aucune place au doute » (source : lalibre.be, 15 janvier 2019).

ALAIN SORAL. Le 17 janvier 2019, Alain Soral a été condamné à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bobigny pour injure à une magistrate ainsi que pour injure et provocation à la haine raciale sur son site Internet, Égalité & Réconciliation. À la suite de son procès de mars 2018, Soral publiait sur son site un texte où l’on pouvait notamment lire, en conclusion, qu’« entre le peuple juif et le reste de l’humanité, le combat ne peut être que “génocidaire et total” » (source : nouvelobs.com, 17 janvier 2019).

RUSSIAGATE. Le 15 janvier 2019, dans un entretien au journal russe Argoumenty i Fakty, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a déclaré que les accusations de collusion entre Vladimir Poutine et Donald Trump étaient une « [théorie du ] complot qui n’a rien à voir avec la réalité ». L’hypothèse d’une influence russe dans le scrutin ayant permis à l’actuel président des États-Unis d’accéder à la fonction suprême n’a pourtant rien de déraisonnable, comme en témoigne la solidité des éléments qui alimentent l’enquête en cours. Quand un anti-complotisme de posture cherche à égarer l’esprit critique et à désinformer sciemment… (source : Conspiracy Watch, 18 janvier 2019).

SLĀV. Le spectacle SLĀV de Robert Lepage avait été critiqué pour « appropriation culturelle » dès la première représentation à l’été dernier. Le voici en proie à une nouvelle controverse par l’évocation, dans une courte séquence, d’une théorie du complot selon laquelle des milliers d’enfants irlandais auraient été kidnappés pour aller travailler dans des plantations. Cette théorie serait en fait une invention de conspirationnistes américains récupérée depuis les années 1990 par des suprémacistes blancs. Elle connaît aujourd’hui un véritable succès sur Internet auprès de l’« Alt Right » (source : lapresse.ca, 18 janvier 2019). On lira aussi à ce sujet la mise au point d’un historien de l’Université de Sherbrooke, Jean-Pierre Le Glaunec (source : ici.radio-canada.ca, 17 janvier 2019).

  • 21 janvier 2019 à 09:09
À partir d’avant-hierVos flux RSS

La datation injustement controversée d’un site oldowayen en Afrique du nord

Par François Savatier

  L’histoire évolutive des homininés – c’est-à-dire des descendants du dernier ancêtre commun du chimpanzé et de l’homme – s’enrichit d’une donnée d’une grande importance ! Autour de Mohamed Sahnouni du Centre national de recherche sur l’évolution humaine à Burgos en Espagne et du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques à Alger (CNRPAH), anthropologiques et historiques, une équipe de chercheurs a découvert et datés à 1,9 et 2,4 millions d’années un site relevant de la première culture matérielle présumée... Lire la suite

  • 20 janvier 2019 à 22:54

Garantir l'accès à l'innovation agricole : une perspective africaine

Par Seppi

Garantir l'accès à l'innovation agricole : une perspective africaine Chibuike Emmanuel* Ces points de vue ont été partagés lors d'une récente réunion informelle organisée par la Banque Mondiale à Washington, DC, lieu de résidence de certains des boursiers...

  • 20 janvier 2019 à 15:34

Glyphosate et nouveau principe de précaution : supprimons la justice pour éviter les erreurs judiciaires !

Par Seppi

Glyphosate et nouveau principe de précaution : supprimons la justice pour éviter les erreurs judiciaires ! Le 15 janvier 2019, le Tribunal Administratif de Lyon, sur requête du Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le Génie Génétique...

  • 20 janvier 2019 à 14:54

Pour les Mammifères, le Grand Sommeil est proche

Par Jean-Louis Hartenberger

La Sixième Extinction sera pour les Mammifères la dernière. Chez nos comparses, l’accélération récente du rythme des extinctions dépasse de loin celui de la création d’espèces générée par les mécanismes naturels de l’Evolution biologique. Dès lors il n’y a aucune chance pour que les Mammifères dans leur ensemble recouvrent leur splendeur passée, celle qui était la leur à la fin du Pliocène voici trois ou quatre millions d’années et qui nous vit naître. A l’appui de cette tragique conclusion, tragique... Lire la suite

  • 19 janvier 2019 à 15:08

« Les ayatollahs verts euthanasient le macronisme » – une opinion de M. Laurent Alexandre dans l'Express

Par Seppi

« Les ayatollahs verts euthanasient le macronisme » – une opinion de M. Laurent Alexandre dans l'Express Glané sur la toile 295 Il n'y a pas que M. Gérald Bronner qui plaide pour une écologie rationnelle et, surtout, arrive à se faire publier par un hebdomadaire...

  • 19 janvier 2019 à 14:16

Les avantages largement méconnus des OGM sur la santé des sols

Par Seppi

Les avantages largement méconnus des OGM sur la santé des sols Wayne Parrott, PhD* La richesse des nations provient de la fertilité des sols. Faites une petite promenade à la campagne. Il sera facile de savoir si les sols sont bons ou non simplement en...

  • 19 janvier 2019 à 13:59

Antibiotiques : du rêve au cauchemar ?

François Trémolières - SPS n°325 - juillet / septembre 2018 Le temps est révolu où raconter l'aventure des antibiotiques pouvait se limiter à celui de leur invention, de la révolution qu'ils ont provoquée, permettant la guérison d'un nombre considérable de maladies d'origine bactérienne autrefois fatales. En ce début du XXIe siècle, le devenir de ces médicaments fabuleux s'est singulièrement assombri. Après un demi-siècle d'une sorte de miracle a succédé, depuis le début des années 1990, une période (...) Articles

  • 19 janvier 2019 à 10:50

La technique « impasto » de Rembrandt décryptée via l’identification d’un pigment blanc insolite

Par Bernard Valeur

Les peintures de Rembrandt (1606‐1669) fascinent par la maîtrise du clair-obscur, le choix des tonalités et l’effet de relief produit par la technique picturale d’empâtement (originellement dénommée impasto). Pour mettre en œuvre cette technique consistant à appliquer des couches épaisses de pâte colorée, on savait que l’artiste employait le blanc de plomb dispersé dans un liant à base d’huile de lin, mais la formulation exacte restait un mystère. Des chercheurs néerlandais et français ont résolu l’énigme en révélant la présence d’un... Lire la suite

  • 18 janvier 2019 à 16:13

OGM, pesticides, homéopathie : science ou idéologie

SPS n°327, janvier 2019 D'un point de vue scientifique, une évaluation se fait au cas par cas, qu'il s'agisse d'une plante génétiquement modifiée, d'un pesticide ou d'un médicament. Un OGM donné est conçu pour des bénéfices attendus dans des conditions bien spécifiées. Mais il pourra se révéler sans intérêt dans un contexte agricole ou climatique différent, voire préjudiciable à son environnement dans le cadre de mauvaises pratiques. Ceci n'est pas spécifique aux plantes génétiquement modifiées mais concerne (...) Éditoriaux

  • 18 janvier 2019 à 15:33

327

éditorial : Cinquante ans 4 REGARDS SUR LA SCIENCE — Rubrique coordonnée par Kévin Moris Dossier OGM 7 OGM : vingt ans de progrès, vingt ans de controverses 10 Non, les OGM ne sont pas des poisons : six ans après, qu'en est-il de l'« étude choc » ? par Hervé Le Bars 17 Études de toxicité des OGM : le cadre réglementaire européen est-il à revoir ? par Hervé Le Bars 24 Les OGM : une catégorie juridique aux contours débattus par Théo Mathurin 28 OGM : une source de progrès pour la santé (One Health) (...) Sommaires

  • 18 janvier 2019 à 15:33

Évaluation du glyphosate et allégations de plagiat : la réponse du BfR

Par Seppi

Évaluation du glyphosate et allégations de plagiat : la réponse du BfR Pour le contexte, voir : « Réautorisation du glyphosate et "plagiat" : le scandale n'est pas ce qu'on vous fait croire ». Le texte ci-dessous est essentiellement traduit de la version...

  • 18 janvier 2019 à 15:23

Résistance bactérienne aux antibiotiques : épidémiologie et prospective

Christian Brun-Buisson, Didier Guillemot et Laurence Watier SPS n°325, juillet / septembre 2018 Soixante-dix ans après l'apparition des premiers antibiotiques en thérapeutique humaine, la résistance bactérienne est perçue comme une menace croissante aussi bien pour les individus que pour la santé publique. Le phénomène mobilise scientifiques et médecins depuis plus d'une trentaine d'années, et plus récemment, les institutions administratives et le pouvoir politique. Des chiffres qui illustrent une (...) Articles

  • 18 janvier 2019 à 13:54

Russiagate : le piège de l’anti-complotisme de posture

Par Rudy Reichstadt

Quand le porte-parole du Kremlin fustige le conspirationnisme, c’est qu’il y a anguille sous roche !

Mardi 15 janvier 2019, dans un entretien au journal russe Argoumenty i Fakty, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a déclaré que les accusations de collusion entre Vladimir Poutine et Donald Trump étaient une « [théorie du] complot qui n’a rien à voir avec la réalité ».

Des propos qui, au premier abord, peuvent légitimement étonner de la part d’un homme qui s’est illustré à plusieurs reprises en agitant la thèse de la « provocation », par exemple à l’occasion de l’assassinat de l’opposant Boris Nemtsov ou lors de l’éclatement du scandale des Panama Papers. Assimiler les soupçons visant Moscou à une lubie « conspirationniste » est pourtant une constante du discours officiel russe depuis l’éclatement du Russiagate il y a plus de deux ans. Réduire de tels soupons à un fantasme de collusion personnelle entre le président de la Fédération de Russie et son homologue américain remplit une fonction claire : s’épargner d’avoir à fournir la moindre explication quant aux indices accablants qui ont pu être recueillis au fil des mois d’une tentative du gouvernement russe d’influencer l’issue du scrutin ayant permis à Donald Trump d’accéder à la Maison Blanche. Car cette dernière hypothèse n’a rien de déraisonnable.

Elle l’est si peu qu’en juillet 2018, le procureur spécial Robert Mueller, chargé d’enquêter sur l’ingérence russe pendant l’élection présidentielle de 2016, a inculpé douze membres du renseignement militaire russe accusés d’avoir piraté les systèmes informatiques du Parti Démocrate. Cinq mois plus tôt, il avait mis en accusation treize citoyens russes et trois entités russes, dont l’Internet Research Agency (IRA), une organisation basée à Saint-Pétersbourg dont les agents ont eu recours à toutes les techniques de cyberpropagande disponibles (trolling, bots, faux comptes sur Twitter et Facebook) pour influencer l’opinion publique américaine.

Décrite par le rapport CAPS/IRSEM sur les manipulations de l’information comme une « usine à trolls », l’IRA a employé jusqu’à plusieurs centaines de jeunes Russes depuis 2013 dans des locaux de plusieurs milliers de m². Elle est dirigée par un proche de Vladimir Poutine, inculpé par Robert Mueller pour « conspiration contre les Etats-Unis » : l’homme d’affaires Yevgeniy Prigozhin.

Les actes d’accusation visant ces personnes et entités sont librement téléchargeables sur le site du Department of Justice des Etats-Unis (ici et ). Et ils reposent – doit-on s’en étonner ? – sur des éléments autrement plus solides que ceux sur lesquels sont habituellement bâties les théories du complot diffusées par le Kremlin. Sans même parler des aveux de l’espionne russe Maria Boutina le mois dernier. Ou des propos de Rudy Giuliani, l’avocat du président américain, selon lesquels il n’a « jamais dit qu’il n’y avait pas eu de collusion » entre l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016 et la Russie.

Les conclusions de l’enquête montreront – ou pas – l’existence d’une telle collusion et si cette ingérence russe présumée fut déterminante dans l’issue du scrutin. En attendant, il est frappant d’observer que le lexique utilisé par Dmitri Peskov est parfaitement raccord avec celui de Donald Trump. Le 16 juillet 2018, lors du sommet russo-américain d’Helsinki, le locataire de la Maison Blanche avait en effet qualifié cette hypothèse d’une ingérence de la Russie – son rôle, en particulier, dans le piratage des emails du Comité national démocrate (DNC), l’instance chargée de piloter la campagne du Parti démocrate au niveau national –  de « théorie du complot [qui] a beaucoup affecté la relation de nos deux pays ».

Lire, sur Conspiracy Watch : Toutes ces théories du complot propagés par Donald Trump

L’usage cynique que fit alors Donald Trump de ce terme de « théorie du complot » procède de la même rhétorique abusive que celle qui lui fait utiliser le terme de fake news pour vilipender les médias qui n’ont pas l’heur de lui plaire. Il y a là non pas la marque d’une quelconque détermination à lutter contre le complotisme mais celle, au contraire, de l’instrumentalisation purement politicienne d’un phénomène à l’exacerbation duquel Donald Trump est loin d’être étranger. La situation ne manque pas d’ironie quand on songe en effet que cette expression de « théorie du complot » a été utilisée, à Helsinki, par le chef d’Etat sans doute le plus éhontément conspirationniste que l’Amérique ait jamais porté à sa tête ; qui, au cours de sa conférence de presse conjointe avec le chef du Kremlin, n’a pas hésité à faire allusion à certaines théories du complot éculées sur ses rivaux démocrates dans un but qui semble bien avoir été de détourner l’attention des accusations pesant sur la Russie.

Loin de renforcer la nécessaire vigilance contre le complotisme, cet anti-complotisme postural prêterait à sourire s’il n’avait aussi pour effet de brouiller la différence existant entre le doute raisonnable et le refus obstiné des faits.

 

Voir aussi :

  • 18 janvier 2019 à 11:26

 
 

❌